Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 14:17

Moi l'indien 1

 

Titre original :  Moi l'indien

Ecrit de : 2012

Editeur : auto-édition

Collection : numérique

Paru en France en : 2012

138 pages 

ISBN : 

 

Benjamin n'a pas une adolescence des plus faciles. Ses parents, alcooliques, ont baissé les bras depuis longtemps et ne lui servent que de façades face aux assistantes sociales qui veulent le séparer de sa petite soeur. Pour subvenir à leur besoin, il traîne dans les mauvais quartier de Paris et trempe dans des affaires louches et dangereuses. Jusqu'au jour où une assiastante sociale tenace parvienne à démontrer l'abondon familial et le comportement dangereux du garçon. Malgré son amour inconditionnel pour sa cadette, Benjamin refuse de se laisser enfermer dans un foyer et préfère prendre la fuite

Emilie vit avec sa mère et son petit frère au bord de la mer, mais elle ne ressent pas d'amour filial pour eux. Elle passe ses journées dehors, à rêver de liberté, le petit garçon sur les talons, pendant que sa mère enchaîne les conquêtes contre un peu d'argent. Emilie ne veut pas grandir, elle voudrait tout quitter pour vivre sa vie comme elle l'entend. Le déclic se produit quand elle manque de se noyer en ayant voulu suivre son ange gardien. Elle prend alors son sac pour partir à la recherche de son chez soi.

 

ATTENTION, DU 20 AU 23 OCTOBRE 2012, LA PREMIERE PARTIE DE MOI L'INDIEN D'ALEXIS SZ EST DISPONIBLE GRATUITEMENT SUR AMAZON.

 

L'histoire se passe dans le futur, mais celui-ci est peu présent. Exceptés quelques détails qu'on ne remarque pas forcément, l'histoire aurait pu se passer n'importe quand. Le manque de détails et d'explications semble être caractéristique de l'ouvrage, mais ce n'est pas forcément un mal.

J'aime cette impression un peu floue, l'idée de ne pas savoir exactement où et quand l'histoire se déroule, mais de retrouver tout de même des lieux familiers. On peut se dire que ça se passe aujourd'hui ou demain, chez soi ou ailleurs. Du coup, il devient dommage de préciser que l'intrigue se déroule dans le futur. Le flou aurait dû être partout.

Du moins au niveau du contexte, car le flou autour des personnages est un peu plus gênant. L'âge des protagonistes n'est pas précisé, sauf sur la 4e de couverture. Et sans ça, je n'aurai jamais trouvé. Benjamin ne fait pas du tout ses 12 ans, quand à Emilie, je ne suis jamais parvenue à me faire une idée de son âge.

 

Cette première partie repose pourtant sur les personnages. En effet, l'histoire se concentre sur Benjamin et Emilie, leur histoire personnelle, ce qui les a poussé à prendre la route. J'ai préféré le jeune homme, un garçon qui a dû grandir vite pour permettre à sa soeur de rester une petite fille. Il est émouvant, à la fois fort et en demande d'affection. Il trempe dans des histoires louches, mais c'est parce qu'il n'a pas le choix et on sent que ça lui pèse. La décision de quitter sa soeur est très difficile pour lui. Par contre, je le trouve trop jeune par rapport à son caractère. Même s'il a vécu des choses difficiles, il est vraiment trop mûr et a l'entendre parler, on s'attend au moins à un adolescent de 16 ans qui serait très mûr.

J'ai moins accroché à Emilie, en partie parce que je n'ai jamais su dire quel âge elle avait, mais surtout parce que je l'ai trouvé plutôt hautaine, méprisante, prétentieuse. Elle regarde les autres enfants de son âge de loin, ne veut pas se mêler à eux. Mais surtout, je n'ai pas compris son détachement vis à vis de sa mère. Comment peut-on ne ressentir aucun amour pour sa famille à 12 ans ? D'accord, sa mère est une calamité, elle est maltraitée, mal-aimée, mais je l'ai trouvée beaucoup trop détachée. Et puis pourquoi déteste-t-elle aussi son petit frère ?

 

Malgré ses nombreux défauts, la lecture a été très agréable, grâce à un style dynamique, très entraînant, proche de nous. Les pages se tournent toutes seules, on est entraîné par les mots, par ces chapitres courts qui alterne les points de vue de Benjamin et Emilie. Tout ça donne envie de laisser une chance à ce jeune auteur, très à l'écoute des conseils qu'on peux lui donner, qui plus est.

On ne voit pas encore bien où veut nous emmener l'auteur, mais cette première partie est suffisamment intriguante pour donner envie de lire la suite.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 21:36

Avec plus 40 éditeurs inscrits au catalogue, l'Association des éditeurs du Nord - Pas de Calais aussi se devait de faire sa rentrée littéraire !
Au menu de cette soirée du 2 octobre :


- Table ronde sur la relation entre photographie et édition

Pas forcément le sujet le plus intéressant. Deux éditeurs présents... alors que le catalogue en compte au moins 40... cherchez l'erreur...
Avec la thématique fantastique de Lille3000, ça aurait pu être sympa de jouer là-dessus.

 

- Lecture croisée d'extraits d'ouvrages faisant leur rentrée, par Hervé Leroy, accompagné au violoncelle par Timothée Couteau

La lecture débute sur une histoire... de toilettes. Un peu déroutant, je dois dire, et j'ai dû me retenir de rire.

Très bonne idée que de lire différents extraits des livres de la rentrée des nombreux éditeurs, mais on ne savait pas quel extrait correspondait à quel livre. Gênant ou amusant si on aime fouiller après car les livres étaient présentés sur une table à coté. Je suis partagée sur le principe.

Par contre, le violoncelle en fond sonore, c'était super sympa, et Hervé Leroy est un excellent conteur.

On a eu droit à un peu de tout : du drôle, du virulent, du violent, des 4e de couv et même une table des matières.

Dommage que ce soit un peu long.


- Slam Ch'ti par Serial CrieuR

Tout simplement excellent !

C'est drôle, c'est intelligent, les jeux de mots sont à tomber et ça sent bon le nord de la France.

 

 

- Buffet concocté par Pépée Le Mat, à l'occasion de la sortie de son dernier livre de cuisine.

Alors là... !!! ... !!!

Et je dis pas ça parce que je la connais.

Des recettes typiques du Nord, avec des produits de nos régions, savoureux, parfaitement préparés, un délice !

D'ailleurs, il n'y a pas eu beaucoup de restes ^^

 

Un beau succès pour l'Association qui s'est retrouvée avec plus de 70 visiteurs, contre la trentaine prévue.

Beaucoup de jeunes étudiants venus à la découverte des éditeurs du Nord.

Peu de maisons différentes par contre.

 

J'ai malheureusement oublié de prendre des photos, mais j'ai passé une excellente soirée.

Repost 0
Published by Stéph - dans Sortie
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 20:19

Beauty & the devilTitre original :  Mitsuiro Devil

Ecrit de : 2009

Traduction de Julie Gerriet

Editeur : Soleil

Paru en France en : 2012

180 pages 

ISBN :  978-2-3020-23178

 

Rin vit dans un sanctuaire avec son grand-père. Elle a peu d'amis à cause d'une fausse rumeur prétendant qu'elle est une fille facile.

Un soir, alors qu'elle prie les dieux de la soutenir, un démon s'écrase sur la toiture du temple. Ce dernier, Charles, est en fait prince, mais il a mystérieusement perdu ses pouvoirs. Rin et son grand-père accepte donc de l'accueillir temporairement chez lui, mais tous les matins, la jeune fille le retrouve dans son lit...

 

Dans ce manga, il est question de toiture détruite, de démon qui a perdu ses pouvoirs et de SEXE. De sexe, de sexe, de sexe. C'est à peu près tout ce que j'ai retenu de ce manga...

Pas qu'il soit mauvais, mais il n'est pas extraordinaire non plus. Comme beaucoup de oneshot, le récit est trop rapide, mais là en plus, c'est un peu décousu.Les personnages ne sont pas exploités, les chapitres s'enchaînent sans vraiment se suivre.

Heureusement, les dessins sont très jolis, très féminins, mais paraissent parfois mal imprimés. Ou peut-être ai-je eu un exemplaire défectueux ?

 

Mais n'allez pas croire que je n'ai pas aimé. Malgré tous ses défauts, c'est une lecture détente qui fait sourire, qui détend. C'est mignon, sans prétention et ça se lit bien.

 

Au final, un shojô fantastique gentillet qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais qui se lit sans déplaisir.

 

Un mot, des titres

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 17:54

Âmes vagabondesTitre original : The Host

Ecrit de : 2008

Traduction de Dominique Defert

Editeur : Le livre de poche (Première édition chez JC Lattès en 2008)

Paru en France en : 2010

832 pages 

ISBN : 978-2253129325

Autour du livre : Une adaptation cinématographique est prévue pour 2013.

 

La Terre a été envahie par des extraterrestres, des créatures pacifiques mais qui ont jugé que les terriens étaient des êtres trop violents pour gérer convenablement leur monde. Alors, comme ils l'ont fait sur d'autres planètes auparavant, ils se sont greffés sur leur colonne vertébrale et ont ont pris possession de leur corps, puis de leur esprit, effaçant peu à peu leur conscience.

Mais depuis des années, certains humains continuent de résister. Mélanie est l'un d'entre eux. Enfin était, car elle a préféré se suicider plutôt que d'être capturée. Toutefois, cela n'empêche pas les envahisseurs de réparer son corps et d'y implanter un parasite ; et pas n'importe lequel. Vagabonde a beauocoup voyagé et vécu de nombreuses vies, sur presque toutes les planètes colonisées. Elle est la seule de son espèce à ne s'être jamais posée et on attend d'elle qu'elle contrôle rapidement l'esprit de la rebelle pour leur indiquer l'endroit où se cachent les autres.

Mais le processus qui aurait dû prendre quelques semaines, n'a toujours pas abouti après presque un ans. En fait, la conscience de Mélanie est très forte et Vagabonde doit contamment lutter contre elle. C'est un secret, elle n'en parle pas car on l'obligerait à abandonner ce corps. Or, pour la première fois, l'extraterrestre prend un réel plaisir à explorer une planète, ses habitants, et à connaitre Mélanie. Elle découvre de nouvelles choses, notamment les sentiments, l'amour, au point qu'elle envisage de partir sur les traces des rebelles... seule...

 

Ce livre est un petit bijou de science-fiction.

Dès le début, on est dans le bain : en pleine insertion de Vagabonde dans le corps de Mélanie. On découvre d'autres planètes aux créatures absolument incroyables, aux système de défense ou d'organisation parfaitement réfléchis Stephenie Meyer fait preuve d'une extraordinaire imagination et il n'est pas toujours évident de se représenter ces aliens, tant ils sont atypiques.

Mais elle propose aussi une réflexion poussée sur l'homme, sur la violence et les sentiments. Elle va même jusqu'à expliquer que La petite maison dans la prairie est une éloge de la violence. Je ne peux que vous mettre l'extrait. ^^

 

- La Petite Maison dans la prairie ? Violent ?
J'ai ri. J'avais vu ce feuilleton à San Diego et Mel le connaissait depuis l'enfance.
- On y excuse la violence. Dans un épisode, un petit garçon donnait un coup de poing à la brute de service, et son geste était montré comme un un acte dhéroïsme. On voyait du sang et... " p648

 

Il y a peu d'action dans ce livre. Vagabonde apprend à gérer Mélanie, découvre son mode de vie, de pensée, ses sentiments ; avant de se retrouver au milieu des rebelles où ses journées sont rythmées par les corvées, les discussions avec son hôte, les histoires des autres planètes, les doutes des uns et des autres, les réflexions sur l'Homme... Pourtant, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde avec ce roman. Tout comme Vagabonde et Mélanie partageant une seule et même conscience, ainsi que leurs sentiments, j'ai eu l'impression d'être une troisième entité qui partageait tout avec elles. J'étais complètement happée par le récit, j'ai ri, j'ai pleuré et ai été amoureuse avec les deux héroïnes. J'ai aussi eu mal car la violence est au coeur du roman. Les hommes sont méchants, violents, agressifs et l'expérience de Vagabonde ne va pas contredire ces faits. Toutefois, elle va réaliser que cette violence est indissociable de sentiments tout aussi forts et profonds tel que l'amour, l'amitié, ce qui va complétement remettre en cause ses convictions.


Cette Terre était à la fois le plus noble et le plus vil des mondes; on y trouvait les émotions les plus belles, les plus délicates, et en même temps, les pulsions les plus noires, les plus sinistres. Peut-être était-ce inévitable? Peut-être sans le Très-Bas ne pouvait-on toucher au Très-Haut ?

 

J'ai longtemps hésité à lire ce livre car c'est un pavé de pas moins de 825 pages. Pourtant, il ne m'aura fallu que quelques jours pour en venir à bout. J'étais incapable de le reposer. A la fois le récit, le style, les personnages.... font de ce roman un véritable plaisir de lecture, un petit bijou que je vous recommande très chaleureusement.

ABC 2012

sciencefiction

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 10:49

Chaperon rougeTitre original : Red Riding Hood

Ecrit de : 2011

Traduction de Arnaud Regnauld

Editeur : Michel Lafon

Paru en France en : 2011

344 pages 

ISBN : 978-2749914183

 

Daggerhorn est un petit village perdu au milieu des bois, dont les habitants vivent principalement de l'agriculture. Soumis aux anciennes croyances, leur plus grande crainte est l'apparition du loup auquel ils sacrifient un agneau tous les mois.

Mais aujourd'hui, Lucie a été retrouvée morte. Valérie, sa soeur, est inconsolable et ce ne sont pas les attentions d'Henry, le fils du forgeron, qui la console. Celui dont elle a besoin, c'est Peter, bûcheron, son ami d'enfance qui avait disparu depuis des années avant de réapparaitre la veille.

Mais un autre personnage fait son apparition : le père Salomon, redoutable chasseur de loups-garous, venu leur prêter mains fortes. Et il est catégorique : le loup vit parmi eux. Une déclaration qui va mettre le village en émoi, tout le monde devient suspect, surtout Valérie qui réalise bientôt qu'elle est la seule capable d'entendre la bête.

 

Le roman est tiré du film éponyme réalisé par Catherine Hardwicke. D'ailleurs, si vous souhaitez lire ce livre dans l'intention d'en apprendre un peu plus, passez votre chemin. Cette adaptation de Sarah Blakley-Cartwright, copine de la réalisatrice, n'est qu'un ressassé du long métrage.

Cela ne veut pas dire que l'histoire n'est pas bien. Malgré ces dehors absolument pas originaux, les personnages sont sympathiques. Comme Valérie, le lecteur doute de tout le monde (sauf si vous avez vu le film...) et les scènes entre Peter et l'héroïne sont très romantiques.

Malheureusement, si vous avez déjà vu le film, le roman est sans surprise, l'auteur ne parvient même pas à créer un peu de suspens. Le style est plutôt plat, mais a le mérite de se lire vite.

 

Par contre, originalité du roman, il n'y a pas de fin. Pour connaître le dénouement, il faut se connecter au site de Michel Lafon. L'idée aurait pu être séduisante si elle n'avait pas deux inconvénients. Le premier : la fin proposée sur papier aurait pu se suffire à elle-même si l'auteur avait pris le temps de répondre à certaines questions, comme les motivations des suspects. A croire que la logique est très surfaite de nos jours...
Second inconvénient : si je relis ce roman dans quinze ans, trouverais-je encore ma fin alternative sur le site ? Car je le rappelle, la fin papier n'est pas du tout satisfaisante, bien que très romantique.

ABC 2012

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 10:13

Logo.png

 

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

 


 

Le thème de cette semaine :

Les 10 animaux de compagnie préférés dans les livres


 

Pen-Pen, le pingouin d'eau chaude, dans le manga Evangelion de Yoshiyuki Sadamoto.
Il vit dans un réfrigérateur en plein milieu du salon et se soule à la bière avec sa maitresse. ^^

 

Luna dans Sailor Moon de Naoko Takeuchi.
Bah oui, un chat qui parle, c'est quand même pratique.

 

...

 

En fait, c'est le seul qui me viennent à l'esprit...
Je suis plus marquée par les animaux à l'écran.
D'ailleurs, même quand je pense aux deux cités, c'est leur version en animé que je visualise.

Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 09:43

Mes lectures :

Chroniques martiennes

  Âmes vagabondesÂge des miraclesRebeccaBreves-bulletins-scolaires.jpg

 

 

 

 

Un mois pas très intense niveau lecture, je trouve.
J'aurai pu faire mieux. Je suis un peu déçue.

Midnight Children 1

Midnight Children 2

Aya-1.jpg

 

 

 

 

 

Rien de terrible en BD et manga non plus.
J'ai bien lu cet été, sans doute ai-je voulu faire une pause... 

 

Mes challenges :

Baby-challenge bit lit : 10/20
Baby-challenge science-fiction : 6/20
Baby-challenge BD : 4/20
Baby-challenge manga : 17/20
Challenge ABC : 8/26
Challenge romance paranormal :  3/15

Je suis vraiment à la bourre pour certains...

 

Les nouveaux arrivants :

J'ai fait des folies, encore une fois, avec l'opération Bragelonne.
Mais des e-book à 0,99 E, comment voulez-vous résister ?
Mais comme je me contente de faire la liste des arrivants papier, en fait j'ai été très raisonnable, puisque je n'ai rien acheté ^^

 

Mes envies pour le mois à venir :

Je ne sais pas trop. Je n'ai envie de rien de précis en fait...

Hotel-William-Child-Bird-1.jpg

Hotel-William-Child-Bird-2.jpg

Hotel-William-Child-Bird-3.jpg

Bois-sauvage.gif

Buffy 4

Anita-blake-6-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Stéph - dans Mes bilans
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 10:08

Zookeeper.jpgTitre original : Zookeeper

Réalisateur : Frank Coraci

Long-métrage américain

Genre : comédie

Année de production : 2011

Durée : 01h39

Avec Kevin James, Rosario Dawson, Leslie Bibb, Ken Jeong, Donnie Wahlberg, Joe Rogan, Nat Faxon, Steffania de la Cruz, NIck Bakay...

 

Griffin est gardien de zoo. Un employé exemplaire, apprécié de tous, y compris des animaux, mais un homme seul. En fait, il ne parvient pas à oublier Stéphanie, son grand amour qui l'avait humilié en refusant sa demande en mariage. Mais aujourd'hui, elle est revenue à l'occasion du mariage de sa meilleure amie et ne semble pas désintéressée. Une chance pour Griffin qui espère toujours la reconquérir. Mais comment ne pas reproduire les mêmes erreurs ?

Il va alors recevoir une aide à laquelle il ne s'attendait pas : celle des animaux du zoo. Car ces derniers, de peur de voir partir leur gardien préféré, lui révèle leur plus grand secret : ils parlent. Et chacun va y aller de ses petit conseils pour l'aider à reconquérir sa belle.

 

Franchement, au vu du résumé, je n'étais pas très emballée. Je me suis dit : "encore un film débile à la American Pie, avec des personnages stupides qui enchainent connerie sur connerie." Et bien pas du tout !

En fait,  j'ai beaucoup ri, les répliques et les situations sont intelligentes et il y a même quelques séquences émotions. Principalement grâce à deux éléments : le héros et les animaux.

Ces derniers sont hilarants. Entre le singe imbu de lui-même qui ne cesse de rappeler sa supériorité parce qu'il possède des pouces, les deux ours qui passent leur temps à se chamailler, le lion castré par sa femmelle, ou l'éléphant obsédé par son régime, le spectateur se retrouve face à une galerie de portraits intéressants et dans l'air du temps. Le tout joué par de magnifiques animaux, je suis une fille, je craque.

Mais surtout, leurs répliques sont perspicaces. Les scénaristes sont parvenus à éviter les dialogues bourrés de clichés qui sont légions dans ce genre de films, même si on ne peut en éviter quelqu'un.

Chacun va y aller de son sconseil de séduction, mais on ne séduit pas dans le monde animal comme dans celui des humains.

Zookeeper-photo.jpg

Là où le film se révèle plus sympa aussi, c'est que Griffin, le personnage principal, n'est pas un idiot. Il sait bien que les conseils des animaux ne sont pas faisables, alors je vous rassure, vous ne le verrai pas lever la patte ou jeter du caca. Oui, certains conseils sont un peu bizarres... Mais sa volonté de faire plaisir aux animaux va parfois le mettre dans des situations vraiment drôles.

 

Quelques séquences émotions aussi avec un grand singe solitaire qui devenir un ami précieux pour notre héros, et une collègue vétérinaire qui va se révéler plus intéressée qu'il n'y parait. Bon, je vous avais prévenu, on échappe pas à quelques clichés quand même.

 

Tout ça pour dire que finalement, malgré mes a priori, Zookeeper s'est révélé un excellent divertissement, une comédie familiale très bien faite avec laquelle j'ai passé un très bon moment.

 

Repost 0
Published by Stéph - dans Cinéma
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 15:26

Top-Ten-Mardi.jpg

 

 

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

 


 

Le thème de cette semaine :

Les 10 sagas préférées (dyptiques, trilogies, séries plus longues,...)


> Les chroniques des vampires, de Anne Rice

 

> Sailor Moon, de Naoko Takeuchi

 

> Alpha et Oméga, de Patricia Briggs

 

> Queen Betsy, de Mary Janice Davidson

 

> Yoko Tsuno, de Roger Leloup

 

> Anita Blake, de Laurell K. Hamilton

 

> Twilight, de Stephenie Meyer

 

> Sambre, de Yslaire

 

> Le sablier, de Hinako Ashihara

 

> My first love, de Kotomi Aoki

Repost 0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 20:43

Dracula mon amourTitre original : Dracula My Love : The Secret Journals of Mina Harker

Ecrit de : 2009

Traduction de Luc Rigoureau 

Editeur : Hachette

Collection : Black Moon

Paru en France en : 2010

640 pages 

ISBN : 978-2012020832

 

Tout le monde connaît plus ou moins l'histoire de Dracula, ce monstre de Transylvanie qui a mené la vie dure au jeune Jonathan Harker et à son entourage, avant de finir en poussière lors d'une attaque orchestrée par le professeur Van Helsing.

Pourtant, c'est un tout autre portrait que nous dresse Mina Harker : celui d'un homme cultvé, bon, doué pour les arts et profondément amoureux ; celui dun homme prêt à tout pour protéger l'amour de sa vie, la douce Mina, qui nous révèle ici la vérité sur les terribles évènements survenus entre l'Angleterre et la Transylvanie.

 

Dracula est un monstre, le premier vampire qui a marqué notre culture et il est loin d'être tendre. Syrie James prend le parti d'en faire un personnage romantique, phénomène typique de ces dernières années. Si je n'ai rien contre ces créatures sensibles qui nous font rêver, l'idée de reprendre un mythe comme le comte pour en faire un gentil toutou dont on a limé les crocs me séduit moins. Mais si encore l'auteur parvenait à en faire quelque chose d'intéressant...

 

L'histoire est racontée du point de vue de Mina, une jeune femme aux bonnes moeurs de l'Angleterre du 19e siècle. Comprenait une insipide orpheline bien élevée qui passe son temps à lire et se promener, mais qui s'interdit toutes distractions inconvenantes, comme danser à un bal ou marcher tête droite dans la rue. Sacrilège !

La première partie du récit nous relate donc l'ennuyeuse vie de Mina.

La seconde revient enfin sur Dracula et leur rendez-vous, où la jeune femme démontre au lecteur l'étendue de sa stupidité en avalant toutes les excuses, plus grosses les unes que les autres, que lui sert son nouvel amoureux. Avec qui, d'ailleurs, il ne se passe pas grand chose, étant donné que Mme Harker est une respectable épouse qui passe déjà son temps à se vilipender pour avoir OSE parler à un autre homme que son mari...

Et enfin, dans la troisième partie, notre narratrice est tenue à l'écart de tous les projets de ses amis dans leur traque contre le comte et ne sait donc rien.

Dracula mon amour ou comment faire un roman de 545 pages avec du vide !

 

L'auteur aurait pourtant pu faire quelque chose de sympathique en mettant effectivement le doute au lecteur concernant les intentions de Dracula, en accentuant les sentiments de Mina prête à l'aimer malgré sa nature démoniaque, mais Syrie James se contente d'accumuler les excuses les plus improbables pour justifier les actions du comte, des mensonges tellement grossiers qu'ils perdent toute crédibilité et de faire de Mina une narratrice insipide plus vertueuse qu'un bonne soeur. A ce titre, la fin est sans doute

la partie la plus décevante, pas du tout celle qu'on était en droit d'espérer, dégoulinante de moralité, portant en triomphe la victoire du Bien contre le Mal, sans aucune ambiguité possible.


Et pour couronner le tout, la lecture est un véritable calvaire. L'histoire sans intérêt de Mina nous est narrée dans un style pompeux aussi ennuyeux que l'original, ponctué de longues descriptions sans saveurs, de dialogues insipides et de répétitions à rallonge (si, si, c'est possible !). Le nombre de fois où Mina écrit son journal ! Elle ne semble bonne qu'à ça !

Un conseil ? passez votre chemin.

 

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée par Stellablogueuse, avec Myiuki22, Salsera15 et Clairdelune

ABC 2012

Romance paranormale

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg