Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 17:59

Lily Bard 1Titre original : Shakespeare's Landlord

Écrit en : 1996

Traduction de Tiphaine Scheuer

Éditeur : J'ai lu 

Paru en France en : 2012

256 pages

ISBN : 978-2290025611

 

Lily Bard mène une petite vie effacée dans la ville de Shakespeare, Arkansas. Elle n'a pas d'amis, pas d'amants, un discret emploi de femme de ménage et son unique distraction est le sport.

Une nuit où elle n'arrive pas à dormir, elle part courir comme elle en a l'habitude. Ce qui est moins courant, c'est le personnage qu'elle aperçoit en rentrant et qui a entrepris d'utiliser son chariot à poubelles pour se débarasser d'un cadavre. Tapie dans l'ombre, elle observe le "meurtrier" abandonner le corps dans le parc en face de chez elle, avant d'entrer dans la résidence Shakespeare Garden, un voisin donc.

Le lendemain, le corps de Pardon Albee est retrouvé grâce au coup de fil d'une jeune fille. Anonyme l'appel, car Lily a un secret qu'elle ne tient pas à voir abruité, mais l'inspecteur Friedrich n'est pas dupe. Si elle ne veut pas qu'il enquête sur elle, Lily n'a plus d'autre choix que de retrouver le tueur elle-même.

 

Elle est comme ça Lily, quand elle trouve un cadavre, elle laisse ses empreintes partout pour voir qui c'est, avant de faire disparaitre les preuves. C'est qu'il ne faudrait pas qu'on remonte jusqu'à elle non plus ! Normal comme comportement. Pourquoi ? Vous appelez la police, vous ?

Bon Lily, c'est pas trop ma copine. Je ne ressens pas vraiment d'empathie pour elle et je ne comprend pas bien son comportement. D'accord, son secret est horrible, mais le récit des évènements ne m'a pas plus émue que ça. Et s'il est révélé aussi vite, autour de quoi vont tourner les prochains livres ?

 

Avec cette saga, Charlaine Harris abandonne les créatures fantastiques qui ont fait son succès, pour se tourner vers un autre genre : le roman policier. L'enquête est bâclée, certains raisonnements ne me paraissent pas logiques et le suivi n'est pas très palpitant. Manque assez évident de suspens. Ajouter à cela le style simpliste et parfois obscur de cette auteur déjà évoqué dans ses précédents ouvrages, le résultat n'est pas terrible.

 

Je ne suis pas une grande fan de Charlaine Harris et je pense que la série La communauté du Sud vaut principalement pour ses personnages fantastiques, charismatiques par leur nature surnaturelle même. Or, cet élément est complètement absent de cette série, ne nous laissant que ses personnages apathiques et ennuyeux, son enquête sans intérêt et son absence de style. Heureusement que ça se lit vite.

 

Livre lu e LC avec Sookies. Allez vite voir son avis.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 20:56

Anita Blake 4Titre original : The Lunatic cafe

Écrit en : 1996

Traduction de Isabelle Troin

Éditeur : Milady

Collection : Bit lit

Paru en France en : 2009

442 pages

ISBN : 978-2811201081

 

Anita profite du calme de la période de Noël pour entretenir sa relation avec Richard, le loup-garou. Sortie au restaurant, théâtre, la jeune femme file le parfait amour, mais connait encore bien peu de chose sur son compagnon. Elle va peut-être en apprendre plus qu'elle ne l'aurait souhaité en faisant affaire avec Marcus, le chef de la meute de loups-garous locale dont cherchait à l'éloigner son petit-ami. Contre sa volonté, elle se retrouve à enquêter sur la disparition de plusieurs métamorphes, disparition qui ressemblent étrangement à celle de Peggy Smith dont le mari est venu soliciter son aide ; ou encore avec le cadavre déchiqueté et à moitié dévoré sur lequel Dolph est chargé d'enquêter.

 

Comme toujours, Anita enquête beaucoup, risque sa vie et dort peu. La nouveauté, c'est que maintenant, elle fricote. Pas avec Jean-Claude, grand dieu non (bien que je préfèrerais...), elle se contente du banal et fade Richard. Je ne reviendrais pas sur le schéma répétitif que j'ai déjà évoqué précédemment, mais il est malheureusement toujours présent. Un peu plus discret, du fait que la romance tient une place plus importante dans ce tome, ce qui n'est pas forcément un mieux. L'action est un peu laissée de côté, l'enquête est bâclée, l'idylle est sans saveur et pour la première fois, l'héroïne m'a agacée.

 

J'aime Anita. Ou plutôt j'aimais Anita. J'aimais son côté fort, sûr d'elle, mais aussi ses doutes, ses peurs et sa conscience de la réalité. Le problème, c'est que ses doutes et ses peurs sont ici un peu exagérés. Sous prétexte qu'un homme lui a dit qu'il l'aimait juste pour coucher avec elle avant de l'abandonner, situation qui n'arrive bien entendu au grand jamais à aucune femme dans le monde sauf elle, elle n'a plus confiance en les hommes et a décidé de rester vierge jusqu'au mariage. D'accord, le roman n'est pas tout jeune, mais il n'a pas non plus été écrit dans les années 30. Enfin, ça ne me parle pas, mais limite, c'est son choix.

Par contre, son indécision m'a exaspéré et là, je ne crois pas que ce soit une question de conviction. Elle passe son temps à changer d'avis, oui, non, oui, non... elle passe son temps à faire tourner le pauvre Richard en bourrique. En plus, elle sait très bien que c'est un loup-garou, mais lui reproche à chaque fois que ça l'arrange et pas d'une façon des plus agréables. 

Entre ses idées très arrêtées qui ne me parlent pas et me semblent injustifiées, et son indécision perpétuelle, Anita, pour la première fois, m'a vraiment énervée.

 

Beaucoup de défauts, beaucoup de choses qui m'ont déplu, et pourtant, comme les précédents, j'ai dévoré ce volume et j'ai pris plaisir à ma lecture. Le mérite en vient au style de l'auteur, très prenant et une fin de roman haletante qui rattrape les longueurs du début. De plus, Laurell K. Hamilton surprend toujours son lecteur dans l'évolution de son histoire et l'exploitation de sa mythologique, original, surprenant et captivant.

 

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée par Sookies avec Mabiblio1988, Kllouche, Chtitepuce, Nane42, Mia, Tweety805 et Sharon.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 20:45

De fièvre et de sang

Titre original : De fièvre et de sang

Écrit en : 2010

Éditeur : Pocket (Première parution en 2010 chez Le pré aux clercs)

Collection : Thriller

Paru en France en : 2012

608 pages

ISBN : 978-2-266-21264-9



Un grand merci à Livraddict et aux éditions Pocket pour ce thriller haletant.

 

Éloïse Lombard a 16 ans et a été enlevée par le mystérieux tueur en série qui sévit depuis des mois dans le sud de la France. Mais le commandant Éva Svärta, profiler envoyée par la Brigade criminelle de Paris pour épauler le commandant Alexandre Vauvert, a réussi à trouver une piste les menant directement aux meurtriers. Les frères Salaville, psychotiques asociaux connus des services de police, vivent dans une ferme isolée qui leur permettraient de tuer leur proie sans être dérangée. Mû par son instinct infaillible, Éva et Alex pénètrent dans les lieux et se retrouvent face aux monstres qu'ils sont contraints d'abattre.

Pourtant, un an plus tard, au cœur même de Paris, on retrouve les corps de deux femmes, nues, torturées, dévisagées... exactement dans les mêmes conditions atroces que les frères Salaville dont les détails avaient pourtant été gardés secret. Les deux frères avaient-ils un complice ? Ou n'étaient-ils que les instruments d'un esprit encore plus dérangé ?

 

Il manque un élément à mon résumé : la dimension fantastique. Car au milieu de cette enquête policière, des éléments troublants, dérangeants, vont faire leur apparition. Il est question de massacres rituels, d'inscriptions mystérieuses, de miroirs brisés et d'apparitions fantomatiques. On oscille entre fantasme et réalité, de manière habile, dommage que l'auteur choisisse très vite son parti. Ceci dit, ça n'enlève rien à l'histoire qui est vraiment excellente.

 

De fièvre et de sang est un thriller, pas un roman policier dans le sens classique du terme. On ne suit pas une enquête jusqu'à l'identité du meurtrier, au contraire certaines révélations arrivent rapidement, mais ce n'est que pour mieux apprécier la progression de la psychologie du tueur auquel va être directement confronté le commandant Eva Svärta puisque celle-ci est enlevée avant même la moitié du livre. Il est alors réellement question de psychologie, notamment celle de l'héroïne principale qui se révèle être un personnage atypique, de part son physique dans un premier temps, puisqu'elle est albinos, mais aussi, dans un second temps, de par sa façon de pensée, directement relié à son passé qu'on découvre au fil des pages.

 

Un autre point que j'ai apprécié, c'est le caractère vraiment horrible des meurtres et de la psychologie du tueur. Oui, j'aime le gore, l'horreur, les trucs horribles que les auteurs n'hésitent pas à décrire. Et avec ce roman, le lecteur est servi. Sire Cédric fait preuve d'une imagination débridée, sanglante et sanguinolente, puisée directement dans des rituels du passé. On a donc du sang, de la psychologie, du fantastique, mais aussi un vrai travail de recherche historique sur d'anciennes croyances. L'intrigue est intelligente, rondement menée, logique et portée par un style rythmé, sans temps mort et palpitant.

 

J'aurai tout de même deux pitites remarques : je ne vois pas l'intérêt pour l'héroïne d'être albinos. Ça n'apporte pas grand chose à l'histoire, si ce n'est donner pas mal de synonymes à l'auteur pour parler de son personnage principal. Aussi, les chapitres relatant la captivité d'Éva sont écrits au présent, alors que tout le reste du récit est au passé simple. C'était dérangeant et ça ne rendait pas les descriptions plus réalistes.

 

De fièvre est de sang est vraiment un excellent roman dont le récit et les personnages vous happent dès les premières pages. Un savant mélange de policier, suspens, horreur, fantastique, psychologie, avec même une petit dose de romantisme, bourré de référence mythologique. Une petite perle dans le monde du thriller.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 20:49

Maudit karma

Titre original : Mieses Katma

Écrit en : 2007

Traduction de Catherine Barret

Éditeur : Pocket

Paru en France en : 2010 (Première édition aux Presses de la Cité en 2008)

352 pages

ISBN : 978-2266192392



Aujourd'hui c'est l'anniversaire de sa fille, mais pour Kim Lange, célèbre animatrice de talk-show en Allemagne, il est plus important de se rendre à Cologne, à la remise du prix de la Télévision Allemande. Mal lui en prend puisqu'elle décède en recevant un lavabo de station spatiale sur la tête, juste après avoir trompé son mari.
Kim voit sa vie défiler, aperçoit la lumière... qui la rejette dans un tunnel sombre, dans un corps qui n'est pas le sien. Elle a été réincarnée... en fourmi ! Car Kim n'a pas vraiment été une femme bien. Mais elle a gardé ses souvenirs et se trouve dans une fourmilière juste à côté de son ancienne maison, maison où va voir peu à peu s'installer Nina, sa rivale de toujours dans le cœur de son grand amour Alex. Si elle veut reconquérir sa famille, Kim n'a pas le choix et va devoir remonter l'échelle des réincarnations en accumulant les bonnes actions. Pour l'aider, elle peut compter sur un inattendu allié : Casanova, qui n'a jamais réussi à dépasser le stade de fourmi.

 

Le résumé donne le ton : Maudit karma est amusant, original et vraiment inattendu. On va suivre Kim de réincarnation en réincarnation, accumulant péripéties et bonnes actions, tout en suivant la vie de sa famille pendant sa période de deuil, puis son retour à la vie normale. L'héroïne est obligée de se remettre en question, d'ouvrir les yeux sur tous ce qu'elle raté, sur sa famille, mais surtout sur elle-même.

A ces côtés, la réincarnation de Casanova, mort depuis plus de 200 ans, mais incapable de dépasser le statut de fourmi. Du moins jusqu'à l'arrivée de Madame Kim. Honnêtement, je ne vois pas trop ce que sa présence apporte au récit.

 

Ce roman n'est pas drôle. Je me suis pas esclaffée, j'ai même à peine souri, mais il est amusant de par les diverses situations que Kim va vivre. Il lui faut un moment pour comprendre et abandonner sa mauvaise foi, trop peut-être, et j'ai un doute sur le fait que commettre des bonnes actions par intérêt puisse cumuler du karma, mais au fil de ses vies, l'héroïne va tout de même adopter des réflexes différents et devenir vraiment attachante. On a envie qu'elle réussisse à remonter l'échelle pour se rapprocher de sa fille notamment. Le récit est ultra positif, trop pour moi, et j'ai été un peu déçue par la fin, mais j'ai passé un très bon moment de lecture.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 21:11

Premier jour

Titre original : Le premier jour

Écrit en : 2009

Éditeur : Pocket

Paru en France en : 2010 (Première édition chez Robert Laffont en 2009)

512 pages

ISBN : 978-2266203357



Keira est archéologue en Afrique, dans la vallée de l'Omo. Son travail est toute sa vie, mais une terrible tempête de sable détruit leur campement et la contraint à rentrer en France. Le seul moyen pour elle de repartir est de trouver de nouveaux investisseurs.
Adrian est astronome et observe les étoiles au Chili, sur le plateau d'Atacama, mais un accident le force à être rapatrié en Angleterre. Pour le moment, son université n'a pas les moyens de le renvoyer à l'étranger, mais le responsable du personnel lui propose alors de participer au concours de la Fondation Walsh dont le vainqueur repartira avec une dotation de deux millions de livres sterling.
Ces deux personnages n'ont rien en commun et quasiment aucune chance de se rencontrer, mais ils vont pourtant se retrouver à enquêter sur un mystérieux pendentif qui pourrait remettre en cause l'ordre du monde.

Ça y est ! J'ai enfin trouvé un Lévy qui me permettrait de comprendre l'engouement du public pour cet auteur. Oui ! J'ai aimé Le premier jour, malgré quelques petits défauts qui perdurent.

Il y a de l'action, de la romance, du voyage, de la culture et du suspens. Beaucoup d'éléments qui le rendent parfois indigeste (notamment toutes les explications scientifiques dont je n'ai pas toujours tout saisis), mais vraiment palpitant. On voyage à travers le monde en quelques pages, sans trop s'attarder, ce qui ne rend pas les descriptions trop lourdes, mais tout de même suffisamment longtemps pour apprécier les décors. On suit alternativement Keira et Adrian, mais aussi de mystérieux représentants des pays prêts à tout pour garder leurs secrets. Pas mal d'histoires à suivre donc, mais tout est parfaitement relié. Un récit vraiment bien maitrisé, passionnant et dépaysant.

Par contre, il reste toujours quelques défauts, que j'avais déjà soulignés précédemment avec Et si c'était vrai et Vous revoir, à savoir un style littéraire vraiment simpliste, mais pas forcément désagréable ici, vu la quantité non négligeable d'infos à assimiler ; des explications précises trop intellectualisées qui donnent plus l'impression que l'auteur veut étaler son savoir ; et des incohérences dans le récit qui auraient facilement pu être éviter. De défauts désagréables, mais qui n'empêchent pas non plus la lecture.

Un souci par contre au niveau de la narration, et qui pour le coup m'a beaucoup plus gênée, le récit d'Adrian est raconté à la première personne, or le personnage principal est Keira. C'est très étrange de lire des chapitres avec un narrateur extérieur, puis soudainement de passer au « je ». Sans parler du fait que certains chapitres sont uniquement composés de dialogues. Ce choix prend son sens quand les deux personnages sont réunis, mais ne représente qu'une petite partie du récit, pas suffisante pour justifier cette option.

Encore beaucoup de défauts, mais pour une fois j'ai vraiment pris plaisir à lire une histoire de Marc Lévy. J'ai dévoré ce roman où la simplicité du style s'allie très bien à la complexité des explications scientifiques dans ce récit où se mêle l'aventure, la science, la romance et le voyage.

Un mot, des titres

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 11:22

L-epopee-du-perroquet.jpgTitre original : Leaving Unknow

Ecrit en : 2010

Traduction de Christine Auché

Editeur : Oh ! éditions

Paru en France en : 2012

416 pages

ISBN : 978-2361070298

 

A 25 ans, Maeve vient de finir ses études, mais ne sait pas ce qu'elle veut faire de sa vie. Ce jour-là, après avoir été virée une nouvelle fois de son énième boulot de serveuse, elle retrouve ses parents dont la dernière facture exorbitante du country club leur a fait prendre une décision : ils lui coupent les vivres. Il est temps pour la jeune femme de se prendre enfin en mains.

Puisque c'est comme ça, Maeve décide de refaire sa vie à Hollywood où son amie Laura va lui trouver un job dans le studio où elle travaille, tout en préparant le marathon. La jeune fille embarque alors ses œufs durs, son matériel de camping, son perroquet et ses gélules aux plantes dans sa vieille Elsie et en route pour Los Angeles. Le tout en passant par les coins les plus perdus des Etats-Unis car Maeve a une étrange lubie : prendre des photos des villes aux noms atypiques, tels que Why, Superior, Nothing, Paradise, Tombstone ou Coin Perdu (Pourquoi, Supérieur, Rien, Paradis ou Pierre Tombale pour les non-anglophones.)

C'est d'ailleurs dans ce dernier village que le voyage de Maeve va être écourté quand Elsie tombe en panne. En attendant que les réparations soient effectuées, notre héroïne va chercher un travail pour les payer et un lieu où dormir, faisant rapidement la connaissance des habitants du coin. Des hommes et des femmes drôles, sympathiques et attendrissants qui vont profondément troubler la jeune fille.

 

Un grand merci à Livraddict et à Oh ! Éditions pour ce fantastique roman que j'ai adoré du début à la fin.

 

Kerry Reichs est la fille de Kathy Reichs, la célèbre maman de Bones dont le genre de prédilection, le thriller médico-légal, est bien loin de ce que nous propose ce résumé. Mais la fille s'en sort aussi bien que la mère avec ce premier roman a être traduit en France (mais pas le premier de l'auteur) qui mêle habilement humour et émotion, dans un style très agréable.

 

Maeve entreprend un voyage, un voyage initiatique au cours duquel elle est censée apprendre à se débrouiller seule et se prendre enfin en main. Et il est vrai que dans les premiers chapitres, l'héroïne semble en avoir grandement besoin. Elle apparaît frivole, un peu superficielle et terriblement irresponsable, mais garde un petit côté attachant de part ses réflexions et sa volonté à toute épreuve. Pourtant, au fil de la route, c'est une toute autre Maeve que le lecteur va découvrir, une Maeve qu'il ne soupçonnait pas, aux secrets incroyablement bien cachés. L'auteur réussit le tour de force de surprendre complètement le lecteur avec des révélations totalement inattendues qui vous font voir ce roman et son héroïne d'un tout autre point de vue.

 

Mais Maeve n'est pas le seul personnage surprenant et attachant. Kerry Reichs nous offre une galerie de portraits riches et variés, aux personnages hauts en couleur et très développés. Chacun a une histoire personnelle, un passé et avenir, une personnalité bien à lui et va tisser un lien profond avec l'héroïne. Chacun de ses personnages secondaires nous émeut, du bourru et mystérieux patron de la librairie, à l'organisée et silencieuse Ruby, en passant par May, l'enjoué danseuse ou encore le timide et amoureux shérif de Coin Perdu.

 

L'histoire est tendre, mais aussi très drôle. Maeve est une jeune fille extravertie, aux manies complètement loufoque et au style vestimentaire en adéquation avec sa personnalité. Sa joie de vivre et son entrain sont communicatifs, même au lecteur, et elle n'a pas sa langue dans sa poche. Son entourage n'est guère mieux entre les deux petites vieilles de la pension qui passent leur temps à faire les quatre-cent coups comme des gamines ou Oliver, le perroquet au vocabulaire plutôt farfelu.

Dans le style même de l'auteur, l'humour et la joie de vivre sont présents, à travers les tournures de phrases, le vocabulaire, mais aussi la mise en page, les personnages et les histoires de chacun.

 

L'histoire que nous raconte l'auteur est terriblement émouvante, poignante et le lecteur n'en ressort pas indemne. A aucun moment de ma lecture je n'ai ressenti le moindre ennui. Au contraire, j'ai lu les 400 pages de ce roman avec un sourire idiot sur les lèvres et un pincement au cœur quand il a fallu le refermer.

 

Un grand merci aussi à Sookies qui m'a proposé de lire ce livre avec elle et sans qui je serais passée à côté. ^^
N'hésitez pas à aller voir aussi son avis.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 08:39

 

LCDS 6Titre original : The Southern Vampire Mysteries - Definitely Dead

Ecrit en : 2006

Traduction de Frédérique Le Boucher

Editeur : J'ai lu

Collection : Semi-poche

Paru en France en : 2009 (Première édition française en 2007 chez J'ai Lu)

410 pages

ISBN : 978-2290019542

 

Hadley, la cousine de Sookie, a été tuée il y a quelques mois. La jolie serveuse ne l'avait pas vu depuis des années, mais c'est à elle que la jeune vampire et amante de la reine a tout légué. Notre héroïne se rend donc à la Nouvelle-Orléans où elle va faire la rencontre de Sophie-Anne Leclerq, la reine des vampires de Louisiane, et découvrir bien des choses la concernant.

Et comme Sookie n'est jamais seule, Bill et Éric sont dans les parages, mais surtout Quinn, le beau tigre-garou dont les premiers rendez-vous vont être compromis par des meurtres, des agressions et des enlèvements. Rien que ça !

 

Le nombre de page s'étoffe un peu, mais le plaisir de lecture est toujours le même. Je me suis habituée au style et au schéma narratif, et pour une fois, je n'ai quasiment rien à redire. Sookie a mûri et est moins agaçante. Elle prend les choses comme elles viennent, elle a enfin compris qu'elle ne pouvait pas vraiment éviter le monde des vampires et c'est très appréciable.

Quinn est un beau gosse comme on les aime : beau, intelligent, viril, mystérieux, romantique... Les chauves, c'est pas trop mon truc, mais celui-ci a réussi à me faire rêver.

Bill, et surtout Éric, arrivent toujours à propos dans le récit pour nous faire des révélations ou ajouter une pointe d'humour. J'adore !

 

Comme toujours, il y a plusieurs énigmes en parallèle, mais pour une fois, chacune est traitée plus ou moins équitablement, et se révèle sympathique.
J'ai beaucoup apprécié le personnage de Sophie-Anne Leclerq, une vieille vampire puissante au cœur de complots politiques, mais très attendrissante de par son passé et ses sentiments pour ses fidèles sujets. Et je la trouve très gentille avec Sookie.

 

J'ai vraiment passé un bon moment et j'ai hâte d'en savoir plus sur ce fameux sommet vampirique.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 21:19

Nouvelles chinoises 2

Titre original : Nouvelles chinoises

Editeur : Myoho

Paru en France en : 2011

204 pages

ISBN : 978-2-9166-7112-3

 

Le Kin-kou k'i-kouan est un recueil de nouvelles très populaire en Chine. Les textes choisis ont été écrits probablement au alentour du XIIIe siècle et le livre a été publié dans les années 1500. Plusieurs traducteurs se sont essayés à la traduction d'une partie des quarante nouvelles de l'ouvrage.

 

Un grand merci à Babelio et aux éditions Myoho pour ce recueil.

 

Ces nouvelles nous racontent l'abus de confiance d'un étudiant passionné par l'alchimie, la déchéance puis le retour de fortune d'un couple, un étrange mariage basé sur des faux-semblant, la relation amoureuse et adultère d'une jeune femme et la tragique amitié entre deux hommes. Il est donc question de tromperie, de trahison, de vol, de mensonges et de mort. Pas très gai tout ça ! Mais tout est bien qui finit bien : les gentils sont récompensés (parfois juste par une bonne leçon de vie) et les méchants sont châtiés (après avoir bien profité de la vie). Vous l'aurez compris, je n'ai pas vraiment été charmée par ces histoires. Elles ne sont pas particulièrement touchante et se basent sur un conception de la vie religieuse qui me passe plutôt au-dessus de la tête.

 

Ceci dit, il est intéressant de voir les moeurs chinoises du XIIIe et XIVe siècle. Il est question de religion, de carrière, de mariage... et la façon de faire, si différente de la nôtre, encore plus aujourd'hui, est fascinante. Dommage que les quelques explications soient données en fin de chapitre, et non en fin de page.

 

Sur la 4e de couverture, l'éditeur précise que "selon le marquis de Saint-Denys "ce qui surprendra, ce sera souvent [...] la bizarrerie de certains détails..."" Moi, ce qui m'a marquée, c'est "le jour heureux". Chaque événement de la vie du peuple chinois doit être effectué à une date précise choisi à l'avance, du mariage ou de l'enterrement, au simple voyage. Cette date est très importante et une fois fixé, on ne peut pas revenir en arrière. Le moindre contretemps nécessite de choisir de nouveau une date. On ne remet pas au lendemain ce qui n'a pas été fait.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 21:08

Queen Betsy 2Titre original : Undead and Unemployed

Ecrit en : 2004

Traduction de Cécile Tasson

Editeur : Milady

Paru en France en : 2011

200 pages

ISBN : 978-2-8112-0499-0

 

Voilà trois mois que Betsy est morte et s'est réveillée à la morgue. Depuis, elle vit dans sa maison que sa meilleure amie a rachetée, s'est trouvée un nouveau colocataire et est devenue la reine des vampires. Mais bien que reine, elle lui faut un salaire pour se payer ses chaussures notamment, et elle refuse de compter sur Eric, qui a abusé de sa confiance pour devenir son consort. C'est décidé, Betsy veut trouver un emploi !

Mais entre Jessica et Marc qui ont décidé qu'il fallait déménager, des tueurs de vampires qui ont démbarqué en ville, Nick qui semble avoir quelques réminecences, Eric qui cherche à se rapprocher et son job chez Macy's, Betsy a fort à faire.

 

Je suis un peu déçue par ce tome qui tarde à démarrer et se révèle pauvre au niveau de l'intrigue. Les premiers chapitres ne sont que futilités sur la maison de Betsy, son déménagement et ses chaussures. Il faut attendre une centaine de pages pour qu'apparaissent des meurtres de vampires dont Betsy n'a rien à faire et qui se résolvent finalement très vite. Les ficelles sont très grosses, les solutions évidentes et ce qui avait fait le charme du premier tome a un peu disparu. C'est sympathique, mais sans plus.

 

Les personnages évoluent peu dans ce volume et perdent même de leur charme. Marc, Jessica et Tina ont peu d'importance, Eric est trop passive et Betsy est vite unnuyeuse. Autant dans le tome 1, son côté superficielle était drôle, autant dans le tome 2, il est plutôt agaçant. L'héroïne ne s'intéresse à rien et à personne, tout l'insupporte et elle ne cesse de se poser en victime. Ajouter à la platitude de l'action, il ne reste pas grand chose à ce titre.

 

Seuls les répliques entre le couple royal valent encore le cou, malgré la vulgarité de la jeune vampire. 

 

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée par Kincaid 40, avec Ayma, Cho0kette, Nane42, Lovecats, Meldc, Lilu, Cln et Crazypro.

 

challenge fang addict

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 22:40

Chasseuse de la nuit 1Titre original : Night Huntress - book 1 : Halfway to the Grave

Ecrit en : 2007

Traduction de Frédérique Grut

Editeur : Milady

Paru en France en : 2009

504 pages

ISBN : 978-2-0241-5

 

Catherine Crawfield est mi-humain, mi-vampire, le fruit du viol de sa mère par une créature de la nuit. A 22 ans, elle leur voue une haine féroce, fortement alimentée par sa mère, et occupe ses week-ends à chasser le démon. Jusqu'au jour où elle rencontre Bones, un maître-vampire qui pourrait la tuer d'une main. Elle comprend alors qu'elle a eu beaucoup de chance jusqu'ici. Son tortionnaire lui fait alors une offre des plus surprenantes : il va l'entraîner, lui apprendre à se servir de ses atouts de créature hybride, et en échange, elle va l'aider à éliminer des vampires. Le tueur connaissant son identité et celle de sa famille, Cat n'a pas vraiment d'autres choix que d'accepter, mais au contact de cet homme, elle va découvrir bien d'autres choses qui vont littéralement changer sa vision du monde.

 

Le point fort de ce titre est l'action. Bones et Cat n'arrêtent pas une seconde, exterminant vampire sur vampire, éclaboussant les murs de sang, enterrant les cadavres décapités, se débarassant de voitures volées. Une bonne dose d'adrénaline à vous couper le souffle, ne vous laissant pas le temps de vous ennuyer, mais qui manque un peu de subtilité. J'aurai aimé suivre un peu plus l'enquête, plutôt que d'avoir droit à des révélaions, certes fracassantes, mais qui tombent toujours à propos. Je ne me suis pas ennuyée un instant, mais je n'ai pas eu beaucoup l'occasion de faire tourner mes méninges.

 

Toute l'histoire tourne autour de Cat, une jeune femme de 22 ans, élevée dans un village puritain et qui n'attend qu'une chose : quitter sa mère et ses grand-parents pour reprendre ses études. Enfin ça, et aussi tuer le plus de vampires possible. Au début du roman, l'héroïne est une campagnarde coincée et bourrée de préjugés qu'on envoie à l'église parce qu'elle a un suçon et qui croit que faire l'amour, c'est s'allonger en attendant que ça se passe. On se demande franchement ce que peut lui trouver Bones, un vampire de 240 ans qui a vu bien plus de choses que la plupart des hommes rien que dans sa vie humaine. Les sentiments entre les deux sont très rapides, trop à mon goût, alors que je n'ai rien contre le vampire tombe amoureux, surtout vu son évolution, mais pas aussi vite.

Au contact de Bones, Cat va donc évoluer, devenir plus forte, physiquement, mais aussi de caractère. Elle va devenir une vraie héroIne que j'ai beaucoup appréciée, oscillant dangereusement entre la justice et la vengeance. Ce qui est dommage, c'est que Cat soit le seul personnage qui a été développé. Les autres protagonistes, peu nombreux au demeurant, ont été laissés complètement de côté.

 

Malgré cela et quelques incohérences dans la narration, j'ai pris beaucoup de plaisir à rencontrer Cat. Le roman est bien écrit et on ne s'ennuie pas. Je lirai la suite avec beaucoup de curiosité car la fin de ce tome ouvre un toute nouvelle perspective très intéressante.

 

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée par Mia avec Crunches, Nanapomme, Platinegirl, Nithouxx, Luna, Nelly17, Ellcrys, Lilichat, Danouna, Dex, Kelith, Demolyna, Lilidrawinthecity, Luucil, Heavy Books, ASK !, Juliah, Mamanmic, Stéphanie Plaisir de Lire, Salsera15, Quaidesamoureux, Lizi et Alexia77.

bitlit

ABC 2012

challenge fang addict

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg