Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 21:07

Vous revoirTitre original : Vous revoir... 

Ecrit en : 2005

Editeur : Pocket (Premier édition chez Robert Laffont)

Paru en France en : 2005 

320 pages

ISBN : 978-2221102787

 

Il y a quatre ans, Arthur a vécu sa plus grande histoire d'amour avec Lauren, mais la femme de sa vie était dans le coma et ne se souvenait plus de lui à son réveil. Alors quand son ex-futur-belle-mère  lui demande de tout oublier et de ne plus jamais approcher sa fille (à qui elle veut cacher qu'elle a failli la tuer), il trouve que c'est une bonne idée. C'est beau l'amour !

Après avoir tenté de l'effacer de sa mémoire en allant travailler à l'étranger, il revient chez lui pour continuer à se morfondre sur place. C'est tellement mieux comme ça !

Quatre ans plus tard, au moment où commence le livre, Lauren se dit "Tiens au fait, il y avait un jeune homme quand j'étais dans le coma. Si je m'y intéressée pour oublier ma morne existence ?"

 

Franchement, une histoire d'amour qui me fait rêver, c'est pas un mec mollasson qui accepte de ne plus voir sa bien-aimée pour des raisons aussi ridicules que "Vous allez la perturber". J'aurais préféré rester sur la fin de  Et si c'était vrai... Au moins, je pouvais imaginer ce que je voulais.

 

La narration est très longue. On ne suit pas les retrouvailles de Laurent et Arthur, mais la déprime de l'un et la remise en question de l'autre, au travers de paragraphes très courts qui ne permettent pas de développement intéressant. Les deux personnages sont plutôt agaçants et revivent exactement la même chose que dans le roman précédent.

C'est en plus bourré de détails médicaux sans intérêt qui ne servent qu'à mettre en avant les connaissances de l'auteur. Cette suite n'était franchement pas nécessaire.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 12:50

Midnighters 2Titre original : Midnighters - 2 : Touching Darkness

Ecrit en : 2005

Traduction de Guillaume Fournier

Editeur : Pocket

Collection : Jeunesse

Paru en France en : mai 2009  

401 pages

ISBN : 978-2266164580

 

Jessica a enfin découvert la nature de son pouvoir et pourquoi il effraie tant les darklings. Les midnighters sont désormais tranquilles, du moins le croyaient-ils, jusqu'à ce qu'ils découvrent un voyeur sous les fenêtres de l'adolescente. Celui-ci arrive juste avant minuit et repart juste après. Ce qui ne signifie qu'une chose : des humains sont au courant de l'existence de l'heure secrète. Et très vite, c'est après Rex qu'ils en ont.

 

Après un premier tome qui sert surtout à mettre en place la situation, il y a un peu plus d'action dans ce deuxième volume. Les darklings passent à l'attaque et se révèlent plus intelligents que prévu. C'est l'occasion de découvrir un peu plus les pouvoirs de chacun, mais pas forcément de les comprendre. Entre la physique de Jonathan, les maths de Dess et les réflexions de Mélissa, le lecteur est un peu perdu. Je ne sais pas si c'est parce que je n'ai aucune affinité avec ces deux matières, mais même si ça paraît logique, je n'ai rien compris, en particulier les calculs de Dess !

L'histoire reste plutôt sympa, toujours aussi originale. Un second tome bien meilleur que le précédent.

 

Par contre, les personnages restent antipathiques, c'est même pire dans ce volume. Mélissa est exécrable ; même si son pouvoir ne lui facilite pas la vie, elle est imbue d'elle-même, agressive et pas sociable pour deux sous. Jessica, qui a pourtant les pouvoirs les plus forts, est une pleurnicharde exaspérante qui ne pense qu'à elle-même, y compris dans les situations les plus graves. Jonathan se pose constamment en victime alors qu'il n'a pas plus de raison que les autres. Seule Dess et Rex se montrent un peu attachants, par leur solitude, mais restent des personnages agaçants par leur prétention.

 

Ce deuxième tome est meilleur que le premier, mais la série reste trop orientée adolescent pour me convaincre. Le style de Scott Westerfeld est très bon et je lirai le troisième et dernier tome, mais Midnighters ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 23:46

Chateau-des-neiges.jpgTitre original : A Scandalous Situation 

Ecrit en : 2000

Traduction de Philippe Barbier

Editeur : Harlequin

Collection : Les Historiques

Paru en France en : 2005 

352 pages

ISBN : 978-2280175647

 

Alors qu'elle se promène dans les montages du Cumberland, la jeune Anne Kestleyest prise dans une avalanche. Elle est secourue par le charmant Lord Robert Boyd, son voisin revenu depuis peu des Indes. Contrainte de passer la nuit chez lui, le jeune homme accepte de prendre ses responsabilités, mais la jeune femme cache un terrible secret : elle a été autrefois abusée par des hommes qui l'ont prise en embuscade. Touché par le malheur qui frappe sa nouvelle amie, Robert jure de tout faire pour rendre la joie de vivre à celle qui deviendra sa femme. Mais depuis le malheur survenu 6 ans plus tôt, les tourmenteurs d'Anne n'ont jamais cessé de la harceler.

 

L'héroïne de ce roman a vécu un véritable drame personnel qui l'a rendu méfiante à l'égard de tout et tout le monde. On aurait donc pu espérer un personnage complexe, difficile à apprivoiser et une histoire chargée en émotion.
Il n'en est malheureusement rien. La jeune aristocrate est fade, sans charisme, trop conventionnelle et l'histoire bien trop gentillette. Aucun des personnages se suscite réellement d'empathie chez le lecteur, pas même Lord Boyd, un aventurier revenu d'Inde pour oublier la mort de sa femme et sa fille, évènements quasiment passés sous silence.

La plupart du temps, le lecteur est simple spectateur de la vie commune et des plus banales du couple, passant de mondanités ennuyeuses en discours insipides. Même le retour des tourmenteurs de l'héroïne ne parvient pas à nous captiver une seule seconde : l'enquête est sommaire, le coupable évident.
Même l'histoire d'amour que vive les deux héros ne m'a pas fait rêver : elle manque de passion, de naturel, de sensualité, de sentiments même. Et le langage emprunté, même s'il correspond a une certaine réalité, n'aide pas du tout à se rapprocher des personnages.

 

Grosse déception pour ce titre. J'avais envie d'évasion, de romance et de papillons dans le ventre ; je n'ai trouvé que longueurs, ennui et difficulté à poursuivre ma lecture.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 17:36

Gravure d'argentTitre original : Etched in Silver

Ecrit en : 2010

Traduction de Cécile Tasson

Editeur : Milady

Collection : Bit-lit

Paru en France en : septembre 2011 

122 pages

ISBN : 978-

 

Camille d'Artigo est à moitié humaine, ce qui est quasiment considéré comme une tare en Outremonde. En plus de l'indifférence de ses pairs, la sorcière doit aussi subir les avances de son patron. D'ailleurs, depuis quelques temps, ce dernier se venge du rejet de la jeune femme en lui confiant des affaires foireuses. La dernière en date : ramener un violeur et meurtrier issu de l'élite guerrière. Bien sûr, enlui mettant le plus de bâtons dans les roues que possible.
Mais Camille va trouver un soutien inéspéré en la présence d'une séduisant Faës dont la seule présence suffit à brouiller ses ens.

 

On retrouve les soeurs d'Artigo de la saga Les soeurs de la lune avant leur arrivée sur Terre. Camille connaît des difficultés dans son travail, Menolly n'est pas encore devenue vampire, seule Delilah reste discrète. Mais derrière une histoire pleine d'action et de romance, on sent pointer les grands changements qui vont bouleverser la vie des trois soeurs. Sous les dehors d'une banale enquête de police, bien menée au demeurant, Yasmine Galenorn dissémine des indices importants sur ce qui attend la famille d'Artigo.

 

Une sympathique mise en bouche pour ceux qui ne connaissent pas encore la série, parfaitement compréhensible, même sans avoir lu les précédents tomes. Un préquel plein de petits détails intéressants qui titilleront la curiosité de ceux qui suivent les aventures des trois soeurs d'Outremonde.

 

Une nouvelle qui donne envie d'en lire plus sur comment Menolly est devenue vampire, sur la relation entre Camille et Trillian, sur la mutation de Camille et Menolly sur Terre...

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 17:34

Anita Blake 2Titre original : The Laughing Corpse

Ecrit en : 1994

Traduction de Isabelle Troin

Editeur : Milady

Collection : Bit lit

Paru en France en : février 2009 

384 pages

ISBN : 9782811200930

 

Un client vient de proposer un gros contrat à Anita, un très gros contrat. Mais celui-ci implique de sacrificer un être humain. La jeune femme refuse, d'autant plus que la pratique est illégale, mais M. Gaynor n'est pas du genre à s'entendre dire "non". Il n'hésite pas à envoyer ses gorilles chercher la réanimatrice et ce, par tous les moyens. Pour couronner le tout, elle doit résoudre le meurtre d'un collègue, retrouver un zombie intelligent et affamé, ménager la susceptibilité de la plus grande prêtresse du coin et éviter le nouveau maître-vampire de Saint-Louis.

 

J'aime Anita, son côté humain, fragile, proche du lecteur. Dans ce tome, elle se pose de grandes questions sur elle-même, sur le fait de recourir à la violence dans certains cas. On en apprend plus sur son enfance, sur son don. Elle doute, elle hésite, fait des choix et pas toujours les bons.
Anita est un personnage complexe, pas une super héroïne bourrée de clichés, mais une jeune femme forte, à la vie mouvementée, qui a pu rester elle-même. J'adhère totalement au personnage, dont les aventures ont en plus l'avantage d'être originales.
Vous en connaissez beaucoup, vous, des réanimatrices tueuses de vampires qui chassent les zombies ?

 

Petite déception quand même au niveau de l'intrigue, un peu trop longue à mon goût. Ce tome propose trois enquêtes en parallèle qui n'avancent quasiment pas pendant les 3/4 du livre. Du coup, arrivé à la moitié, le lecteur a déjà compris que tout est lié, l'auteur n'ayant pas d'autre choix.

J'aurai aimé en savoir plus aussi sur Jean-Claude et le mystérieux lien qui l'unit à Anita, mais la question semble être un peu mise de côté pour le moment. La jeune femme n'est pas très curieuse sur ce point.

 

Petite déception pour ce tome, mais coup de coeur pour cette saga que j'aime tout particulièrement pour son héroïne si attachante.

 

Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune, pour laquelle je suis trèèèèèèèèèèèès en retard, organisée par Sookies avec Malorie5, Novalis, Tchae, Kassandra, Nastasia, Lou, Platinegirl, Blueverbena, Nane42, Endorphinage, Priline et Mabiblio1988.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 20:25

Et si CT vraiTitre original : Et si c'était vrai...

Ecrit en : 2000

Editeur : Pocket

Collection : Littérature

Paru en France en : juin 2001  (Première édition en 2000 chez Robert Laffon)

250 pages

ISBN : 978-2266199544

 

Alors qu'il emménage dans son nouvel appartement, Arthur découvre une jeune femme dans son placard. Elle s'appelle Lauren et prétant être plongée dans le coma à l'autre bout de la ville. Etant donné que l'architecte est le seul à la voir, il accepte peu à peu la situation. Commence alors pour les deux jeunes gens une étrange cohabitation.

 

Sous des dehors fantastiques, Marc Levy nous propose une gentillette histoire d'amour entre deux personnes obnubilées par leur travail qui vont apprendre à se connaître par la force des choses.
Dans une seconde partie, Arthur va lutter pour sauver celle qu'il aime, envers et contre tous, en particulier sa famille qui commence à perdre espoir.

Si la première partie parvient encore à faire vibrer mon côté fleur bleue, la seconde prend une tournure un peu trop rocambolesque qui m'a déçue.

 

Et si c'était vrai... est le premier roman de Marc Levy que je lis et le moins qu'on puisse dire est que je suis loin d'être séduite. Phrases courtes, vocabulaire simple et répétitif, structure narratif qui manque de dynamisme... Je dois avouer que je suis un peu surprise. La scène de l'accident de Lauren m'a presque fait rire tellement c'est mal écrit.

 

J'ai choisi ce titre pour commencer car j'avais beaucoup aimé le film. Et si c'était vrai... rejoint les rares romans, avec Stupeurs et tremblements, dont j'ai préféré l'adaptation cinématographique.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 22:36

Confrérie dague noire 4Titre original : Black Dagger Brotherhood, book 4 : Lover Revealed

Ecrit en : 2007

Traduction de Laurence Murphy

Editeur : Milady

Collection : Bit-lit

Paru en France en : décembre 2010 

640 pages

ISBN : 978-2811203993

 

Depuis plusieurs mois, Butch a rejoint la confrérie, univers dont il se sent plus proche que celui des humains. Mais il est toujours tenu à l'écart des réunions et des combats. Ni humain, ni vampire, l'ex-flic sombre peu à peu dans la mélancolie et l'alcool car il ne sait plus où est sa place. Le rejet de Marissa, la femme qu'il aime, fini de l'achever.

Un soir, il est enlevé et torturé par les éradiqueurs, avant de réapparaitre quelques jours plus tard. L'Oméga, avant de le laisser partir, a introduit le Mal en lui. Butch est-il désormais une menace pour ses frères et pour Marissa, de retour à ses côtés ?

 

Je dois avouer que j'appréhendais un peu ce tome.
J'aime beaucoup Butch qui est un personnage très intéressant, à cheval entre deux mondes, qui se cherche et qui a beaucoup de tort. L'antihéros par excellence !

En revanche, j'avais un peu plus de réserves concernant Marissa, jeune vierge élevée par une société où les femmes n'ont presque pas le droit de parler. Complètement soumise, l'aristocrate apparaît comme un personnage assez plat dans les tomes précédents. Mais si son évolution est prévisible, Marissa se révèle finalement un personnage attendrissant.

 

Les tomes de La confrérie de la dague noire se suivent et se ressemblent. Le schéma, typique du roman sentimental, se retrouve au fil des livres et devient de plus en plus évident surtout au bout de quatre tomes. Pourtant, je ne me lasse pas de cette saga que je dévore en quelques jours à chaque fois. C'est un livre doudou, pas forcément excellent, mais qui fait du bien. C'est ce que j'aime chez ces vampires.

 

Sous une structure classique, donc, JR Ward parvient toutefois à introduire des éléments captivants qui vont accrocher le lecteur comme le passé de Butch, les sentiments de Visz ou encore John. J'aurais aimé que certains soient plus développés, mais je garde espoir d'en savoir plus par la suite.

 

Au fur et à mesure des tomes, l'auteur s'améliore de manière significative, que ce soit au niveau du style ou de l'histoire. C'est la première fois que je n'ai rien à redire au niveau de la grammaire. Même si le style est simple, les phrases sont toutes compréhensibles et les négations sont là.
En plus, ce récit comporte beaucoup moins de temps morts que les précédents. L'action est omniprésente, tout comme les sentiments et l'introspection des personnages.
Je crois que je peux dire que ce tome est mon préféré !

 

Livre lu dans le cadre d'une lecture commune avec Sookies, Yumiko et Cathy.

challenge fang addict

The End of Story

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 20:41

Midnighters 1

Titre original : Midnighters - 1 : The Secret Hour

Ecrit en : 2004

Traduction de Guillaume Fournier

Editeur : Pocket Jeunesse

Paru en France en : janvier 2009  

336 pages

ISBN : 978-2266164573

 

Jessica Day vient d'arrivée à Bixby, Oklahoma, une petite ville bien différente de Chicago qu'elle vient de quitter avec sa famille pour le nouveau travail de sa mère. Mais elle ne sait pas encore à quel point !
En effet, à minuit pile, le monde s'arrête et seul quelques élus peuvent profiter de cette vingt-cinquième heure. En fait, seul 5 adolescents, possédant chacun des capacités particulières, peuvent profiter de ce laps de temps supplémentaires. Le problème, c'est que depuis l'arrivée de la citadine, les créatures qui peuplent ce monde, inoffensifs jusqu'à présent, ont décidé d'éliminer Jessica. Mais pour quelle raison ? C'est ce que vont essayer de découvrir les étudiants.

 

J'avais beaucoup aimé Uglies du même auteur, malgré des longueurs et des descriptions interminables, notamment pour l'originalité et la réflexion sur la société. Ici, moins de longueurs, pas de descriptions à rallonge, mais un simple récit fantastique pour adolescents.
Malgré une certaine originalité, l'histoire de ce premier tome reste en surface. Jessica découvre la vingt-cinquième, ses pouvoirs, ses nouveaux amis, son nouveau lycée... J'ai eu du mal à m'intéresser vraiment à ce roman introductif pas vraiment palpitant.

 

Pour ne rien arranger, les personnages ne sont des plus attrayants.
L'héroïne est une jeune fille bien élevée qui débarque dans un nouvel univers, sans vraiment se poser de question et qui a la chance d'être tout de suite acceptée par tous et tout le monde. Un vrai monde de Bisounours !
Les personnages secondaires sont encore pires : Rex passe son temps à donner des ordres, Mélissa est exécrable, Dess prétentieuse et Jonathan trop insouciant.

 

Bien, mais sans plus.
A lire en ayant la suite à porter de main car la fin est extrêmement abrupte.

Un mot, des titres

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 21:00

Voleuse de livresTitre original : The Book Thief

Ecrit en : 2005

Traduction de Marie-France Girod

Editeur : Pocket

Paru en France en : mars 2008  (Première édition chez XO! Editions en 2007)

640 pages

ISBN : 978-2266175968

 

Liesel Meminger est accueillie par les Hubermann alors qu'elle n'a que 10 ans. Son frère est décédée dans le train qui les emmenait, avec sa mère, en Allemagne. Mais c'est seul que cette dernière repart, abandonnant sa fille à une famille qui saura prendre soin d'elle.

Lors de ce voyage, la fillette va récupérer un livre, ramassé par hasard au cimetière : Le manuel du fossoyeur. C'est le point de départ de son apprentissage de la lecture, de sa relation avec Hans Hubermann et de sa découverte du pouvoir des mots, au coeur de l'Allemagne nazie.

 

Une jolie histoire, bien gentillette pour la période, qui nous rappelle la force des sentiments et le pouvoir des mots. C'est plein de bons sentiments, sans violence, mais on a finalement peu d'empathie pour les personnages et la narration est trèèèèèèès lente. Destinée à un public d'adolescent, La Voleuse de livres est sans doute une oeuvre intéressante à étudier au collège / lycée, mais pas très adapté à un public adulte.

 

La grande originalité de ce roman est son narrateur, puisqu'il s'agit de la Mort elle-même. Celle-ci a croisé l'héroïne a 3 reprises qui a attiré son attention. Premier souci : on ne sait pas vraiment pourquoi ! Ce qui me gêne, je dois avouer. On n'attire pas l'attention de quelqu'un d'aussi important, juste comme ça. :(

Passé l'originalité stylistique, la narratrice n'apporte finalement rien à l'histoire. Le récit est narré comme n'importe quel narrateur omniscient et encore, les ellipses sont nombreuses. Sur la fin, on a droit à un léger contexte historique, mais c'est vite oublié. Et puis plus rien.

 

L'auteur a aussi choisi de nous proposer des petites phrases en gras qui résument les réflexions de la narratrice sur certains personnages. Ce procédé un peu facile pour l'écrivain lui permets de nous faire part de nombreux détails difficile à mettre en récit, mais il nous évite aussi d'être abruti par des descriptions interminables et des récits sans intérêt.

 

Un lecture très mitigée à cause d'une narration sans réelle fondement, un style beaucoup trop lent, mais des personnages attachants et une manière sympathique de parler de la guerre aux plus jeunes.

 

Livre lu dans le cadre d'une lecture commune organisée par AngeleBB, avec Kincaid40, Cajou, Eudilmat, Nane42, Frankie, Meldc, Achille49, Stellade, Gr3nouille2010, Can-diice, Delcyfaro, PetiteMarie, Lizi, Elisabeth-Bennet, Morgouille et Nin4.

challengelivreaddict

Babychallenge-drame

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 15:08

l'amour la mort la modeTitre original : Love, Loss and What I Wore

Ecrit en : 1995

Traduction de Pascal Loubet

Editeur : Michel Lafon

Paru en France en : juin 2011 

139 pages

ISBN : 978-2749914411

 

A travers des tenues qui ont marqué son existence, l'auteur partage des moments de sa vie de petite fille, d'étudiante, de femme mariée, puis de grand-mère.

 

Alternant entre textes courts et dessins, le format est original, mais le contenu bien peu intéressant au final. Quelques instants de la vie d'une inconnue pour laquelle le lecteur ne développe aucune empathie, saisie en quelques lignes dépourvues de la moindre qualité stylistique et illustrée de dessins digne d'un enfant.

 

L'amour, la mort, la mode présente bien peu d'intérêt.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg