Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 15:46

Ce texte est l'un des premiers que j'ai écrit. Enfin un des premiers dont j'ai encore une trace. ^^

Le personnage avait été imposé, défini à l'avance avec une amie.

Sandy est un anti-héros, méchant, manipulateur, dominateur, irrespecteux...

et tous les défauts dont on peut l'affubler.

Une de ses grandes caractéristiques ? Il déteste son prénom !

Un thème était imposé pour ce texte : la folie et j'ai choisi de m'inspirer du livre d'Erasme pour mon histoire.

 

 

 

UNE FOLLE SOIREE

 

 

    L’air environnant est chargé d’humidité et un plic-ploc incessant commence sérieusement à me taper sur les nerfs. L’obscurité qui m’entoure m’empêche de voir où je vais et le terrain accidenté n’est pas là pour me faciliter la tâche. Mais les parois poisseuses me guident sur les pentes escarpées et les montées abruptes du lieu.

Cela fait maintenant près d’une demi-heure que j’avance dans cet endroit pestilentiel et inquiétant quand un hurlement se fait entendre. Qu’est-ce que cela peut bien être ? Plus j’avance et plus l’endroit devient bruyant : des cris, des rires et même des chants. J’approche sans doute de mon but…

 

    La lumière soudaine me brûle les yeux et une forte musique me perce les tympans. Dans la vaste caverne, les couleurs vives des nombreuses décorations se mêlent aux tenues les plus exubérantes des invités. Mes yeux ont du mal à s’acclimater à ce brusque changement et cherchent péniblement des repères quand une plantureuse blonde s’approche de moi d’une démarche aguicheuse. Le profond décolleté de sa petite robe rouge à paillettes révèle une poitrine généreuse qu’elle m’agite bientôt sous le nez.

- Sandyyyyy !!! Qu’est-ce que tu faisais ?!?!?! Tout le monde t’attend !!! Mais d’abord embrasse-moi !

- Toujours aussi impatiente, Vénus !

J’agrippe alors violemment la somptueuse déesse par la taille et applique ma bouche rugueuse sur ses lèvres pulpeuses. Malgré une faible résistance de circonstance, je parviens rapidement à prendre possession de sa bouche et nos langues se caressent avidement, suscitant une réaction immédiate entre mes jambes. Je finis par lâcher la déesse qui repart guillerette vers un autre de ses amants.

- Salut Sandy !

 

    Quelqu’un m’appelle à nouveau, mais peu de personnes ont le sourire ravageur et surtout le sex-appeal de la déesse de la beauté. Entendre ainsi l’horrible nom par lequel deux vieillards ont choisis de m’humilier me ramène soudain à la réalité. Je me retourne lentement vers Anoia, déesse de l’étourderie, et la toise lentement des pieds à la tête. Comme toujours, la jeune fille ne prête aucune attention à ce qui se passe et son intérêt se porte déjà vers une autre personne, au fond de la grotte.

- Ne fais pas attention à elle, tu sais comment elle est.

Une belle brune s’avance langoureusement vers moi. Sa longue robe blanche plissée est bien moins provocante que la mini jupe de Vénus mais la transparence du tissu en est tout aussi suggestif. Déesse mais aussi maîtresse de cérémonie, la Folie est adulée de tous ses invités et j’ai la chance d’être dans ses petits papiers.

- Je commençais à me demander si tu ne t’étais pas perdu !!!

- J’ai bien failli !!! T’aurais pas un moyen plus facile pour me faire venir ici ?!?!

- De quoi tu te plains ? Tu es tout de même le seul être humain vivant à être accepté ici.

- ….Mouais….

- Allez viens, j’ai encore quelques invités à saluer.

    La jeune femme me prend par le bras et me conduit gentiment mais fermement vers le centre de la salle. Nous croisons de nombreuses divinités plus ou moins importantes, tel que Pan, au centre de l’attention avec ses chants et ses danses, Cupidon, le chérubin frivole qui ne cesse de passer des bras d’une nymphe à l’autre, le Dieu de la Bonne Chère, fidèle compagnon de la Folie et organisateur du buffet, Léthé, déesse de l’Oubli assoupie dans un coin, Mercure, en train d’organiser une partie de dés truqués ou encore Bacchus, dont les joues et le nez rouge ainsi que les blagues graveleuses montre toute l’étendue de son ivrognerie. Mon hôtesse m’abandonne rapidement au milieu de tous ces gens pour saluer ses invités, embrasser ses amants et continuer les préparatifs de cette folle soirée.

 

    Je me dirige alors vers le buffet et me sert un double whisky, félicitant les Dieux d’avoir abandonné l’hydromel, bien trop sucré à mon goût. C’est alors que je bouscule la jeune femme se trouvant derrière moi :

- Tu peux pas faire attention ?!?!?!

- Et tu pouvais pas te trouver ailleurs !?!?!

Une main sur la hanche, l’Amour-propre me lance un regard plein de mépris. Ses cheveux bruns coupés au carré encadrent un joli visage dont les traits sont malheureusement durcis par ses sourcils froncés et ses lèvres pincées.

- C’est tout ce que t’as à me dire après tout ce temps ?

- Cela ne fait tout de même pas si longtemps qu’on ne sait pas vu, Philautie. Aurais-tu déjà oublié ?

- Je ne suis pas sûr que tu puisses assimiler ta prétention et ton arrogance avec moi !

- Moi je trouve ça formidable d’être aussi confiant, intervient la Flatterie. Tout le monde ne peux pas se targuer d’avoir une armée de sous-fifre prêt à accomplir le moindre de ses désirs.

- Des larbins, oui !!! Ils font tout le sale boulot et c’est cet insolent qui en récolte tous les lauriers !

- Que veux-tu… ils m’adulent. Je ne peux pas les décevoir. Et puis j’ai toujours besoin d’eux pour les sales besognes. Ils peuvent toujours servir…

Le pas assuré et le sourire aux lèvres, je quitte les deux sœurs aux physiques si différents, la longiligne et austère Philautie et la boulotte et rieuse Colacie, pour rapidement me retrouver face à Misoponie. Nonchalamment appuyée contre une stalagmite, un verre à la main, la déesse de la Paresse semble perdue dans ses pensées.

- Qu’est ce que tu fais ici ?

Je n’attends pas vraiment de réponse car je sais déjà ce qu’elle va me dire.

- …Rien…

Comme d’habitude.

Je prends un verre sur le plateau qu’un jeune éphèbe passant à côté de moi porte et dans le silence le plus complet, nous buvons ensemble.

- T’es… venu ici… tout seul… ?

- Bien obligé ! Je suis le seul humain accepté ici je te rappelle !

- Bah… T’es pas obligé de venir…

- Toi non plus

- …Ouais…

Le silence se fait de plus en plus pesant et je commence à ressentir une certaine tension sur mes épaules comme à chaque fois que je suis avec la Paresse. Je la connais depuis tellement longtemps maintenant.

- C’est clair que ça fait un bail.

J’oubliais qu’elle lisait dans les pensées.

- Je crois… que tu dois être la plus jeune personne… que je côtoie si souvent… Depuis toujours… tu n’as jamais rien fait par toi-même…

- Si d’autres sont prêts à le faire pour moi, pourquoi je me fatiguerais ?

- Personne ne va réussir tes études.

- Ça c’est pas pareil, ça sert à rien. J’aurais toujours quelqu’un pour faire le travail à ma place. Tant qu’on m’apporte mon repas, mes fringues ou de l’argent, que veux-tu que je fasse de plus ?

- …ouais…

Rester plus longtemps avec elle va complètement m’assommer. Sans la prévenir, je tourne les talons et traverse la salle pour m’éloigner de l’aura pesante de Misoponie. Elle ne tente même pas de me retenir ou de m’appeler.

 

 

   Les whiskies se succèdent, les heures s’égrainent et les discussions s’enchaînent. La plupart des invités ne me sont pas inconnus. Certains sont d’anciens hommes morts depuis plus ou moins longtemps et régulièrement invités dans les Iles Fortunées comme Laclos, le marquis de Sade ou Jacques l'Éventreur. D’autres sont des dieux et déesses, compagnons de la Folie, tel que Tryphé, déesse de la Mollesse, une rondouillarde vielle femme ou encore Hédoné, déesse de la Volupté, dont la longue robe multicolore est assortie aux rose qui compose sa couronne.

   Le plus important des invités de la Folie est sans aucun doute Zeus, maitre de l’olympe, que la déesse peut s’enorgueillir d’avoir à sa botte. En effet, celui-ci ne peut résister à une paire de sein et la Folie en compte dans son entourage plus qu’il n‘en faut pour satisfaire l’appétit sexuel du Dieu de la foudre. Il est d’ailleurs le dernier invité que je n’ai pas encore salué mais chacun sait qu’il faut toujours garder le meilleur pour la fin.

- Sandy ! Je commençais à me demandais si tu ne voulais pas être foudroyé.

L’accolade qu’il me donne est amicale mais aussi assez forte pour me montrer que le vieux crouton a encore de la force.

- Alors, comment c’était la dernière fois ? On a pas eu le temps d’en parler vu que j’étais pressé.

- À ton avis ? Les pucelles abusées sont toujours les meilleures.

- Tu sais, c’est bien parce que c’est toi ! Autrement je t’aurais foudroyé sur place pour avoir posé les yeux sur la même fille que moi.

- Bah c’était sympa à trois. Et puis je te remercie quand même d’avoir accéléré les choses. Sinon ça m’aurait pris des mois pour lui faire croire à une connerie pareille.

- C’est vrai que la demoiselle était exigeante. Se réserver pour Dieu. Quelle connerie !! Enfin, deux, trois miracles et elle était subjuguée.

- Ouais. Par contre, on a pas eu de mal à lui faire croire que les choses divines étaient du fait de deux personnes. À mon avis, elle attendait que ça.

Le rire gras du Dieu résonne dans toute la grotte mais les convives habitués n’y prêtent aucune attention. Je souris aussi en pensant à cette jeune fille qui avait eu l’honneur d’occuper mon lit.

Me tenant toujours par le cou, Zeus m’entraîne au fond de la grotte.

- Allez viens ! La soirée ne fait que commencer. La Folie nous a ramené quelques jolies nymphe à trousser.

Entrouvrant un rideau, le Dieu découvre une alcôve où nous attendent cinq nymphes des bois à demi-nues étendues sur des draps de soie.

- Oui ! La soirée ne fait que commencer !

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéph - dans Mes textes
commenter cet article

commentaires

Stéph 29/12/2010 22:07



J'ai mis le temps, mais j'ai enfin fait les corrections.


Merci pour tes remarques.


J'avais un peu peur que tu viennes te venger pour les miennes. ^^



chloé 06/11/2010 08:08


bonjour !

comme promis, je suis venue continuer ton histoire. Le passage que je viens de lire a attisé ma curiosité : toutes ces présentations faites, on se demande où tu veux en venir.

je reviendrai plus tard pour le découvrir

j'ai relevé une faute pour t'aider : peu de personne : personnes

a bientôt !


chloé 02/11/2010 21:34


coucou Stéphanie !

Wow, original ! Je n'ai pas eu le temps de tout lire, mais je reviendrai terminer l'extrait avec plaisir. J'en suis restée avec le baiser qui m'a diablement surprise. Ton texte a l'air original
(dans le bon sens du terme), après je ne me risquerai pas à plus de commentaires sur le fond car je n'en ai pas assez lui.

par contre je peux t'aider sur la forme avec ces quelques corrections :

et cherche péniblement : et cherchent péniblement (sujet : yeux)

une démarche aguichante : une démarche aguicheuse est plus usuel il me semble

Le profond décolleté de sa petite robe rouge à paillettes révèlent : Le profond décolleté de sa petite robe rouge à paillettes révèle

Voilà, ça m'a fait plaisir de venir voir ce que tu faisais.

A bientôt le plaisir de te lire


Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg