Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 19:43

TempêteCouleursCerisier-juin-12Titre original :  Usubeni no Arashi

Ecrit en : 1991

Traducteur : Saé Cibot

Editeur : Delcourt

Paru en France en : juin 2012

192 pages 

 978-2756032306

Takashi et Kiyoshi ont perdu leur père il y a six ans. Passionné de baseball et entraîneur d’une équipe junior, ce dernier rêvait que ses fils deviennent joueurs professionnels. Takashi, l’aîné, est sur le point de réaliser le rêve de son père, tandis que Kiyoshi, au contraire, vient de quitter le club du lycée. Pourtant, ce n’est pas la passion qui lui manque, mais entre le départ de son frère, le rejet de la fille dont il est amoureux, éprise de son aîné, et le fait que sa mère semble avoir rencontré quelqu’un, le jeune homme est un peu perdu.

Comme d’habitude, Aï Yazawa aime traiter des affres de l’adolescence, de l’incertitude sur l’avenir et des aléas de l’amour. Comme toujours, elle le fait avec beaucoup de mélancolie et de réalisme. La retranscription des émotions est touchante, aussi bien par le récit que par le dessin, mais pas très différente de ses autres mangas.

Quand un auteur a du succès, les éditeurs finissent par sortir tous leurs travaux, y compris les moins intéressants. Les recueils de nouvelles sont légion, mais leur intérêt est souvent limité et ils ne s’adressent qu’aux fans. C’est le cas d’Une tempête aux couleurs de cerisiers, gentille petite histoire dans le plus pur style de l’auteur qui s’adresse principalement aux fans.

ActuaBDABC 2012

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 20:19

Beauty & the devilTitre original :  Mitsuiro Devil

Ecrit de : 2009

Traduction de Julie Gerriet

Editeur : Soleil

Paru en France en : 2012

180 pages 

ISBN :  978-2-3020-23178

 

Rin vit dans un sanctuaire avec son grand-père. Elle a peu d'amis à cause d'une fausse rumeur prétendant qu'elle est une fille facile.

Un soir, alors qu'elle prie les dieux de la soutenir, un démon s'écrase sur la toiture du temple. Ce dernier, Charles, est en fait prince, mais il a mystérieusement perdu ses pouvoirs. Rin et son grand-père accepte donc de l'accueillir temporairement chez lui, mais tous les matins, la jeune fille le retrouve dans son lit...

 

Dans ce manga, il est question de toiture détruite, de démon qui a perdu ses pouvoirs et de SEXE. De sexe, de sexe, de sexe. C'est à peu près tout ce que j'ai retenu de ce manga...

Pas qu'il soit mauvais, mais il n'est pas extraordinaire non plus. Comme beaucoup de oneshot, le récit est trop rapide, mais là en plus, c'est un peu décousu.Les personnages ne sont pas exploités, les chapitres s'enchaînent sans vraiment se suivre.

Heureusement, les dessins sont très jolis, très féminins, mais paraissent parfois mal imprimés. Ou peut-être ai-je eu un exemplaire défectueux ?

 

Mais n'allez pas croire que je n'ai pas aimé. Malgré tous ses défauts, c'est une lecture détente qui fait sourire, qui détend. C'est mignon, sans prétention et ça se lit bien.

 

Au final, un shojô fantastique gentillet qui ne casse pas trois pattes à un canard, mais qui se lit sans déplaisir.

 

Un mot, des titres

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 22:46

Midnight-Children-1.jpgTitre original : Midnight ChildrenMidnight-Children-2.jpg

Ecrit en : 2008

Traduction de

Editeur : Tonkam

Série complète en 2 tomes

Paru en France en : juin 2011

192 pages 

ISBN :   978-2759506606 (tome 1)  978-2759506613 (tome 2)

 

Alors qu'ils sont chargés de ramener des pâtisseries malgré la pluie, les jumeaux Ryu et Tora découvrent une jeune fille évanouie dans la rue. Ils la ramènent chez eux avant de l'envoyer à l'hôpital quand elle perd de nouveau connaissance. En fait, la jeune femme a perdu ses souvenirs de ces trois dernières années, ainsi que son nom et tout ce qui la concerne, sans doute après un traumatisme. Ses sauveurs, qui se sont pris d'affection pour l'adolescente, lui proposent alors de l'héberger.

Sumire, nom qu'on lui a donné, vient en fait de faire la connaissance des Risky, un boy's band au top des charts depuis plus d'un an.

 

Mayu Shinjo est une des prêtresses du mature shôjo, ces mangas pour jeunes femmes aux scènes bien plus explicites qu'un simple baiser. Mais avec Midnight Children, elle revient à un récit plus soft, une simple histoire d'amour des plus platoniques. Résultat de ce changement de narration ? Pas très probant !

 

Sumire est un personnage insipide qui passe son temps à se lamenter et tombe amoureuse d'un héros typique du genre et sans saveur. Autour d'elle, des personnages secondaires aussi ennuyeux et inintéressants, que l'auteur n'a pas pris la peine de développer. Avec ou sans, c'était la même chose ! De même, je n'ai absolument pas compris ce qu'apporte le groupe des Risky.

 

Tout comme les personnages, le récit est ponctué de raccourcis. Les évènements, plutôt plats et fades, s'enchainent rapidement et les rebondissements sont bien trop gros pour surprendre le lecteur. Pas de développement, beaucoup de non-dits, pas de grand intérêt.

Le deuxième tome est bourré de révélations, trop pour seulement deux personnages ; seul le traumatisme de Sumire peut encore émouvoir les plus réceptifs, mais il y a trop de défauts pour apprécier vraiment cette série.

 

Le trait de Mayu Shinjo, lui, reste le même. On aime ou on aime pas, même si l'absence de détails ou de décors fait tout de même un peu tiquer.

Un mot, des titres

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 21:57

role_playing_girl.jpg

 

Titre original : Otameshi RPG

Ecrit en : 2004

Traduction de ?

Editeur : Ki-Oon

Paru en France en : septembre 2004

192 pages

ISBN : 978-2915513035

 

Rhea est une jeune orpheline, mais son physique plutôt masculin fait qu'on la prend souvent pour un garçon. D'ailleurs, elle vient d'être choisie pour devenir un apprenti héros, vocation pour laquelle la première condition est... d'être un homme ! Mais elle n'a pas le choix, si elle refuse, elle sera exécutée.
La voilà dont partie à travers le pays pour devenir une combattante, avec pour toute aide un manuel de l'apprenti héros. Pas forcément très emballée, ni très douée, elle va faire la rencontre de Weldone et Medium, encore moins doués qu'elle.

 

Role Playing Girl est une petite parodie de RPG, comprenait jeu de rôle du genre Final Fantasy. On est donc dans un univers fantastique où les personnages sont des guerriers dotés de pouvoirs magiques. Sauf notre héroïne ! Mais en fait si ! Sauf qu'il faut qu'elle les découvre ! Le tout en trois jours puisque le livre est un volume unique !
Dans le genre narration rapide, on est servi ! Pas le temps de s'attacher aux personnages, scènes sans transition, évolutions abracadabrantes...

 

Le coup de crayon de Akita Kome est plutôt classique. Je n'ai pas compris comment on pouvais prendre Rhea pour un homme ; par contre, je ne me suis rendue compte qu'à la moitié du manga que Weldone était un homme :/
En fait, il ne reste que l'humour, puisque c'est une parodie. Sans être hilarantes, la plupart des situations font tout de même apparaître un sourire assez souvent.

 

En bref, une lecture pas désagréable, mais qui présente peu d'intérêt.

Un mot, des titres

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 08:50

Switch Girl FB

 

Titre original : Switch Girl Special Book

Ecrit en : 2010

Traduction de Yuko Kuramatsu

Editeur : Delcourt

Paru en France en : février 2012

176 pages

ISBN : 978-2756028651

 

Je ne suis pas fan des fanbooks, ces livres purement commerciaux qui s'adressent aux fans purs et durs d'une série en leur proposant des portraits de personnages et un récapitulatif des grands évènements de leur série préférée, agrémentés de quelques jeux insipides et autres quizz sans intérêt. (je caricature, mais c'est pour vous donner l'idée. )

Quant à Switch Girl, certains d'entre vous savent déjà que je n'aime pas cette série. Je la trouve avilissante pour l'image de la femme, prônant le bien-fondé d'un société du paraître et absolument pas drôle. Non, voir une fille vivre dans une porcherie parce qu'elle n'a pas le courage de jeter ses déchets à la poubelle ou péter dans sa main pour la sentir, ça ne me fait pas rire.

Mais pourquoi, me demanderez-vous, viens-je vous parler d'un livre qui avait tout pour que je le déteste ? Pour le descendre ?

Eh bien pas du tout ! Au contraire, je vous parle de ce fanbook parce que, pour une fois, je trouve qu'il n'est pas trop mal fait.

 

La couverture de ce manga fait tout de suite penser à un magazine féminin avec ces titres qui parlent de mode ou de recette, dans un style très girly. Et le contenu suit parfaitement cette optique avec analyse du style vestimentaire des personnages, conseils de maquillage, histoire de filles et recettes de cuisine, entre-calées de pubs totalement décalées. On ne coupe pas aux traditionnelles fiches personnages et résumé de la série Switch Girl, mais le tout est vraiment bien amené et dynamique. Un peu long, mais c'est récurrent dans ce genre d'ouvrage.

Si vous êtes à jour dans la série (16 tomes sortis à ce jour), vous n'apprendrez rien de nouveau. Ceux qui sont un peu à la traine risque de découvrir le dénouement des intrigues à venir et l'évolution des relations entre les personnages, mais aucune grande révélation fracassante qui risquerait de gâcher vos futures lectures.

 

On a aussi droit à plusieurs rubriques intéressantes et drôles, des petits jeux pas si évidents et un test pour savoir avec quel personnage masculin vous seriez compatible. Apparemment, moi ce serait plutôt Masamune. ^^

A noter une interview futile de l'auteur qui permet de connaitre un peu mieux Natsumi Aida de manière amusante et un épisode inédit complétement déjantée de Switch Girl centré uniquement sur les personnages.

Je ne suis pas plus fan de la série, mais le fanbook est très réussi.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 13:06

Wild-Rock.jpgTitre original : Wild Rock

Ecrit en : 2002

Traduction de Margot Maillac

Editeur : Taïfu Comic

Collection : Yaoi

Paru en France en : 2009 

200 pages

ISBN : 978-2351803059

 

Yuen est le fils du chef de la tribu de la forêt. En tant qu’homme, son devoir est de nourrir son peuple, mais c’est un très mauvais chasseur. La tribu du lac prend de plus en plus d’ampleur et Emba, le fils du chef, leur prend de plus en plus de proies. Son père décide alors d’envoyer Yuen déguisée en fille pour séduire le guerrier et lui demander de leur laisser leur chasse.

Les deux jeunes hommes tombent rapidement amoureux l’un de l’autre, mais Yuen culpabilise de devoir mentir à Emba et prend alors la décision de ne plus le revoir.

 

Wild Rock se veut très viril avec son contexte préhistorique et ses chasseurs, mais c’est aussi une histoire tendre et romantique aux magnifiques dessins. Le trait de Kazusa Takashima est sobre et maîtrisé, sans trop de détails. Les visages de ses beaux mâles sont très expressifs et les scènes un peu chaudes n’en dévoilent ni trop, ni pas assez.

La mise en page est simple mais efficace, deux mots qui caractérisent parfaitement ce manga.

 

Wild Rock est un de mes premiers yaoi, alors j'ai une affection particulière pour ce titre, mais j'adore le lire et le relire. Et j'ai toujours la larme à l'oeil, malgré les années. ^^

Partager cet article
Repost0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 12:22

Colline aux coquelicotsTitre original : Kokuriko Saka Kara

Ecrit en : 1980

Traduction de Yuki Kakiichi

Editeur : Delcourt

Collection : Sakura

Paru en France en : 2012

320 pages

ISBN : 978-2756028668

 

Le bateau du père de Umi a disparu en mer il y a une dizaine d'années et sa mère, photographe, passe la plupart de son temps loin de la maison. En tant qu'aînée, la jeune fille s'occupe donc de son frère et de sa sœur, mais aussi de la pension de famille qui héberge trois autres étudiants, dont le beau Hokuto. La lycéenne passe son temps à faire le ménage, la cuisine et à gérer le budget plus que restreint du foyer. Mais malgré les difficultés, Umi est une jeune fille enjouée au caractère affirmé. Aussi quand elle découvre que le club de science et de journalisme se font mousser en déclenchant diverses polémiques auxquelles participent activement son frère et sa sœur, elle ne se gêne pas pour dire à Mizunuma et Kazama sa façon de penser. Ce dernier est en fait amoureux de la jeune fille et voit là une bonne occasion de faire plus ample connaissance.

 

La colline aux coquelicots est un shojô des années 80 aux héroïnes aux grands yeux remplis d'étoiles, aux longs cheveux ondulés et à la mise en page chargée. On retrouve l'influence des auteurs de l'époque chez Chizuru Takahashi, telle que Riyoko Ikeda ou Kaoru Tada. Malgré l'emploi excessif des trames, typique du style de l'époque, la mise en page est dynamique et on entre vite dans l'histoire.

 

Une héroïne au caractère bien trempé, une situation familiale à la fois complexe et attendrissante, un beau garçon maladroit, une romance dramatique... Ce manga offre aux lecteurs de nombreux éléments passionnant, dont un récit très émouvant et une héroïne très travaillée.

D'ailleurs, on aurait aimé en savoir un peu plus sur les autres protagonistes et plusieurs tomes auraient été appréciables pour profiter pleinement de cette très jolie histoire.

 

Entre drame et romance, l'auteur nous offre une très jolie histoire qui aurait méritée d'être développée sur plusieurs volumes. Il ne me reste plus qu'à découvrir l'adaptation d'Hayao Miyazaki, mais je dois avouer que je suis un peu perplexe à ce sujet. J'ai l'impression que cette histoire est plutôt éloignée de ce qu'il fait habituellement. 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 01:27

Open24haday-avril-11Titre original : 24 Jikan Renaichuu

Ecrit en : 2007

Traduction de Julie Gériet

Editeur : Asuka

Paru en France en : 2011

176 pages

ISBN : 978-2820300690

 

Depuis quelques semaines, l’attention de Nakamichi a été retenue par un jeune homme qui vient tout le temps acheter des sucettes dans la supérette où il travaille. Ses collègues lui font rapidement remarquer que le lycéen ne vient que les soirs où il est de service et qu’il pourrait bien craquer sur le caissier. Pas intéressé par les hommes, Nakamichi est prêt à refuser sa déclaration, mais en attendant, son sourire ne le laisse pas indifférent.

 

Le problème des one-shot, c’est que l’histoire n’a pas vraiment l’occasion d’être développée. Ici, on ne sait donc quasiment rien des personnages et tout tourne autour de la relation entre Sano et Nakamichi, puis Yoshino et Toshiki. Des relations rapides, plutôt classiques et qui débordent vite du cadre romantique pour s’orienter vers une conclusion plus physique.

 

Open 24 hours a day est un yaoi plutôt classique, y compris dans sa mise en page et son code graphique, avec ses personnages efféminés et filiformes, mais les dessins de Mio Tennohji n’en sont pas moins très agréables.

Attention tout de même aux scènes torrides particulièrement représentatives et pas du tout censurées.

ActuaBD

Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 15:17

http://www.manga-news.com/public/images/series/un-bol-plein-de-bonheur-delcourt.jpgTitre original : Okan

Ecrit en : 2006

Traduction de Tamako Kageyama

Editeur : Delcout

Collection : Ginkgo

Paru en France en : janvier 2010

200 pages

ISBN : 978-2756018294

 

Le mari de Kazuo est un joueur et un alcoolique invétéré qui accumule les dettes. Excédée par ses frasques, elle finit par le quitter un soir en emmenant son fils Hiroshi. Commence alors pour elle une vie de labeur et de sacrifice pour permettre à son fils de ne manquer de rien et surtout, de devenir un homme bien et respectueux des autres.

 

Un bol plein de bonheur est présenté comme un hymne aux mères courageuses des milieux défavorisés et une apologie de portée universelle sur la maman. Et c’est effectivement ce qu’offre cette histoire touchante qui évoque le sacrifice d’une mère pour élever son fils dans le droit chemin.


Mais au-delà de ça, il ne se passe rien. L’auteur accumule les années et les crèmes renversées au fur et à mesure des réussites d’Hiroshi. Tsuru Moriyama s’attarde peu sur les difficultés de la vie quotidienne et préfère s’appesantir sur le leitmotiv de Kazuo "Je ne cède devant rien ni personne".

 

Les personnages passent leur temps à pleurer, ce qui devient vite lassant, et le dessin de l’auteur ne leur rend pas toujours justice. Passé les premiers chapitres, l’histoire devient vite ennuyeuse et l’idéalisme ambiant dégagé par le manga nous empêche d’y croire vraiment.

ActuaBDUn mot, des titres

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 06:29

Innocent.jpgTitre original : The Innocent

Dessinateur : Ko Yasung

Scénariste : Junichi Fujisaki

Ecrit en : 2010

Traduction de David Le Queré

Editeur : Ki-Oon

Paru en France en : avril 2011

200 pages

ISBN : 978-2355922503

 

Condamnée pour un crime qu’il n’a pas commis, l’âme de Ash est sauvée par des anges qui lui proposent d’utiliser sa nouvelle condition pour aider des gens victimes eux-aussi d’erreurs judiciaires. Mais très rapidement, des bribes de souvenirs vont revenir à cet ancien détective, bien décidé à se venger de ses assassins.

 

The Innocent est né de l’imaginaire de Avi Arad, producteur des adaptations cinématographiques de Spider-Man, Iron Man, X-men et nombreux autres héros Marvel, mais surtout co-directeur de Marvel Enterprises aux côtés de Stan Lee. Pour l’épauler dans ce projet, l’homme d’affaires a fait appel au japonais Junichi Fujisaki pour le scénario et à la dessinatrice coréenne Ko Kasung, auteur de Stigmata ou encore Redrum 327.

 

Sur une base scénaristique originale, les auteurs nous servent une histoire de rédemption et de vengeance aux termes forts et recherchés et aux personnages sexy et charismatiques. Le trait de Ko Yasung est fouillé, précis et soigné. The Innocent ne souffre finalement que d’un seul défaut : sa longueur. Faire tenir une histoire aussi riche en un seul tome provoque de nombreuses incohérences, beaucoup de questions sans réponse et un manque évident de développement qui risque de frustrer le lecteur.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg