Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 17:35

Rock-Star-Vampire.jpg

 

Titre original :Rock Star Vampire

Ecrit en : 2013

Editeur : Le Pré aux Clercs

Collection : Pandre

Paru en France en : 2013

386 pages

ISBN : 978-2842-285272

 

Depuis toujours, Selma est différente. Elle aime le froid, ne supporte pas le soleil et a un goût immodéré pour la viande rouge. Elle a toujours su, tant bien que mal, à cacher sa différence, mais depuis quelques temps, tout le monde semble avoir peur d'elle, y compris ses amis. De plus en plus seule, elle trouve refuge dans sa passion : la musique. Une musique étrange, surréaliste, composée d'accords qui n'existent pas et de paroles qui lui viennent du plus profond de son être, mais qui attire pourtant de plus en plus de visiteurs sur son compte Youtube. Au point d'attirer l'attention d'un producteur qui va proposer à Selma de monter un groupe avec trois autres stars d'Internet. Mais pour créer une cohésion de groupe, les 4 étrangers vont devoir cohabiter, une cohabitation qui va s'avérer difficile pour la jeune fille qui ignore encore tout de sa véritable identité.

 

 

Dans la première partie du roman, Selma nous raconte son histoire depuis le début : ses premiers changements dès bébé, les interrogations de ses parents, les visites chez le médecins. Personne ne prononce le mot « vampire », même s'il est partout. Il paraît un peu trop surréaliste. Après tout, la jeune fille n'a pas envie de sang, malgré un goût prononcé pour la viande crue.

J'ai aimé ce non dit qui plane sur tout le livre. Le mot est là, on le devine, on le sent à chaque page, pourtant il n'apparait jamais, il n'est jamais prononcé, jamais écrit.

J'ai aimé aussi suivre l'histoire de Selma, ce mystère autour d'elle, de ses pouvoirs, de ses différences. C'est un personnage solitaire, un peu sombre, une ado de son temps.

 

Et puis, Selma décide qu'il est temps qu'elle en apprenne plus sur qui elle est et sa quête s'avère un peu moins intéressante. Pas ennuyeux, mais moins passionnant. Certains éléments sont trop faciles, les relations se nouent trop rapidement, d'autres liens sont trop gros.

Même si le mythe du vampire essaie ici d'être original, les origines de l'héroïne sont un peu trop rocambolesques.

 

Enfin, le milieu de la musique n'est pas spécialement ma tasse de thé. Là, c'est uniquement mon goût personnel. Mais j'ai un peu de mal à comprendre comment on peut jouer des accords qui n'existent pas. Je n'ai jamais été très douée en musique...

 

Un mot tout de même sur le découpage du roman qui m'a un peu dérangée. Les chapitres sont extrêmement courts et plusieurs couvrent en fait le même évènement. Je suis peut-être une puriste, mais un chapitre est censé raconter quelque chose de différent du précédent, sinon autant rester dans le même et, à la limite, découper en paragraphe. Mais là, certains font à peine 2 pages. Je n'ai pas compris l'intérêt.

 

Rock Star Vampire est un roman sympa, mais il m'a manqué quelque chose. Ma lecture a été plaisante, je ne me suis pas lassée et j'étais dedans, mais je n'avais pas spécialement hâte de reprendre mon livre. Il ne m'a pas touché, pas emballé. C'est assez difficile à exprimer, mais je n'ai pas été conquise, je suis restée assez extérieure aux aventures de Selma.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 13:43

Double jeu

 

Titre original : Double Jeu

Ecrit en : 2013

Editeur : Acte Sud

Collection : Junior

Paru en France en : août 2013

135 pages

ISBN : 978-2330022112

 

Résumé de l'éditeur :
Renvoyé de son lycée, Quentin est placé dans un lycée bourgeois du centre-ville. D'origine beaucoup plus modeste que ses nouveaux camarades de classe et loin de ses amis d'enfance, le garçon se sent étranger, exclu. Dans sa classe de première L, la majorité des élèves suit les cours de théâtre de Mme Fernandez, la professeur de français.
Rapidement fasciné par cette femme charismatique, Quentin va se laisser convaincre et intégrer le cours d'art dramatique pour incarner Tom, le héros de La Ménagerie de verre, la pièce de Tennessee Williams.
Quentin accepte progressivement de baisser la garde, de remettre en cause ses propres préjugés et se familiarise peu à peu avec les codes de ce nouveau milieu... Il se rapproche de ses partenaires de jeu, d'Heathcliff, jeune dandy solitaire, et de Julie, dont le charme ne le laisse pas longtemps indifférent. Mais, de plus en plus absent pour ses proches, Quentin se sent tiraillé entre deux mondes...

 

J'ai un peu hésité au début. Ce jeune de banlieu insolent qui se fait virer de son collège me passait un peu au dessus de la tête. L'ensemble paraîssait plutôt cliché.

Mais à partir du moment où il rédige sa lettre au lièvre (du lièvre et la tortue...), où il couche son mal-être sur le papier, emporté par les mots, j'ai moi aussi été entraînée par le récit, j'ai été submergée par ses sentiments.

Philippe Blondel retranscrit avec sincérité, avec beaucoup de brio, d'émotion, de réalisme ; la quête d'identité d'un jeune homme. Il parle avec justesse, une justesse incroyable, du mal-être adolescent.

Le lecteur se retrouve dans le héros. Pas forcément dans son caractère ou son attitude, très rebelle quand même, mais dans ses doutes, son questionnement. Quentin est terriblement émouvant. Il est tellement perdu qu'on voudrait le consoler. 

 

La narration est décousue, il y a de nombreuses ellipses, de longues périodes de silence, mais cela renforce l'intensité du récit, ce journal tenu plus ou moins consciencieusement par ce jeune de 15 ans.

L'auteur est aussi bien envoûtant par son histoire, mais aussi par ses mots. Des phrases courtes, tranchantes, incisives ; à l'image du héros. Un rythme saccadé, entrainant, toujours en mouvement, malgré l'immobilisme, le défaitisme et l'ineluctablilité qui semblent étouffer le narrateur. Cette impression de manquer d'air, le lecteur aussi la ressent.


La force de ce titre est aussi qu'il ne se termine pas avec une solution, où le personnage trouve sa voie, son chemin et qui il est vraiment. C'est juste un roman sur les sentiments, les doutes d'un adolescent. L'auteur ne cherche pas à tout prix à trouver à trouver une solution, à nous proposer un dénouement heureux, mais juste à nous montrer, à partager.

 

Une lecture éblouissante qui coupe le souffle.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 16:15

Ronde des saisons 3

Titre original : THe Devil in Winter

Ecrit en : 2006

Traduction de Edwige Hennebelle

Editeur : J'ai Lu

Collection : Aventures et Passions

Paru en France en : mars 2010

376 pages

ISBN : 978-2-2900-1870-5

Saga La ronde des saisons : Tome 1 -  Secrets d'une nuit d'été, Tome 2 : Parfum d'automne, Tome 3 : Un diable en hiver, Tome 4 : Scandale au printemps, Tome 5 : Retrouvailles

 

Evangeline vit sous la domination de sa tante, subissant chaque jour pression morale et violence physique de la part de sa famille maternelle, expiant indirectement les fautes de sa mère qui a choisi une mésalliance par amour. Désireuse de mettre la main sur son héritage, sa tante a décidé de la marier à son cousin. Extrêmement timide et affublée d'un bégaiement, la jeune fille est prête à accepter cette alliance qui l'éloignerait de sa famille. Mais elle réalise bien vite que son cousin a prévu de rester à la maison familale. Et surtout, son père est sur son lit de mort, mais on refuse de la laisser le voir. Evangeline n'a plus le choix :  elle doit se libérer de sa famille au plus vite. Et la seule solution, c'est le mariage !

Un mariage de raison, avec un homme qui la protégerait de son oncle et sa tante, avec qui elle ne vivrait pas, qui lui laisserait suffisamment de liberté pour voir son père, avec qui elle ne coucherait pas, mais jouirait de toute la liberté qu'il souhaite en échange de la sienne. Et surtout, elle a besoin d'un homme qui a suffisamment besoin d'argent pour accepter cette offre. Ce marché, elle va le proposer à Lord Saint-Vincent, un débauché notoire, séduisant en diable, mais surtout ruiné. Au point de ne pouvoir refuser une telle proposition. 

 

Evangeline sait ce dont elle a besoin : un statut marital qui la protègera de sa famille. Surtout pas d'amour. C'est donc un contrat qu'elle passe avec Saint-Vincent. Ce dernier a besoin d'argent, pas d'amour. Il est donc content de passer un contrat avec la jeune femme. C'est un mariage de raison, mais cela n'empêche pas une entente cordiale entre les deux époux, une entente qui va se transformer en affection.

La passion n'est pas au centre de la relation, contrairement aux tomes 1 et 2. On suit une histoire qui se construit sur la découverte de l'autre, sur le respect, sur l'affection et qui se bâtit dans la durée. Les deux personnages sont réalistes, parfaitement ancrés sans les réalités de leur époque, et extrêmement touchants. Deux personnages qui vont se découvrir de nombreux points communs au fil des pages et s'entendre de mieux en mieux. C'est vraiment une histoire tendre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir ; encore plus que les précédentes.

 

Il y a beaucoup de références aux tomes précédentes, il faut donc mieux avoir lu la saga de Lisa Kelypas dans l'ordre. Mais pour une fois, j'ai aimé ce titre du début à la fin. Ce volume est donc mon préféré. D'ailleurs, je l'ai dévoré en deux jours.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 22:09

Spark

 

Titre original : Sky Chasers 2 - Spark

Ecrit en : 2012

Traduction de Alice Delarbre

Editeur : MSK

Paru en France en : 2013

406 pages

ISBN : 978-2702436295 

 

Les adolescentes ont rejoint leur vaisseau, l'Empyrée, mais les adultes sont toujours prisonniers à bord du Nouvel Horizon. Sous le commandement de Kieran, les enfants se lancent à la poursuite des assaillants, mais la vie à bord pour de jeunes gens à peine majeurs est difficile. Kieran, de plus en plus imbu de son pouvoir, s'éloigne de Waverly, rejettée par le groupe car jugée responsable de l'abandon des parents, tandis qu'en prison, Seth réalise qu'il a été beaucoup trop loin. Un incident va lui permettre de quitter sa cellule, mais il doit encore prouver sa bonne foi. Peut-être en retrouvant le traître qui menace l'équipage...

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions du Masque qui m'ont permis de changer d'avis sur ce titre original et très bien écrit. 

 

Ce tome se concentre sur la survie de l'équipage d'adolescents, comment ils s'organisent, se débrouillent, apprennent à gérer le travail et la vie commune. On a du mal à croire qu'ils ont à peine 15 ans. Même avec des vidéos d'apprentissage, des cours, je les ai trouvé un peu trop débrouillards. Mais à part ça, j'ai bien aimé le côté Sa Majesté des mouches, l'évolution des mentalités, le passage forcé de l'enfance à l'adulte et les prises de position de chacun. Je n'ai pas bien compris pourquoi tout le monde en voulait si vite à Waverly, mais j'aime le revirement des deux personnages masculins.Le gentil devient méchant, le méchant devient gentil. Je simplifie, mais en réalité, les relations et les évolutions sont pleines d'ambiguitë. Rien n'est tout blanc ou tout noir et chacun doit faire de son mieux comme il le peut.

 

Par contre, si j'ai aimé l'évolution des protagonistes, je n'ai éprouvé d'empathie pour aucun d'eux. Waverly est prétentieuse, Kieran aveuglé par le pouvoir et Seth trop repentant par rapport au tome précédent. Ils sont tous plutôt agaçants, mais d'un autre côté, ce défaut les rend humains. Les relations affectives entre les divers jeunes ne sont pas très crédibles.

Pourtant j'ai lu ce livre avec plaisir. Kathleen Ryan a un style entraînant, c'est bien écrit et soigné. Je l'ai dévoré, je dois dire et j'ai maintenant hâte de lire le tome 3. Difficile de faire autrement vu que le cliffangher final.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 20:56

ChefTitre original : The Chief

Ecrit en : 2010

Traduction de Astrid Mougins

Editeur : J'ai lu

Collection : Aventures et Passions

Paru en France en : 2013

448 pages

ISBN : 978-2-290-0652-11

 

Edouard Ier, roi d'Angleterre au XIVe siècle, règne aussi sur l'Ecosse. Robert Bruce revendique le trône, mais l'armée d'Edouard est en supériorité numérique. Pour le vaincre, il a alors l'idée de créer une armée d'élite composée d'Highlanders, de farouches guerrier experts dans de nombreux domaines. A leur tête, il veut le meilleur d'entre tous : Tormod MacLeod, mais ce dernier refuse de prendre part à un conflit qui mettrait son clan en danger. Mais les partisans de Bruce sont prêts à tout pour le persuader, notamment Sir Andrew Fraser, farouche défenseur de la cause écossaise, qui demande à sa fille Christine de se glisser dans le lit de Tor. Piégé, ce dernier est obligér d'épouser la jeune fille déshonorée et de rejoindre une cause qui n'est pas la sienne.

 

Tor et Christina sont deux personnages très différents et profondément travaillés, avec chacun une famille, un passé qui a influencé leur caractère. Elle, jeune noble élevée à l'abri du monde extérieur, rêve de chevalier, d'amour, d'une vie épanouie auprès d'un homme aimant qui partagerait tout avec lui. Lui est un guerrier impitoyable, prêt à tous les sacrifices pour protéger son peuple et ayant une piètre opinion des femmes en matière de guerre et de politique. Ils sont très représentatifs de leur époque, mais Christina m'a tout de même agaçée. Elle veut tout de Tor, sous prétexte qu'elle fait le ménage. Son côté fleur bleue était un chouilla excessif par moment.

 

En dehors de ça, l'histoire est incroyable de romantisme et de passion. L'auteur a parfaitement sur retranscrire l'évolution des sentiments entre les deux protagonistes et l'alternance de points de vue permet de saisir les subtilités des deux côtés. Je trouve juste dommage que Tor change d'avis soudainement à la fin concernant ses sentiments pour Christina. Je n'ai pas bien compris ce revirement. Mais bon, on va dire que c'est l'amour...

 

L'action n'est pas oubliée. Tor et Christina sont au coeur d'un contexte historique et politique important que Monica McCarthy exploite avec talent. D'ailleurs, tous les évènements sont véridiques, un peu romancés certes, mais se sont réellement produits. Les quelques différences sont soulignées dans une annexe à la fin de l'ouvrage pour les plus pointilleux.

 

Ce livre est vraiment excellent. Un romance exquise qui se lit avec délice du début à la fin.

Challenge Mystère

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 23:45

Chevalier d'Emeraude 1Titre original : Les Chevaliers d'Emeraude (Québec)

Ecrit en : 2003

Editeur : Michel Lafon

Paru en France en : 2007

352 pages

ISBN : 978-2749906256

 

Enkidiev est un royaume peuplé de créatures fantastiques digne de n'importe quel roman d'héroïc fantasy. Elfes, magiciens, hommes, fées... cohabitent dans un monde en paix depuis l'attaque des hommes-insectes il y a 500 ans. Cette paix est maintenue par les Chevaliers d'Emeraude, de redoutables guerriers magiciens élevés dans cet unique but dès leur plus jeune âge. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 7, un nombre restreints, mais suffisant pour régler les quelques conflits qui surgissent encore. Jusqu'à l'arrivée de Kira, un enfant à la peau violet, détenteur de redoutables pouvoirs, que le roi Emeraude 1er a décidé d'adopter. Un enfant que convoite aussi Amecareth, le roi des hommes-insectes et il est bien décidé à mettre Enkidiev à feu et à sang pour la retrouver.

 

J'ai entendu beaucoup de bien sur cette série... je me demande un peu pourquoi après l'avoir lu...
Ce n'est pas mauvais, mais ce n'est pas exceptionnel non plus.

Ce premier tome est une espèce de grosse introduction, plutôt basique, permettant au lecteur de découvrir le royaume d'Enkidiev et ses différentes créatures, ainsi que les Chevaliers d'Emeraude, mais il ne se passe pas grand chose d'autre. On ne fait que voyager de pays en pays pour annoncer la menace des hommes-insectes, il n'y a pas vraiment d'intrigue importante dans ce tome. Cela devient vite ennuyeux.

 

Les personnages sont nombreux, mais très caricaturaux et superficiels. On arrive même pas à s'y perdre, si ce n'est dans les noms. Chacun a un caractère très marqué, mais sans réel appronfondissement et déjà vu. Là aussi, on s'ennuie vite.

 

La narration ne vient même pas réveiller tout ça, avec un style très scolaire, très monotone et au vocabulaire simpliste. L'avantage, c'est que Les Chevaliers d'Emeraude est un livre très facile d'abord, mais à réserver aux plus jeunes. Une bonne façon de se lancer dans la fantasy.

Challenge Mystère

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 22:56

Glow.jpgTitre original : Sky Chasers 1 - Glow

Ecrit en : 2011

Traduction de Alice Delarbre

Editeur : MSK

Paru en France en : 2012

389 pages

ISBN : 978-2702436288 

 

Dans un lointain futur, la Terre est au bord de la destruction. Pour anticiper l'extinction de la race humaine, deux vaisseaux sont envoyés dans l'espace : le Nouvel Horizon, puis l'Empyrée un an plus tard, à destination de la Nouvelle Terre. A son bord, des hommes et des femmes, l'espoir de l'être humain, destinés à repeupler leur futur planète.

Waverly, 15 ans, est née à bord de l'Empyrée et ne connait que l'immensité de l'espace. Elle a bien conscience de son future rôle : mettre au monde les enfants qui peupleront la planète et se destine à Kieran, le futur commandant du vaisseau, même si le mystérieux Seth ne la laisse pas de marbre.

Mais un jour, le Nouvel Horizon, censé avoir un an d'avance sur eux, les attaquent et emmènent toutes les filles à son bord, avant de leur faire croire que tout le monde a disparu. Mais Waverly ne tarde pas à découvrir que toutes les femmes du vaisseau jumeaux sont devenues stériles, faisant des jeunes filles à peine pubères un denrée rare.

 

J'ai un souci avec ce titre : son sujet. On nous parle de fécondité, de sexualité, mais aussi de viol, avec beaucoup trop de non dit. Les ovules de ces jeunes filles vont être le terrible enjeu d'une guerre spatiale pour lesquels on se bat à coup de manipulation, de mots, de gentilesse et de cajoleries. C'est plein de bons sentiments, de mots doux, de douceurs, mais on parle quand même de viol, au sens figuré comme au sens propre. Le sujet du regard des hommes sur la femme est aussi abordé, avec plus de vulgarité, de menace, qu'il n'aurait dû.

Je ne dis pas que ça n'existe pas ou qu'il ne faut pas en parler, mais je n'ai pas aimé la façon dont Kathleen Ryan aborde le sujet. Et puis comme je le disais, il a beaucoup de non dit. Je met le mot "viol" dans ma chronique, mais il n'est jamais mentionné dans le roman (ou peut-être une fois), on n'évoque même pas le désir ou l'acte sexuel, comme si l'auteur ne savait pas comment en parler. Et n'oublions pas que le young adult s'adresse à un jeune public. L'héroïne n'est pas même pas majeure. Je n'ai pas été choquée non plus, il ne faut exagéré, mais il y a quelque chose qui m'a gênée dans ce roman.

 

Le sujet m'a tellement dérangée que je suis restée focalisé dessus. Difficile d'apprécier ma lecture dans ses conditions, mais les personnages ne m'ont pas aidées non plus. Waverly est agaçante, trop sûr d'elle et de sa supériorité, tout comme Kieran et Seth qui sont plutôt égocentriques et dont je n'ai pas bien compris certains comportements. En plus, l'auteur ne donne vraiment pas une bonne image de ses protagonistes, du coup, on ne croit pas non plus au triangle amoureux. J'ai limite pas compris la fin.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 22:08

Vampire-Academy-2.jpg

 

Titre original : Frostbite

Ecrit en : 2008

Traduction de Karen Degrave

Editeur : Castelmore

Paru en France en : 2010

316 pages

ISBN : 978-2362310751

 

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Castelmore qui m'ont permis de découvrir la suite des aventures de Rose et Lissa, avec leur nouvelle couverture super jolie ^^

 

Rose continue de s'entraîner tout en bridant ses sentiments pour Dimitri, tandis que Lissa poursuit son histoire d'amour avec Seth, tout en cachant aux autres ses pouvoirs.

Entre deux, des strigoïs super bien organisés attaquent et exterminent les grandes familles princières et pour se protéger, tout le monde part au ski. Car oui ! il est bien connu que prendre des vacances prévient des attaques mortelles.

 

Il est la plupart du temps question de suspicion, de la part des personnage, pas du lecteur qui, lui, a déjà compris ce qui se passait depuis un moment. Il est aussi question de romance, si on peut dire, notamment avec Rose qui se comporte comme la salope qu'elle répète à tout le monde qu'elle n'est pas.

Et à la fin, il est bien question d'action, centré uniquement sur le personnage de Rose, encore une fois, qui remporte tous les lauriers. Une fin un peu trop facile à mon goût, qui règle le problème de triangle amoureux que l'auteur avait elle-même créé, sans bien savoir pourquoi, ni comment, j'ai l'impression.

 

La plupart des autres personnages sont occultés, on s'attarde peu dessus et Adrien, le petit nouveau, a à peine attisé ma curiosité J'ai trouvé l'histoire plutôt ennuyeuse, redondante et futile.

Malgré tout, Richelle Mead a un style entraînant, les pages se tournent toutes seules. Et puis j'aime la maturité de Rose. Pour une fois, on a droit à un personnage de young adult intelligent et réfléchi, pas niais et puérile, sans être non plus trop adulte pour son âge.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 21:52

Lezard-dans-le-jardin.jpg

 

Titre original : Un lézard dans le jardin

Ecrit en : 2011

Editeur : Thierry Marchaise

Paru en France en : mai 2011

138 pages

ISBN : 978-2-36280-004-7

 

 

Clara est une fétichiste, une fétichiste de la soie. Elle ne peut prendre son plaisir qu'au milieu du doux tissu.
Ce roman est-il donc un livre érotique ?
Pas du tout !
En fait, il est à peine question d'amour, les sentiments ne sont pas vraiment au centre de l'histoire et il est même plutôt difficile de ressentir de l'empathie pour les personnages.

 

Clara est une fétichiste de la soie qui ne prend son plaisir qu'avec du tissu volé. Mais quand la vendeuse d'un magasin la prend sur le fait, elle la poignarde et est arrêtée.
Un thriller alors ? Un truc un peu trash, sanglant, avec course poursuite et enquête policière ?
Pas du tout.
En fait, le personnage principal vit depuis plusieurs années dans un hôpital psychiatrique où il ne se passe rien.
C'est ennuyeux, morne et sans grand intérêt.

 

Au milieu de cette joyeuse assemblée de personnages très succinctement présentés, le psychiatre décide d'organiser une pièce de théâtre. L'occasion de parler psychologie des personnages ?
Non plus.
Je n'ai pas bien compris le but de l'exercice. Bien sûr, il y a des parallèles, mais tellement peu exploités.

 

Alors de quoi ça parle ?
Bah... je me demande encore.
Je n'ai pas accroché à cette histoire. Je me suis ennuyée.
J'ai l'impression que l'auteur ne savait pas trop quoi raconter, alors il a fait un mix de ce qui lui passer par la tête.
Heureusement que ce n'est pas mal écrit, mais cette lecture sera vite oubliée.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 22:54

Manuscrit-retrouve.jpg

 

Titre original : Manuscrito encontrado em Accra

Ecrit en : 2012

Traduction de Françoise Marchand Sauvagnargues

Editeur : Flammarion

Paru en France en : mars 2013

180 pages

ISBN : 978-2-0812-9022-8

 

14 juillet 1099. Les croisés sont aux portes de Jérusalem, prêts à assiéger la ville où chrétiens, juifs et musulmans vivaient jusqu'alors en parfaite harmonie. A l'aube d'une défaite imminente, les habitants se regroupent autour du Copte, le sage de la cité, qui leur transmet leçons de vie et valeurs universelles.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Flammarion, depuis le temps que je voulais lire un autre livre de cet auteur.  

 

J'avais adoré  Veronika décide de mourir et j'avais donc hâte de découvrir un autre roman de cet auteur...
Mal m'en a pris...
J'avais bien compris que Paulo Coelho écrivait des romans philosophiques où la spiritualité tient une place essentielle, mais ici, il ne prend même pas la peine de cacher sa philosophie sous un récit distrayant. Il se contente de répondre à des questions simples et directes comme "qu'est-ce que la beauté ?", "est-ce normal d'avoir peur du changement ?" ou "parle nous de l'anxiété", en mettant en avant le fait que Dieu est amour et que tout arrive pour une raison ; à nous d'accepter ce qui nous arrive. C'est une philosophie un peu trop contemplative, un peu trop statique pour moi ; je n'y adhère pas, alors tout un bouquin là-dessus...
Autant lire La Bible...

 

Heureusement, ça se lit très vite. Parce que le style est simple, mais aussi parce que la mise en page privilégie beaucoup les blancs. C'est bien si on a hâte de finir le livre, c'est sans doute un peu rageant quand on est fan de l'auteur et qu'on s'est précipité sur cet ouvrage à 17 euros.

 

Un livre a réserver vraiment aux amateurs de conception philosophico-religieuse sur la vie.
Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg