Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 20:12

Entretien-avec-un-vampire.jpg 

Titre original : Interview with the vampire : Claudia's story

Ecrit en : 2012

Editeur : Pika

Collection : Black Moon Graphics

Paru en France en : septembre 2013

224 pages

ISBN : 978-2811611194

 

Pour garder auprès de lui Louis qui menaçait de le quitter, Lestat a transformer une petite fille en vampire. Claudia est désormais leur enfant. Alors que Lestat lui apprend la chasse, le meurtre, la violence ; Louis lui enseigne l'humanisme, les arts, l'ouverture au monde.

Les années passent ; Claudia est devenue une femme prisonnière d'un corps d'enfant et se pose de plus en plus de question sur l'existence des vampires. Des questions auxquelles Lestat refuse de répondre.

 

Ashley Marie Witter retranscrit avec beaucoup de fidélité un passage du roman éponyme d'Anne Rice, qui été alors raconté du point de vue de Louis. L'auteur s'intéresse ici à Claudia, à ses sentiments, ses pensées. Un manga qui respecte beaucoup l'ambiance du livre, y compris dans les dessins très beaux et très soignées, avec une touche un brin dépassé, vieillot, à l'image des personnages d'Anne Rice.

 

Ce manga se révèle finalement trop court. On passe rapidement sur certaines choses qui auraient valu d'être plus développés. Claudia est un personnage très intéressant, peu développé dans le roman et qui méritait bien son petit moment de gloire. C'est chose faite avec ce très beau manga, esthétiquement parlant.

 

ActuaBD

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 20:12

Sleeping-Princess-1.jpg

 

Titre original : Nemurihime - Yume Miru You ni Koi Shiterut

Ecrit en : 2010

Editeur : Soleil Manga

Collection : Shojo

Paru en France : 5 février 2014

192 pages

ISBN : 978-2302031210

 

Le père d'Alice est gravement malade et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Son dernier voeu serait que sa fille trouve un homme qui l'aime avant son départ alors pour lui faire plaisir, la jeune fille demande au docteur Tatsuya de jouer le rôle de son petit ami, le temps que son père parte. Mais en réalité, l'adolescente est réellement amoureuse du jeune médecin.Une idylle qui pourrait être partagé, mais qui tourne court car Alice apprend qu'elle est aussi atteinte du mal qui a tué son père. Un mal incurable au jour d'aujourd'hui. 

 

Au premier abord, The Sleeping Princess se veut une histoire d'amour des plus classiques. Alice est une jeune fille charmante, belle, touchante et courageuse. L'héroïne de shojo par excellence. De même le beau docteur, jeune et ambitieux, au mystérieux secret ferait rêver beaucoup de midinettes.

Mais ce tome 1 se termine sur un étrange cliffhanger qui turlupine le lecteur. Où l'auteur nous emmène-t-elle ? On attend la suite avec impatience.

 

Rien à dire sur le dessin, des plus classiques, si ce n'est que Yuna Sasaki semble avoir des problèmes de nez, puisqu'ils sont la plupart du temps absents du visage de ses personnages.

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 22:25

TacticsTrain-avril-13

 

Titre original : Takurami Train

Ecrit en : 2011

Traduction de

Editeur : Boy's Love

Paru en France en : mars 2013

208 pages

ISBN : 978-23687-7033-7

 

Jun se fait tripoter dans le train. Mais ça ne le dérange pas, vu que c'est le garçon dont il est amoureux. Du coup, il lui propose même d'aller tirer un coup dans la ruelle d'à côté. C'est beau l'amour !
On a aussi droit à un jeune homme qui couche pour un paquet de clopes, ou encore un autre qui enchaîne les conquêtes pour oublier son amour à sens unique, mais c'est pas grave, vu qu'il est myope... :/


Le reste des histoires repose sur des bases aussi futiles, limite ridicules. Autant dire que le lecteur est loin d'être transporté par le scénario. 

 

Mais ce qui m'a attirée au premier abord, c'est la couverture. J'adore l'illustration de première page, je la trouve très belle. Mais je me suis fait avoir. Quelle couverture mensongère !!!!
L'auteur a un style encore hésitant et très classique, qui rappelle les auteurs Jenny, Judith Park ou encore Xian Nu.
Le genre de dessin encore amateur qui manque de finesse et qu'on s'attend plutôt à trouver dans les fanzines.

 

Et pour compléter le tableau, l'adaptation est mauvaise. Les répétitions sont un peu trop nombreuses, de même que les mauvaises tournures de phrases et l'absence de négation, sans parler de l’utilisation excessive des ! et ?

ActuaBD

Challenge Mystère

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 20:45

KimiGaKoiNiOchiru-Mars-13Titre original : Kimi ga Koi ni Ochiru

Ecrit en : 2005

Traduction de Marie-Saskia Raynal

Editeur : Taïfu Comics

Paru en France en : mars 2013

208 pages

ISBN : 978-2-35180-7026

 

Il y a quatre ans, Haru Mochizuki a abandonné sa ville, ses amis et le kyudô (Art martial qui a pour origine le tir à l’arc guerrier) parce qu’il était épris de son capitaine. Aujourd’hui, alors qu’il prend son poste de professeur de japonais au lycée, il se retrouve face à Tsukasa Shudô, le petit frère de son amour de jeunesse. Celui-ci lui avoue avoir toujours été amoureux de lui. Une déclaration qui va chambouler Haru, d’autant plus que Reiichirô, le frère de Tsukasa n’était peut-être pas aussi insensible que son ami l’a toujours supposé.

 

Hinako Takanaga est habituellement une adepte des comédies romantiques aimant mettre ses personnages dans des situations rocambolesques. J'avais été moins emballée par sa série Silent Love, un peu trop futile et à l'humour très niais. Mais ici, elle offre aux lecteurs une histoire pleine de tendresse et d’émotion, avec des personnages touchants auxquels on s’attache très vite. Et puis j'adore les histoires se passant sur plusieurs années. Je trouve ça tellement romantique. Il est difficile de rester insensible à une histoire qui reprend vie des années plus tard, toujours aussi intense, et même plus.

 

Le trait de l’auteure, très féminin, très doux, se prête parfaitement à cette romance très fleur bleue et au style très shojô. Les illustrations de kyudoka sont très élégantes et donnent une impression de sérénité, conférant une certaine sensibilité aux dessins. Kimi ga Koi ni Ochiru est un titre délicat vraiment plaisant à lire, qui m'a beaucoup touchée.

ActuaBD

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 11:34

BiNoIsu-nov-12Titre original : Bi no Isu

Ecrit en : 2008

Traduction de Marie-Saskia Raynal

Editeur : Taïfu Comics

Paru en France en : novembre 2012

208 pages

ISBN : 978-2-3518-0689-0

 

Alors que les clans Umezaki et Aiga de la mafia japonaise sont sur le point de conclure un accord de paix, Tsujisaka poignarde l’un des gars du clan Aiga. Nirasawa, son responsable, est interrogé par Kabu, le bras droit du boss, mais aussi l’homme qui l’a recueilli et dont il est amoureux.

Et Kabu sait bien que pour faire parler Nirasawa, la violence physique est inutile. Il va donc préférer des méthodes plus radicales encore.

 

Le trait de Reibun Ike est vraiment très agréable. Les hommes sont beaux, sans être trop efféminés, et il y a un vrai soin apporté aux détails. Contrairement à beaucoup de yaoi, les cases sont vraiment travaillées, avec beaucoup d’éléments. Mais malheureusement, je n'ai pas trouvé l'histoire à la hauteur.

 

Trois récits en moins de 200 pages, le moins qu’on puisse dire, c’est que ça manque de développement. En plus, l’épisode principal est quand même très violent. Et là où des titres comme Viewfinder ou Under Grand Hotel compensent la violence des actes par la profondeur des sentiments (sans mauvais jeu de mots), Bi no Isu se contente de montrer des images-choc, pou des histoires d’amour pas spécialement touchantes.

Et puis avec ses uke qui ont vite les larmes aux yeux, elles ont même quelque chose d’un peu niais, ne cadrant pas avec le milieu dans lequel se situe l’action. 

 

Au final, un manga à l'esthétique parfaite, mais qui malheureusement, risque d'être vite oublié

ActuaBD

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 20:13

Quartier lointainTitre original :  Harukana Machi-e 

Ecrit en : 1998

Traduction de Marie Saskya-Reynald

Editeur : Casterman

Collection : Ecritures

Paru en France en : novembre 2010

408 pages 

ISBN : 978-2-2030-3036-7

 

Homme d'affaire marié et père de deux jeunes filles, Hiroshi est un peu trop porté sur la boisson. D'ailleurs, ce matin-là, il se réveille dans le train, à destination de Kurayoshi, sa ville natale. Avant de rentrer chez lui, il en profite pour se rendre sur la tombe de sa mère. Mais alors qu'il se redresse, il constate que son ombre est différente : il a remonté le temps jusqu'à l'été de ses 15 ans. Il profite alors de sa jeunesse retrouvée, de ses amis, jusqu'à ce qu'il réalise que c'est ce même été que son père a disparu, quittant le domicile familiale sans aucune explication.

 

Qui n'a jamais entendu parler de Jirô Taniguchi ? Même pour des néophytes, c'est compliqué, vu le nombre de prix qu'il a remporté. Ce titre a même été adapté au cinéma par un réalisateur européen, ce qui est plutôt exceptionnel pour un auteur de manga.

Moi qui suis pourtant une grosse lectrice de manga, je ne m'étais pas encore penchée sur son travail. Il était temps d'y remédier.

 

Malheureusement, la magie n'a pas opéré. Je suis loin d'avoir apprécié le travail de cet auteur.

Je ne suis pas très fan, d'une manière générale, du style réaliste, mais ici, les mâchoires très carrées des personnages et les petits yeux de biche des braves japonaises m'ont vite lassée. Et en parlant de carré, la mise en page aussi est très symétrique. Il n'y a aucune fantaisie, à aucun moment. Tout est immobile, aussi bien le dessin que l'histoire.

 

Il se passe très peu de choses, c'est lent, le personnage principal ne fait que revivre sa jeunesse, sans vraiment intervenir. Et quand il se décide finalement à bouger, c'est pour laisser tomber dès qu'on lui dit non. La comparaison entre le héros adulte et son père est évidente dès le départ, pourtant le héros lui-même ne semble pas du tout le comprendre ; du coup, le message est très hésitant.

C'est le genre de récit tranche de vie, lent, très contemplatif, qui ne me plait pas vraiment.

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:08

Hey-Sensei--.jpgTitre original :  Nee, Sensei ? 

Ecrit en : 2007

Traduction de Marie Saskya-Reynald

Editeur : Asuka 

Collection : Boy's Love

Paru en France en : février 2010

200 pages 

ISBN : 978-2-8496-5747-8

 

Isa est professeur de math au lycée et depuis quelques temps, l’un de ses élèves lui fait des avances. Le problème, c’est que Homura n’est pas qu’un de ses étudiants, c’est aussi le frère de son ancienne petite amie. Les choses se compliquent quand celui-ci rate son examen et que Isa est obligé de lui donner des cours supplémentaires. Profitant qu’ils soient enfin seuls, Homura décide d’aller un peu plus loin pour prouver ses sentiments à son sensei.

 

Une idylle entre un professeur et son élève, voilà une relation des plus sexy, qui flirte avec le danger. Malheureusement, Yaya Sakuragi a choisi de ne pas exploiter cet aspect et nous sert ici une banale histoire de couple qui découvre les joies et les plaisirs de l’homosexualité. Le fait que Homura soit le frère de l’ex de Isa a très peu d’importance finalement et n’ajoute pas plus de piquant à cette relation.

 

Le seul point positif de cette histoire est le traitement de la relation dominant/dominé. Bien que Isa soit le uke, il garde totalement le contrôle sur Homura dans la vie courante, ce qui est tout à fait logique puisqu’il est son professeur. On est loin du cliché de l’étudiant rebelle qui martyrise et humilie son sempai pour le plaisir, comme c’est le cas dans la plupart des yaoi de ce genre.

 

La relation entre Isa et Homura est tendre, faire d’hésitation et de conciliation. Hey Sensei ! est une petite histoire d’amour gentillette qui tient plus du shonen-aï que du yaoi.

ActuaBD

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 15:03

Class-juin-12Titre original :  Kakumei Kyôshitsu 

Ecrit en : 2006

Traduction de Marie Saskya-Reynald

Editeur : Delcourt 

Collection : Sakura

Paru en France en : juin 2012

208 pages 

ISBN : 978-2-7560-2882-8

 

Leila vient d’arriver dans un nouveau collège, mais qu’elle n’est pas sa surprise quand elle découvre que toute sa classe est soumise à un système de classement drastique : tous les élèves, sans exceptions, sont classés en trois niveaux A, B ou C. Les élèves de rang inférieur doivent obligatoirement obéir aux ordres des élèves de rang supérieur, quels qu’ils soient.
En contrepartie, toutes formes de violence physique ou psychologique est interdite. Les élèves, mais aussi les professeurs, ont accepté ce système qui n’est pas du tout du goût de la nouvelle arrivée. Elle va alors tout faire pour détruire ce organisation.

 

CLASS est le second manga publié au Japon par Natsumi Aida, quelques années avant sa série phare : Switch Girl. Le trait n’est pas encore aussi assuré qu'aujourd’hui et présente pas mal de défauts, notamment au niveau des proportions ou de l’expression des visages, mais on devine déjà la jeune Nika dans Leila, l’héroïne principale, fière et volontaire.

 

L’auteur a souhaité évoquer dans ce titre un sujet particulièrement important au Japon : l’injustice et les persécutions scolaires extrêmement violentes. Le sujet trouve peut-être un certain écho au Pays du Soleil Levant, mais auprès du lectorat français, l’histoire risque de paraître trop peu crédible pour être vraiment intéressante.

Le format court n’aide pas non plus : il y a peu d’action, peu de réflexion, simplement des faits. Un manga un peu trop léger à mon goût. 

 

ActuaBD

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 10:39

Love-Zipper.jpgTitre original :  Love Zipper

Ecrit en : 2010

Traduction de Xavière Daumarie

Editeur : Panini

Collection : Shojô

Paru en France en : octobre 2012

192 pages 

ISBN : 978-2-8094-2658-8

 

Rose Fan Fan est une boutique de mode renommée où chaque jeune fille peut trouver la tenue qui la rendra la plus jolie. Toute l’équipe est au petit soin pour vous aider à trouver la robe qui vous mettra le plus en valeur, mais la reine incontestée de ce lieu est Airi, la meilleure conseillère du magasin. Histoires d’amour autour de la mode.

 

Peu connue dans nos contrées, Yuki Shiraishi a déjà publié une dizaine d’ouvrages au Japon. Pour ce titre, elle a été directement contactée par la marque de vêtements Rose Fan Fan qui existe réellement. C’est donc un produit purement commercial que ce titre.

 

Le récit se compose de trois parties, dont les seuls points communs sont l’amour et Rose Fan Fan. Trois petites histoires indépendante où le style des héroïnes va leur poser quelques difficultés à se déclarer à l’élu de leur cœur. Pas franchement recherchées comme histoires.

L’auteur parvient tout de même à ne pas mettre la boutique au centre de son manga, tout en mettant en valeur la marque et surtout le contact clientèle. Un bon produit marketing, mais un shojô un peu fade.

ActuaBD

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 23:04

Whispers.jpgTitre original :  Kimi ni Sasayaku Mirai

Ecrit en : 2005

Traducteur :

Editeur : Asuka

Collection : Boy's Love

Paru en France en : mars 2010

192 pages 

 978- 2849657775

 

Kazuki est censé revenir de voyage par le vol 201, mais celui-ci s’est crashé et aucun survivant n’a été retrouvé. Pour Renji, c’est son monde qui s’écroule, les deux lycéens étant profondément amoureux. Il décide alors de rejoindre son amant dans l’autre monde, quand ce dernier entre dans l’appartement. Suite à un empêchement de dernière minute, Kazuki a pris l’avion suivant et échappé à l’accident. Mais au fil des jours, Renji remarque que le jeune homme n’est plus tout à fait le même.

 

Le premier chapitre de Whispers est particulièrement dramatique. L’émotion est constante, on passe de la joie aux pleurs en même temps que Renji. Puis, les chapitres suivants sont totalement différents. Naono Bohra passe au genre fantastique, mais de manière totalement décalée. Malgré ce choix très surprenant, le tout est extrêmement drôle et la lecture très agréable.On passe vraiment un bon moment avec ce titre.

 

Passé maître dans le genre, Naono Bohra est très appréciée des fans de yaoi, notamment pour ses très beaux dessins. Les héros sont de très beaux garçons bien proportionnés, pas trop efféminés, et surtout, les scènes d’amour sont très explicites. Ce manga ne déroge pas, les dessins sont sublimes et il se révèle être une excellente œuvre pour découvrir l’univers de cette mangaka. ActuaBD

Repost 0
Published by Stéph - dans Manga
commenter cet article

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg