Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 19:50

Pirequelemal

 

Titre original : Sick

Ecrit en : 1995

Traduction de Michel PAGEL

Editeur : Pocket

Collection : Terreur, n° 9133

Paru en France en : juin 1996

360 pages

ISBN : 2-266-07002-9

 

     Stripteaseuse désillusionnée d'une quarantaine d'années, Sarah apprend qu'elle est atteinte d'une tumeur au cerveau inopérable. En voyant sa radiographie, elle réalise que son mal a une forme étrange qui ne lui est pas inconnue. Elle retrouve alors le psy qui la suivait quand elle était jeune et lui rappelle de quelle manière ils avaient gérer ses problèmes une dizaine d'année plus tôt.

Henri Decker est un médecin adepte des techniques de visualisation, une espèce d'auto-hypnose consistant à "imaginer" un environnement idéal pour résorber douleur, fatigue et maladie bénine. Quand il avait rencontré la jeune Sarah, il avait aider la jeune femme à oublier ses craintes en les enfermant dans un grand coffre, dans un coin de sa tête. Or, sa tumeur a exactement la forme de la malle qu'elle avait imaginée à l'époque.

Henri propose à Sarah de faire une nouvelle fois appel à la visualisation pour calmer son mal et en moins d'une semaine, la jeune femme parvient à résorber complètement la tumeur. Mais les jours passent et Sarah commence à avoir des pertes de mémoire importantes. Jusqu'à se retrouver au beau milieu d'un immeuble en feu dans lequel la police découvre un cadavre affreusement mutilé...

 

     Je me suis dit qu'au lendemain d'Halloween, parler d'un livre censé faire peur était approprié. Je dis "censé" parce Pire que le mal n'est pas à proprement parer effrayant. Disons plutôt dérangeant.

Jay R. Bonansinga nous plonge dans l'étrange expérience que va vivre Sarah, rattrapée par ses souvenirs refoulés qui vont prendre vie grâce à ses étonnantes capacités. En effet, l'héroïne de ce roman est capable d'agir sur son corps par la force de son esprit. Elle peut à volonté susciter chaleur ou fraîcheur, douleur, apaisement, mais aussi ressouder ses os, réparer ses tissus et régénérer ses organes. Comment a-t-elle fait pour ne pas s'en rendre compte plus tôt ? On se le demande ! Toujours est-il que c'est un évènement particulier qui va révéler tout ceci. Son mal va aussi lui permettre de renouer avec son ancien psychiatre aujourd'hui divorcé, riche, séduisant et particulièrement viril.

"C'était un véritable hercule, qui mesurait plus d'un mètre quatre-vingt-dix et dont les épaules évoquaient le pont Deerborn. Il portait un vieux costume en flanelle et des bottes de bûcheron usées. Sa crinière brune, naguère luxuriante, piquetée de gris, était réunie en queue-de-cheval. Son visage bronzé, buriné, se craquelait tel le lit d'argile rouge d'une rivière."

Les personnages sont un peu clichés entre la stripteaseuse qui a raté sa vocation de danseuse classique, l'ancien footballeur devenu médecin pour venir en aide à son prochain et le super inspecteur à qui tout réussi. Je n'ai pas bien compris pourquoi avoir fait de Sarah une danseuse exotique au passage, le côté érotique est trop souvent mis en avant. Pas de manière excessive, mais de façon vulgaire la plupart du temps. Ceci dit, les personnages ont un côté attachant de part leurs ambitions personnelles : Henry voit en son amie l'occasion de prouver ses théories médicales ; bien que parfait sous tout rapport, Franck devient vite obsédé par la traque de Sarah ; et cette dernière se lance à la recherche de son passé alors que tout cela va la faire souffrir.

 

      Le récit est trop découpé en parties, en chapitres et en sous-parties, dont on ne voit pas bien l'intérêt et qui gêne un peu la lecture. Mais cela n'est rien à côté de la lenteur du scénario. Il faut un moment à Sarah pour réaliser de quoi elle est capable, les visualisations de la jeune femme dans l'univers du magicien d'Oz sont un peu trop longues et les meurtres pas si nombreux. Je n'ai pas été complétement embarquée dans la quête d'identité de Sarah qui n'exprime pas beaucoup ses émotions et le mystère qui pèse sur le passé de l'héroïne est prévisible. Plus étonnant par contre est l'obsession du tueur pour la magie, particulièrement risible dans le contexte.  Le don de Sarah est finalement peu exploité et l'accent est plus mis sur la quête identitaire.

Heureusement que le style n'est pas trop mauvais et la lecture facile. On regrettera quand même les nombreuses fautes qui demeurent.

Une bonne idée qui n'a malheureusement pas était pleinement exploitée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg