Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 11:26

Laisse-moi entrerTitre original : Lat den rätte komma in

Ecrit en : 2004

Traduction de Carine Bruy

Editeur : Milady

Collection : Thriller

Paru en France en : mai 2011 (Première édition SW Télémaque en 2010)

222 pages

ISBN : 978-2811205454

 

Oskar a 13 ans et vit dans une banlieue de Stockholm avec sa mère. Oskar est un petit garçon timide, discret et persécuté à l'école. Son passe-temps ? Collectionner les coupures de presse traintant de meurtres. Un soir, sur le terrain de jeux de son immeuble, il fait la connaissance d'Eli, une petite fille qui a récemment emménagé avec son père. Mais les nouveaux arrivants ont des habitudes pour le moins surprenantes : Eli ne sort que la nuit, toutes les fenêtres de l'appartement sont calfeutrées et son aspect change d'une nuit à l'autre. Elle semble aussi très adulte malgré ces 13 ans. Et ne parlons pas des meurtres rituels perpétrés depuis l'arrivée de cette étrange famille.

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Milady qui m'ont permis de découvrir ce titre que je mourrait d'envie de découvrir et qui ne m'a pas déçue. 

 

Une atmosphère très sombre auquel contribue fortement le style l'auteur

Dès le début du roman, John Ajvide Lindqvist plonge le lecteur dans une ambiance très sombre, limite glauque en nous narrant les aventures d'un petit garçon qui vit dans un quartier qui ne semble pas très bien fréquenté. Il est question de maltraitance, de violence, de drogue, de meurtre. Les personnages sont des alcooliques, des pervers, des meurtriers, des voyous. Et la plupart du temps, l'action se déroule de nuit.

En plus du décor mis en place par l'auteur, c'est aussi son style qui contribue fortement à développer cette atmosphère particulière. John Ajvide Lindqvist maîtrise parfaitement ses descriptions, ni trop longues, ni trop courtes, mais suffisamment détaillées pour qu'on puisse se représenter les lieux et les personnages. Le style est précis, très agréable à lire, avec des phrases courtes, dépourvus d'effets stylistiques, parallèlement à la sobriété des lieux du roman.

 

Malgré tout, il y a beaucoup de longueurs

Malheureusement, bien que tous ces éléments contribuent fortement à l'atmosphère générale de l'ouvrage, 600 pages, c'est un peu long. Il arrive un moment où on se demande où l'auteur veut en venir. Il y a beaucoup de personnages secondaires sur lesquels le lecteur apprend beaucoup de choses, sans que ce lui soit forcément très utile. On a aussi envie de secouer Oskar car il est un peu lent à réaliser la véritable nature d'Eli.

Les débuts sont un peu laborieux et puis finalement, le dernier quart révèle tous les éléments qui manquaient à notre compréhension.

 

Des personnages atypiques

Eli est un monstre. Elle tue des gens pour se nourrir. Mais parallèlement, c'est un enfant en souffrance, terriblement seule, avec pour seule compagnie un détraqué sexuel. Au fur et à mesure du roman, on en découvre un peu plus sur la jeune fille, sur son passé, sur ses douleurs, bien qu'elle multiplie les cadavres. Les sentiments que suscitent ce personnages sont très contradictoires. Ce qu'elle fait est horrible, inhumain, pourtant, on ne peut s'empêcher d'éprouver de la compassion pour elle.

C'est un peu le même genre de ressenti pour Oskar, mais dans l'autre sens. Le petit garçon est persécuté à l'école, assez violemment, et vit dans une famille qui bien qu'aimante, ne semble pas toujours à l'écoute de ses problèmes. C'est un enfant très attachant, qui suscite beaucoup d 'empathie, pourtant, il a des passe-temps plutôt surprenants et est sans doute un tueur en série en puissance. 

John Ajvide Lindqvist parvient à rendre attachants des personnages plutôt horribles et à susciter de la pitié de la part du lecteur pour ses enfants en souffrance.

 

La frontière entre haine et amour est bien mince

Finalement, le sujet central de ce livre est la relation qui va se développer entre les deux enfants. Eli sait qu'elle ne peut pas avoir d'ami, Oskar sent bien que sa nouvelle amie n'est pas comme les autres, mais pourtant, un lien indescriptible va se développer entre eux. Au milieu de la violence, de la souffrance, de la solitude, ces deux enfants vont se trouver et le lecteur est spectateur de ce lien. Parallèlement à Oskar, on ressent de la curiosité, du dégoût, de la haine, puis de l'amour pour Eli. On comprend ce qui va amener le petit garçon a se rapprocher de cette créature au détriment de sa famille et c'est la grande force de roman véritablement passionnant

challenge fang addict

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg