Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 23:16

Confrérie dague noire 3Titre original : Black Dagger Brotherhood, book 3 : Lover Awakened

Ecrit en : 2006

Traduction de Aldéric Gianoly

Editeur : Milady

Collection : Bit-lit

Paru en France en : août 2010 

576 pages

ISBN : 978-2811203788

 

Bella a été enlevée par les éradiqueurs il y a plusieurs semaines. Malgré l'évidence de se mort, Zhadiste ne peux s'empêcher de rechercher la femelle chaque nuit, éliminant ses ennemis nuit après nuit, avec toujours plus de violence et plus de rage. Jusqu'au jour où un civil qui a réussi à s'échapper leur apprend que la jeune femme est toujours vivante. Zadiste est le premier sur les lieux et ramène rapidement Bella avec lui, la soignant et la consolant après les épreuves qu'elle vient de subir. Mais le guerrier est réputé pour sa violence, sa folie et son absence total de sentiments, alors il est hors de question de se rapprocher de cette femelle qui provoque de drôles de réactions chez lui.

 

Zadiste est mon guerrier préféré, celui que j'attendais avec le plus d'impatience. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que je n'ai pas été déçue ! Le personnage principal de ce tome est un être en souffrance qui a été torturé pendant la moitié de sa vie. Il est aujourd'hui réputé pour sa violence et son absence total de sentiments, proche de la folie, mais en réalité, c'est surtout un homme qui ne vit pas, qui est comme mort, mais qui va renaître grâce à l'amour d'une jeune femme. JR Ward nous offre donc un personnage riche et profond, à la psychologie torturée, mais très travaillée par l'auteur.

On retrouve ensuite tous les éléments qui caractérisent la saga : de l'action, de l'amour, de nouveaux personnages et du sexe. J'adore !

 

Un petit (gros) bémol quand même : la grammaire !

C'était un point négatif dans le premier tome, qui s'était un peu estompé dans le deuxième, mais qui revient en force dans le troisième. L'auteur a sans doute voulu donner un peu plus de réalisme à ses dialogues, ses guerriers étant des combattants avant d'être des intellectuels. Zadiste est même carrément illettré, d'où la profusion de phrases extrêmement familières. A l'absence de négation, s'ajoute ici l'élision des pronoms personnels.

"T'es trop belle" ou "T'as pas à te retenir, je sais que t'en as envie !"

L'intention n'est bien entendu pas mauvaise, d'autant qu'à l'oral, la formulation passerait très bien, mais cela rends le récit très difficile à lire, en tout cas pour moi.

 

Cela ne m'a pas empêchée de profiter pleinement de mon guerrier. Et des autres puisqu'on en apprend aussi un peu plus sur Fhurie dont l'histoire est forcément liée à celle de son frère. On suit toujours John, notre mignon petit apprenti vampire, qui découvre peu à peu le monde de la Confrérie et on fait la connaissance d'un petit nouveau qui attise énormément ma curiosité. Autant dire que j'ai toujours hâte de lire la suite.

 

Le couple que forme Bella et Zadiste est très beau, très émouvant. Le héros est forcément touchant de par ses souffrance, mais la jeune femme aussi est très intéressante. Pour une fois, le lecteur n'est pas face à une héroïne qui se sort de tous les dangers ou qui a survécu à la mort. Oui, je dois avouer que je ne n'étais pas fan de Beth et Mary. Et je crois que je ne serais pas fan non plus de Marissa. Bella est donc le premier personnage féminin de cette série qui me plait vraiment, pour la simple et bonne raison que je l'ai trouvée simple, naturelle et totalement à l'écoute de son amant. Son attitude envers la souffrance de Zadiste est tout à fait celle que le lecteur attend. Il n'y a pas d'héroïsme mal placé, de volonté d'être forte, juste l'envie d'aider l'homme qu'elle aime. Et malgré le fait que Belle soit un vampire, c'est un personnage dont je me suis sentie très proche, au niveau du caractère et de ses réactions. Peut-être aussi parce que je voulais être à sa place...

 

Dommage que la fin soi si gnangnan. Je dois avouer que je suis un peu déçue par le dénouement de la relation entre Bella et Zadiste que je trouve bâclée. Elle n'est pas à l'image du reste du roman. Quand à la grande tragédie de ce troisième tome, je l'ai trouvé trop rapide, pas très émouvante. Et pourtant j'ai la larme facile !

 

Un très bon roman, mais qui a encore des défauts qui l'empêche d'être parfait.

 

Livre lu dans le cadre d'une lecture commune avec Sookies, Yumiko et Cathy.

 

challenge fang addictThe End of Story

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 23:39

Jeunes-filles-et-la-mort.gifTitre original : Sirens of the Waters

Ecrit en : 2008

Traduction de Armelle Santamans

Editeur : Marabout

Paru en France en : 2011

514 pages

ISBN : 978-2501073820

 

En pleine nuit, le commandant slovaque Jana Matinova est appelé pour ce qui semble être un banal accident de la route. A l'intérieur d'un minibus en flammes, six femmes et leur chauffeur ont péri. Parmi celles-ci, l'officier de police reconnaît une prostituées de Bratislava. Les évènements vont alors s'enchaîner pour le commandant Matinova qui se retrouve au coeur d'une affaire de trafic d'êtres humains à l'échelle mondiale. Elle se lance sur la piste d'un mystérieux tueur de la Slovaquie à Kiev, en passant par Vienne, la Russie et la France.

Son retour en France, où vit sa fille qu'elle n'a pas vu depuis des années, est aussi l'occasion de revenir sur un passé tragique, marqué par l'opression d'un gouvernement communiste extrême.

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Marabout pour ce titre un peu long à démarrer, mais excellent.


Une héroïne antipathique, mais qui n'avait peut-être pas d'autres choix

Au premier abord, le commandant Jana Matinova n'est pas un personnage très sympathique. Désabusée, sûre d'elle-même, elle ne semble croire en rien, ni personne et passe son temps à dénigrer son nouveau coéquipier qu'elle traite d'incompétent, alors que le lecteur ne le connaît même pas.

Et puis, au fur et à mesure de l'histoire, on en apprend un peu plus sur elle, sur sa famille, sur son passé, sur les difficultés qu'elle a rencontré dans sa vie, sur la corruption bien réelle des polices de l'Europe de l'Est. On ne lui pardonne pas son caractère exécrable, mais on comprend mieux son pessimisme, au vu de la situation politique et sociale qu'a connu son pays.

 

Un contexte politico-social important

On en apprend plus sur le personnage principal par l'intermédiaire de chapitres parallèles à l'histoire policière qui relate le passé de Jana et Dano, un artiste devenu révolutionnaire. Dans la Slovaquie des années 70, l'opposition au gouvernement communiste en place est sévèrement réprimandée et cela va déclencher des évènements particulièrement tragiques pour les deux amants, les artistes étant par nature considérés comme des ennemis de l'Etat.

Au début, je trouvais dommage d'avoir mélangé les deux récits, les évènements personnelles de l'héroïne se déroulant bien des années avant et n'apportant pas grand chose à l'enquête. Et puis finalement, on se retrouve happé par ce contexte politico-social élitiste et punitif à l'extrême qui va avoir des conséquences insoupçonnables pour la Slovaque.

Reste que ces chapitres sont parfois mal intégrés et auraient pu faire l'objet d'un livre tout aussi intéressant à eux seuls.

 

Une excellente histoire, mais une narration un peu trop extérieure

Suite à l'accident du minibus, les "meurtres" vont s'enchaîner, des morts qui ne semblent avoir aucun lien les unes avec les autres, mais qui ramène toutes le commandant Matinova à un nom : Boka. Il est alors question d'assassinat, de trafic d'êtres humains, de crime organisé à l'échelle mondiale, de passage de drogues, de guerre de gang, de flics corrompus... L'UE entre en jeu et demande à Jana de voyager à travers l'Europe pour mettre la main sur ce mystérieux Boka. Mais derrière tous ces faits, quelqu'un semble tirer les ficelles.

L'histoire est vraiment excellente, bien travaillé, elle fait voyager le lecteur et on prend part à une enquête de grande envergure. Le style très fluide et concis de l'auteur contribue à faire entrer rapidement le lecteur dans l'histoire. Mais il est un peu dommage que ce dernier se retrouve un peu trop dans la position de spectateur, sans pouvoir vraiment participer à l'enquête qui est vite mise en arrière au profit des tribulations criminelles de nombreux protagonistes.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 18:04

MagefeuTitre original : Spellfire

Ecrit en : 1998

Traduction de Michèle Zachayus

Editeur : Milady

Collection : Bit-lit

Paru en France en : 2011

288 pages

ISBN : 978-2811205898

 

Shandril est serveuse dans une auberge qui voit passer de nombreux aventuriers. Nourrie depuis son plus jeune âge aux récits de ces braves guerriers, la petite bonne ne rêve que d'aventure. Elle rechigne toutefois à quitter Gorstag qui l'a élevée comme sa fille. Pourtant, quand la Compagnie de la Lance Brillante fait halte à l'auberge de la Lune Levante, Shandril saisit l'opportunité qui s'offre à elle en devenant leur nouvelle voleuse. Commence une nouvelle vie d'aventure pour l'adolescente, une vie dangereuse à laquelle elle n'était pas préparé et qui va l'entraîner bien plus loin qu'elle ne l'imaginait.

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Milady pour ce titre qui ne m'a certes pas passionnée, mais que j'ai aimé découvrir.

 

Les Royaumes Oubliés

Ce monde imaginaire a été créé dans les années 70 par Ed Greenwood pour les besoins du jeu de rôle Donjons et Dragons. Très vite adulé par les joueurs, cet univers s'est vu décliné en près d'une vingtaine de jeux vidéos et plus de 200 romans dont près de la moitié ont été et continuent d'être traduits en France.

 

De la fantasy de bas étage

Je ne suis pas une grande lectrice de ce genre, aussi m'est-il assez difficile de comparer, mais mon impression générale n'est pas très bonne. Tout reste en surface, rien n'est développé, on a l'impression de lire de la fantasy pour jeune enfant, une sorte de "Fantasy pour les nuls". Tout est simplifié : le style, les personnages, les conflits, et même leurs aventures.

Le lecteur n'a que peu d'infos sur l'héroïne qui évolue bien trop vite, ne nous permettant pas de nous y attacher. Il en est de même pour les personnages secondaires extrêmement stéréotypés et pas toujours sympathiques. Les gentils sont forts, les méchants sont maladroits, on a un vieux magicien barbu, une héroïne à la destinée hors du commun, une histoire d'amour, des conflits politiques, des guerres, des sectes maléfiques, un secret de famille, l'apprentissage de ses pouvoirs... et tout ça en une dizaine de jours répartis sur moins de 300 pages.

C'est ce qu'on pourrait appeler de la Fantasy Nutella.

 

Un objet livre qui laisse à désirer

Chaque chapitre s'ouvre sur une citation qui est censée contribuer à développer l'univers des Royaumes Oubliés, mais qui m'ont laissée plutôt sceptique quant à l'intérêt qu'elles représentaient pour l'histoire, sans compter celles que je n'ai pas comprises.

Mais le plus gros défaut vient de la mise en page. Les marges en haut de page sont bien trop importantes, rendant la lecture désagréable, voire difficile car on a constamment l'impression de commencer un nouveau paragraphe. Esthétiquement, ce n'est pas joli, et pragmatiquement, ça complique la lecture.

 

Bad wings good wings

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 11:50

Twilight.jpgOn connaît tous l'histoire de Twilight dans laquelle la jolie et frêle Bella parvient à séduire Edward, le beau et végétarien vampire de Stephenie Meyer. Il est question d'amour, de bonnes manières, d'école et de chasteté. Bref...

Une saga qui a marqué les jeunes lecteurs et qui est à l'origine de l'engouement commerciale pour les vampires de ces dernières années.

Ne vous y trompez pas. J'aime beaucoup Twilight, c'est une très belle histoire qui m'a fait rêver aussi et dont j'ai dévoré les quatre tomes. Je ne peux que regretter que parmi les fans des créatures de la nuit, si peu conaissent Le Vampire de Polidori, Dracula de Bram Stoker, Camilla de Sheridan Le Fanu ou plus récemment Les chroniques des vampires de Anne Rice.

 

Midnight Sun est une réécriture de l'histoire de Twilight, mais du point de vue d'Edward. On découvre donc le belllâtre brillant de mille feux, au sens propre comme au figuré, lors de sa rencontre avec Bella. Tous ce qui lui passe par la tête, tous ses moments loin de son amoureuse sont expliqués pour le plus grand bonheur du lecteur.

Malheureusement, ce titre ne comporte que les 12 premiers chapitres. En effet, les brouillons de l'auteur s'étant "mystérieusement" retrouvés sur le net, sans son accord, ni celui de l'éditeur bien sûr, Stephenie Meyer a décidé de stopper la rédaction de son roman et de mettre à disposition ses premiers chapitres. Dès rumeurs circulent sur la reprise potentielle de son texte par l'auteur, mais depsui 2008, les fans atendent toujours. Qui vivra, verra !

 

Mais concrètement, proposer de nouveau une histoire qu'on connaît déjà a-t-il vraiment un intérêt ou est-ce simplement un objectif commercial ? Franchement ? Y'a s'en doute un peu des deux, mais j'ai pris du plaisir à lire cette histoire, alros si l'auteur se décide un jour à la reprendre, moi je dis oui.

Si Twilight est une histoire fleur bleue, Midnight Sun est encore plus romantique. On y croise un Edward qui se débat entre ses envies de meurtres, son devoir, sa famille et son amour pour Bella. S'il nous apparaissait principalement comme un personnage romantique prêt à tout sacrifier par amour dans La saga du désir interdit, on découvre ici une autre facette de sa personnalité, plus sombre, plus violente, car le désir de tuer son amour est extrêmement fort au début. Il doit lutter contre ses pulsions, des pulsions meurtriers particulièrement fortes que l'auteur a très bien décrites. Le récit est très prenant, on s'inquiète pour la jeune femme en mpeme temps que le héros.

 

Gros point positif : on comprend mieux les sentiments d'Edward. Allez, avouez ! Vous aussi vous vous êtes demandés ce qu'il pouvait bien trouver d'intéressant à une gamine de 16 ans mal fagotée et maladroite !

Midnight Sun permet vraiment au lecteur de comprendre ce qui attire Edward chez Bella, on peux voir ses sentiments évoluer de façon logique (du moins autant qu'il est possible de l'être quand il est question d'amour...) et à travers les yeux du vampire, la lycéenne paraît mois fade. On suit un vrai développement prenant, bien écrit et incroyablement romantique.

 

Les 12 premiers chapitres sont disponibles gratuitement et légalement sur le site officiel de Stephenie Meyer.

Un mot, des titres

challenge fang addict

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 19:30

Confrérie dague noire 2Titre original : Black Dagger Brotherhood, book 1 : Lover Eternal

Ecrit en : 2006

Traduction de Laurence Murphy

Editeur : Milady

Collection : Bit-lit

Paru en France en : juin 2010 

576 pages

ISBN : 978-2811203627

 

Rhage a une façon bien particulière de passer son temps, entre les soirées, les bagarres et surtout les filles. Ce vampire au physique de top-model et à la force herculéenne cache pourtant un terrible secret, une malédiction qui pourrait mettre en danger ses frères s'il laissait la bête qui l'habite sortir. C'est notamment pour cette raison qu'il ne s'est jamais attaché à une femelle, mais quand il croise Mary, une humaine malade du cancer, c'est son destin qu'il rencontre.

 

Rhage n'est pas mon personnage préféré. C'est même celui-ci dont j'en attendais le moins à vrai dire, alors il suffisait d'une bonne intrigue, d'une belle relation et de l'action pour me convaincre. C'est chose faite, et bien plus ! Je me suis attachée à ce héros maudit, bien moins macho qu'il n'y paraît et très sensible. L'espace d'un instant, j'ai même envié Mary pour qui le guerrier est prêt à tout sacrifier.

Contente d'avoir pris plaisir à ce membre qui m'intriguait peu, je peux d'or et déjà vous dire que j'ai hâte de rencontrer les autres.

 

Ce tome présente malgré tout quelques défauts, notamment pas mal de longueurs et des raisons parfois futiles au comportement des uns et des autres. Je pense notamment à la malédiction de Rhage que j'ai trouvé un peu exagérée comme punition ou aux réactions de rejet de Mary concernant sa maladie. Rhage est aussi long à la détente : il ne comprend pas pourquoi Mary le rejette et c'est un peu long. Sans parler de leur ébat qui tardent à venir. J'ai aussi été un peu déçue par la fin un peu trop facile.

 

Je dois quand même avouer que sur la fin, j'en avais un peu marre. Mais heureusement, mon chouchou est entré en scène ! Ahhhhhhhhhhhhhhhh Zhadisttttttttttttttttttttttttttt

Le héros du prochain tome apparaît de plus en plus dans la fin du tome 2, notamment car les deux tomes vont s'enchaîner très vite. On y rencontre Bella, la voisine et amie de Mary, qui va se révéler sensible au tortueux guerrier. En plus, on sent plein de choses poindre : violence, torture, triangle amoureux.... J'A-DO-RE !!!!

 

Vous l'aurez compris, ce tome n'est pas mon préféré, mais il s'en sort mieux que je ne l'escomptais. ^^ Je n'ai qu'une hâte maintenant : enchaîner le tome 3 !

 

Livre lu dans le cadre d'une lecture commune aec Sookies, Yumiko et Korto.

challenge fang addict

The End of Story

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 18:55

la-communauté-du-sud-tome-5Titre original : The Southern Vampire Mysteries - Dead as a Doornail

Ecrit en : 2005

Traduction de Frédérique Le Boucher

Editeur : J'ai lu

Collection : Semi-poche

Paru en France en : septembre 2009 (Première édition française en 2006 chez J'ai Lu)

384 pages

ISBN : 978- 2290019535

 

Le Merlotte aurait bien besoin d'un videur ! Entre l'émergence des vampires, les soris de pleine lune et l'alcool, la tension monte de plus en plus vite ces derniers temps. Alors quand Sam se retrouve avec une jambe dans le plâtre, il demande à Sookie de lui trouver un nouveau barman... auprès d'Eric. Après les événements du tome 4, la jolie serveuse n'est pas vraiemnt pressée de retourner à Shreveport, mais un vampire résoudrait aussi leur problème de bagarre. Elle revient donc avec Charles, un séduisant pirate.

Mais il lui reste encore à trouver qui a tiré sur Sam et les autres changeling, gérer le nouvel état de son frère, prêter main forte au sexy Lèn, supporter les assauts d'Eric pour connaître la vérité sur ce qui s'est passé pendant son amnésie et lutter contre ses sentiments pour Bill. Entre autres choses !

 

J'ai beaucoup aimé ce tome qui permet de faire le point sur toutes les relations de Sookie. C'est qu'elle en a des hommes dans sa vie ! Pour une jeune fille vierge jusqu'à récemment, elle ne sait plus où donner de la tête maintenant. Et l'air de rien, on commençait aussi à s'y perdre un peu. Ici, l'action est un peu laissée de côté pour se concentrer sur les sentiments et franchement, j'ai apprécié. Charlaine Harris en profite aussi pour un peu de tri dans tous ça et je dois avouer que je suis un peu déçue de ses choix. Mon chouchou n'aura pas fait long feu, mais en même temps il joue un peu trop les machos dans ce tome.

 

Bon, y'a quand même de l'action dans tous ça, puisqu'il faut bien découvrir qui a tiré sur Sam, Calvin et une jeune adolescente. Le truc, c'est que Sookie a tendance a foncer dans les problèmes. Ca commence sérieusement à me gonfler que la serveuse passe son temps à se plaindre de se retrouver au milieu d'histoire alors qu'elle s'y jette tête baissée la moitié du temps. Elle de mauvaise foi quand même !

 

Au centre de toutes ces histoires, on croise souvent Nikki, la meilleur amie de l'héroïne qui a le don de se mettre dans des situations pas possibles. C'est un personnage que j'aime beaucoup, je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs. Sans doute parce qu'indirectement, c'est toujours elle qui remet Sookie et Eric en présence l'un de l'autre. Et Eric, bah... c'est Eric ! Il est beau, viril, sexy et pas très sympa. Tous ses éléments ressortent bien dans ce tome, tout en montrant un aspect un peu gentil du personnage qui laisse présager d'évolution intéressante pour sa relation avec la télépathe.

 

Pour une fois, je ne devrais pas trop tarder à entamer le tome 6 ! ^^

Partager cet article
Repost0
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 07:47

Journal d'un vampire 3Titre original : The Vampire Diaries : The Return : Nightfall

Ecrit en : 1991

Traduction de Maud Desurvire

Editeur : Hachette

Collection : Black Moon

Paru en France en : février 2010

522 pages

ISBN : 978-2012017634

 

Eléna est revenue à la vie, mais sous une forme différente. Elle n'est plus ni humaine, ni vampire. Elle ne sait plus parler, ne sait plus écrire et détient de mystérieux pouvoirs qui la rendent particulièrement attirante. Sa vie est de nouveau en danger lorsque un démon débarque à Fell Church. Personne ne sait où il est, ni à quoi il ressemble, mais plusieurs jeunes filles commencent à avoir des comportements étranges. De plus, la nouvelle apparence d'Eléna attise encore la rivalité entre Stefan et Damon, mais la jeune femme reste convaincue que ce dernier peut être bon.

 

LJ Smith est très forte ! Alors qu'elle a déjà proposé des livres de piètres qualités (voir chronique du tome 1 et du tome 2), elle arrive à faire encore pire dans ce troisième tome incompréhensible, à l'histoire aussi ridicule que mal écrite et aux personnages sans consistance.

Je ne sais pas si ce sont des problèmes de traduction, mais il y a des moments où je ne comprenais même pas ce que je lisais. Les raisonnements des personnages sont absurdes, illogiques et du coup, rendent la lecture très difficile. Le style de l'auteur est pourtant très simple, tout comme ses histoires et ses personnages à la limite de la caricature.

 

Paraît que le 4 est mieux.....

Je dois vraiment être masochiste, mais je lirai sans doute la suite, puisque ma belle-soeur adore et me la prêtera sûrement... Vivement qu'elle se mette à Alpha et Oméga ! ^^

challenge fang addict

Bad wings good wings

Black Moon

The End of Story

Partager cet article
Repost0
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 06:46

Vampire Academy 1Titre original : Vampire Academy 

Ecrit en : 2007

Traduction de Karen Degrave

Editeur : Castelmore

Paru en France en : 2010 

320 pages

ISBN : 978-2362310003

 

Rose et Lissa fuient depuis deux ans, mais la course touche à sa fin puisque les gardiens de Saint-Vladimir, lycée privée situé au beau milieu des Rocheuses, les ont retrouvées. Les deux jeunes filles vont devoir reprendre leur place au sein de l'académie : Vasilisa Dragomir en tant que princesse Moroï et Rosemarie Hathaway, apprentie gardienne dhampir.

Mais si elles ont fui auparavant, c'est parce que Lissa était menacée au sein même de l'école ; or, il faut peu de temps à la jeune vampire pour trouver de nouveaux des cadavres d'animaux dans ses appartements, entre autres menaces.

 

Vampire Academy repose sur un système de caste qui peut paraître compliqué au premier abord, mais qui est en fait très clair. Il existe deux catégories de vampires : les Moroï, qui étudient la magie au lycée Saint-Vladimir et se nourissent sur des humains consentants. Ils ne sont pas violents, pas particulièrement fort et sont même les créatures les plus faibles de l'univers de Richelle Mead. A côté, il existe les Strigoï, des vampires violents, assoiffés de pouvoir, qui ont perdu leur âme en s'attaquant à leur semblables. Pour protéger les premiers des seconds, l'académie de Saint-Vladimir forme des gardiens, des dhampirs qui ont choisi de mettre leur force et leur intelligence hors du commun au service des Moroï.

 

J'ai beaucoup aimé les personnages, en particulier l'héroïne Rose, une jeune fille volontaire, avec un caractère bien tempe et une grande gueule. Le lien qui l'unit à Lissa est très particulier et très intéressant. Il apporte un côté très sensible à une guerrière peut-être trop fonceuse, tout en permettant au lecteur de suivre la vie de Lissa, bien que le récit soit écrit à la première personne. Richelle Mead a trouvé là un moyen très ingénieux de nous faire partager plus de chose que la narration ne le laissait présager.

Bien que plus naïve, plus faible, Lissa est un personnage très attachant. Elle a une histoire personnelle très triste, elle se sent seule et va encore rencontrer des difficultés physiques et morales qui devrait émouvoir les plus insensible.

Il y a bien sûr de la romance au milieu de tous ça, pour chacune des héroïnes. Deux hommes vont compter pour les jeunes filles, des hommes très différents, qui apportent chacun quelque chose au récit et aux personnages.

 

Mon gros point positif, c'est que bien que ce titre s'adresse aux adolescents, j'ai trouvé les propos très adultes. Richelle Mead aborde des thèmes plutôt difficiles, peut-être communs, comme la perte de sa famille, le fait de se prendre en main seul, l'avenir, les relations amoureuses et sexuelles, le respect de soi, la folie, la conséquence de ses actes... Si les sujets ne sont pas innovants, l'auteur en parle franchement, ne cache rien et se montre très ouverte. A aucun moment le discours est infantile, comme on peut le croiser habituellement dans le Young Adult.

 

En résumé, j'ai beaucoup aimé ce titre qui, malgré un début un peu long, s'est révélé plein d'action, de romance, de mystère et de personnages attachants.

challenge fang addict

The End of Story

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 00:00

Punition Adam BlackTitre original : The Immortal Highlander

Ecrit en : 2004

Traduction de Nellie d'Arvor

Editeur : J'ai lu

Collection : Amour et Mystère

Paru en France en : septembre 2005

320 pages

ISBN : 978-2290343463

 

Pour avoir osé aider un mortel contre l'avis de sa reine, Aoibheal a ôté son immortalité et ses pouvoirs à Adam Black, connu pour être le plus dangereux des Faës. Il est désormais invisible aux yeux des humains, sauf pour Gabby O'Callaghan. Cette jeune avocate d'origine irlandaise est la dernière descendante d'une famille de sidhe-seer, des humains capables de voir les Faës. La jeune femme a été élevée dans la crainte de ses créatures, entretenue dans l'idée qu'ils la tueraient s'ils avaient connaissance de son pouvoir. Depuis son plus jeune âge, elle fait donc semblant de pas remarquer le monde magique qui l'entoure, mais quand son regard croise celui du faë maudit, elle ne peux s'empêcher de s'attarder quelques secondes de trop sur la beauté de l'homme, révélant ainsi son don.

 

La punition d'Adam Black est ma première immersion dans le monde des Faës créé par Karen Marie Moning et le moins qu'on puisse dire, c'est que je suis époustouflée par la richesse de cet univers. En à peine 300 pages, l'auteur nous fait découvrir un univers complet avec des personnages charismatiques, un passé, une reine, un gouvernement politique, des ennemis et même une évolution. Et malgré la densité de l'univers des Faës, à aucun moment je n'ai été perdue, même sans avoir lu les autres tomes de la saga. ^^

Autant vous dire que j'ai très envie de découvrir la saga des Chroniques de McKayla Lane.

 

L'histoire en elle-même est assez sympa. On suit un beau mâle arrogant, mais gentil qui va tenter de convaincre une jeune femme qui a été élevée dans la crainte des Faës qu'il n'est pas dangereux. Les situations comiques sont plutôt nombreuses dans la première partie du récit, ce qui rend ce roman très agréable à lire. Le style de Karen Marie Moning est fluide et propose un vocabulaire plus recherché que ce à quoi on est habitué dans ce genre d'ouvrage. Adam est un beau mâle qui fait envie et Gabby une jeune femme volontaire ; deux personnages charismatiques. Un hic quand même : à 25 ans, la jolie rousse est toujours vierge. J'ai rien contre, mais j'y crois pas ! La femme est belle, intelligente, volontaire, même en demande, et a entretenu une relation de plus d'un an avec un homme, sans jamais passer à la casserole. Y'a un truc qui cloche !

 

Par contre, dans la dernière partie, on a droit à une partie de jambes en l'air qui s'éternise et des ennemis qui sont un peu longs à attaquer. Pour de fins limiers, ils doivent vraiment manquer d'entraînement.

Bref, une fin qui s'éternise, pas franchement intéressante, dans laquelle les personnages perdent de leur charme.

Partager cet article
Repost0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 16:10

Barry TrotterTitre original : Barry Trotter and the Shameless Parodie 

Ecrit en : 2001

Traduction de Alain Névan

Editeur : Milady 

Paru en France en : 2011 (Première édition chez Bragelonne en 2004)

288 pages

ISBN : 978-2811205515

 

A 22 ans, Barry Trotter est toujours étudiant à la célèbre école de sorciers Coudbar. Avoir un élève célèbre attire les foules, rempli les caisses, et le moins qu'on puisse dire, c'est que l'école en a besoin. Barry reste donc sur place, passant son temps à jouer des tour, à s'ennuyer et à courir les filles, en particuliers les fans Glandues qui acceptent de se faire culbuter dans les bois.

Mais depuis quelques temps maintenant, les foules rassemblées autour de l'école pose problème. Depuis que quelqu'un a vendu la carte indiquant l'emplacement de Coudbar, l'académie est envahie de hordes de fans irrespectueux, vulgaire et crade qui dégradent les lieux plus vite que les caisses ne se remplissent. Céldélbore convoque donc Barry dans son bureau : un film est en préparation ; si celui-ci sort, les fans seront encore plus nombreux, entrainant Coudbar vers la ruine. Si cela devait arriver, Barry devrait alors quitter l'école et se trouver un travail.

Devenir adulte n'est pas vraiment au goût de Barry qui décide de partir empêcher le film, toujours accompagné de Lon, aussi intelligent qu'un chien depuis qu'un terrible accident de Quichecuite l'a privé d'une partie de son cerveau, et d'Ermine, devenue professeur dans une école magique des bas-fond.

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Milady pour ce titre, ma première parodie !

 

Comme son nom l'indique, Barry Trotter et la parodie éhontée est une parodie, une parodie où fleurissent les jeux de mots, l'humour pipi-caca et les situations ridicules. Pas franchement convaincue par ce titre, je n'ai pas ri, très peu souri et est était assez pressée de le finir. Je suis passée complètement à côté de l'humour de Michaël Gerber et suis actuellement bien en peine de revenir sur ce que j'ai lu. L'humour est vraiment au ras des pâquerettes et je n'ai pas compris tous les jeux de mots. Quelqu'un peut m'expliquer "Céldélbore" ? Seulement 2 ou 3 petites choses ont dû me faire sourire ; c'est bien peu, même si le livre fait moins de 300 pages. Pour une parodie, c'est un peu le comble de ne pas être drôle, non ?

 

Pour autant, mon avis n'est pas totalement négatif. Bah oui !

Michaël Gerber a tout de même fait l'effort de créer une histoire complètement originale là où d'autres se contentent de réécriture une histoire qu'on connaît déjà. Ici, les enfants ont grandi, mènent chacun leur vie et profite plus ou moins du succès des livres de "JG Rollins". Ce ne sont plus des gamins aux pouvoirs magiques capables de vaincre tous les monstres. Et franchement, qui ne s'est jamais la réflexion, même au moins une fois pour les plus grands fans, que faire tous ce que Harry, Ron et Hermione font à 12 ans, c'est tout simplement pas possible ?!?!?!?!

 

La fin relève vraiment la mauvaise impression du début en remettant clairement en cause le capitalisme de notre société à travers la production d'un film qui viendrait dénaturer le travail d'auteur à créer un monde imaginaire qui permet aux enfants de rêver. Même si cette réflexion est sous-jacente à travers tout le roman, l'humour grivois empêche vraiment de s'y intéresser et il est très agréable de réfléchir vraiment un petit moment sur tout ça.

 

Enfin, bravo au traducteur qui a dû s'amuser à adapter tous les jeux de mots, blagues potaches ou vulgaires et référénces diverses de ce titre, parce que ça ne devait pas être du gâteau.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg