Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 12:49

Philtres & potionsTitre original : /

Ecrit en : 2009

Traduction de Lorène Lenoir, Grégory Bouet, Marianne Feraud, Marie-Aude Matignon, Aldéric Gianoly, Virginie Paitrault, Hélène Assens et Claire Allouch.

Editeur : Milady

Collection : Bit-lit

Paru en France en : 2011

480 pages 

ISBN : 978-2-2650-9350-8

 

Philtres et Potions est une recueil de neuf nouvelles, écrites par des auteurs bien connus des lecteurs de bit-lit. Un recueil plutôt sympa, qui donne envie de découvrir certains auteurs. Il démarre fort... mais il finit un peu moins bien.

 

Loup d'aveugle de Patricia Briggs

Quand son frère est enlevé par un puissant groupe de magiciens, Tom fait appelle à Moira, une puissante sorcière auprès de qui on l'a recommandé. D'abord surpris par la frêle jeune femme aveugle qui lui ouvre la porte, il ne tarde pas à se rendre compte qu'il ne faut pas se fier aux apparences, mais aussi qu'il ressent un certain attachement à la jeune femme qui a en fait prévu de mourir ce soir.

 

Je n'ai qu'une chose à dire après avoir lu cette nouvelle : il faut que je me précipite sur Mercy Thompson !!!!!
En quelques pages, l'auteur parvient à vous transporter dans son univers, à vous attacher à ses personnages, à vous donner envie d'en apprendre plus. Si Tom est finalement plutôt convenue, Moira est un personnage très intriguant, au passé très sombre, dotée d'une famille encombrante qui va la marquer à vie, aussi bien moralement que physiquement. C'est un personnage très fort, comme je les aime. Et une petite touche de sensualité, très subtil, mais bienvenue.

 

La Dernier tournée, de Jim Butcher

Alors qu'il vient prendre une bière et manger un morceau dans son bar préféré, le mage Dresden trouve les lieux saccagés, les corps amoncelés, même si la plupart ne sont que blessés. Il se retrouve embarqué, avec l'officier Murphy, dans une affaire de sorcellerie, de bière et de match de foot.

 

Un peu moins de subtilité, un peu plus d'action. Ce n'est pas forcément pour me déplaire. J'ai bien aimé la relation Murphy/Dresden, deux personnalités très différentes, mais il règne une tension sexuelle indéniable entre les deux. Je regrette juste des ellipses un peu nombreuses, même pour une nouvelle.

 

Cadavre Exquis de Rachel Caine

Molly est nécromancienne. Pour arrondir ses fins de mois, elle relève des morts, la plupart du temps pour des particuliers ou de grandes entreprises. Aussi est-elle plutôt surprise quand la police fait appel à elle pour relever Andrew Toland, un célèbre nécromancien, qu'elle a déjà eu l'occasion de rencontrer un an auparavant. Un homme peut-être mort, mais qui ne la laisse pas indifférente.

 

Grosse copie de Anita Blake entre le métier et le caractère de l'héroïne, son patron pas très bavard et pas toujours très coulant, et même dans la narration, le rythme. J'ai beaucoup moins accroché à cette histoire, un peu trop fleur bleue et trop facile.

 

Les jeux sont faits, de Karen Chance

Après une nuit mouvementée qui l'a laissé complètement épuisée, Lia ouvre sa porte à un livreur qui l'attaque à coup de sortilège. A moitié réveillée et épuisé, la sorcière doit alors faire face à un groupe de sorciers bien résolu à se débarrasser d'elle.

 

Alors là, j'ai adoré ! Malgré le format court, le récit est complet, les personnages sont charismatiques et ont une véritable histoire. Il y a tout un contexte qu'on arrive parfaitement à saisir malgré la brièveté du récit ; et action et sentiments sont au rendez-vous.
Et la scène d'ouverture est magistrale : une scène d'action de 20 pages, sans temps mort, entraînante et exaltante !

 

L'Oeil doré d'Hécate, de P.N. Elrod

Quand leur client font appel à Jack et Charles, c'est que les voies légales ne peuvent plus les aider. C'est le cas de Mabel Weaver, qui souhaite récupérer son héritage familial, un collier soi-disant magique, que sa cousine lui a volé et s'apprête à revendre.


C'est pour ce genre d'histoire que je n'aime pas les nouvelles. Il y a énormément de non dit, de mystère, de piste non exploitée, d'histoires non approfondis. Je n'ai pas du tout aimé cette histoire qui, en plus, est moins centrée sur la sorcellerie que les autres, alors que c'est celle même du directeur du recueil.

 

Bacon, de Charlaine Harris

Dahlia, une vampire, a rendez-vous avec Circé, une sorcière. Il y a quelques semaines, son mari a été assassiné et la créature de la nuit est bien décidé à utiliser tous les moyens pour se venger.

 

Très confus, rapide, mais finalement pas mal d'humour.

 

La Marque des morts, de Faith Hunter

Un horrible massacre a été commis à quelques kilomètres de chez Molly, mariée, mère de famille, mais aussi sorcière. Pour retrouver les vampires renégats à l'origine des meurtres, l'inspecteur Brax doit attendre les résultats du labo qui ne lui parviendront pas avant des jours, ou demander à Molly d'utiliser son don particulier qui lui permet de suivre les morts à la trace...

 

J'ai bien aimé l'idée des sorcières persécutées, mais en dehors de ça, le récit était un peu trop descriptif pour être vraiment passionnant. Et puis j'ai pas compris pourquoi ils descendent tous dans la grotte à la fin...

 

La Rouquine, de Caitlin Kittredge

Alors que Sunny assiste à un procès, un sorcier débarque en plein tribunal et manque de le détruire. Heureusement, Sunny, sorcière elle aussi, parvient à contenir l'attaque, mais ces talents ne sont pas passés inaperçus. Le soir même, elle reçoit une invitation que sa cousine, officier de police, lui demande d'accepter.

 

Les deux personnages féminins sont de vrais clichés ambulants, aux comportements pas toujours très logique. Ca m'a même carrément dépassée à un moment.

 

Sombres Péchés, de Jenna Maclaine

Cin, vampire de son état, est aussi une sorcière. En fait, elle est même la seule de son espèce, les sorcières perdant généralement leur pouvoir après leur conversion. Malheureusement, elle ne le maitrise pas du tout. Aussi quand ses compagnons trois compagnons sont enlevés par un redoutable sorcier qui souhaite faire d'elle son esclave est-elle bien embêtée. 

 

Alors là, cette nouvelle était plutôt mal partie. D'entrée, on nous présente une super-héroïne vampire, mais aussi sorcière, la seule dans son genre, qui en plus a trouvé le Grand Amour. Une héroïne qui a déjà tout, ça a plutôt tendance à m'énerver :-/ Et puis, au fil du récit, on découvre une mythologie qui a l'air intéressante, avec un groupe de vampires ressemblant à une milice, des guerres, une Déesse, le destin. Ca a finalement éveillé ma curiosité.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 15:04

Cyrano

 

Titre original : Cyrano de Bergerac - Comédie héroïque en cinq actes et vers

Ecrit en : 1897

Editeur : Mango

Paru en France en : janvier 1996

318 pages 

Autour du livre : On ne compte pas moins de 6 films et téléfilms dont 1 pastiche, 5 opéras, 1 ballet et 3 BDs. 

 

Cyrano est un poète, un troubadour de l'amour, un idéaliste des mots qui n'hésite pas à s'opposer aux mauvais acteurs, aux amants irrespectueux ou au soldats belliqueux. Au-delà des mots, c'est d'ailleurs son métier et sa verve n'a d'égal que son coup d'épée. Mais son coeur est pris, dédié à Roxanne, sa cousine. Si seulement son nez ne le rendait pas si laid.

Christian est beau, mais est idiot. Cyrano n'est pas beau, mais il a les mots. A eux deux, ils séduiront la belle Roxanne. Les deux jeunes gens sont fous amoureux et Cyrano a l'illusion de vivre un demi amour. Et cela lui suffit.

 

Au début, j'ai été un peu déboussolée : on débarque en plein théâtre, au milieu de dizaines de personnages différents parlant d'un autre personnage absent pour le moment et donc je ne comprenais pas le rôle. D'ailleurs, j'ai toujours un peu de mal à comprendre au nom de quelle légitimité il interdit à un acteur de jouer, mais passons...

J'ai écouté les conseils de Mypianocanta, je ne me suis pas laissée déstabiliser et j'ai poursuivi ma lecture. Et quelques scènes plus tard, c'a été le coup de foudre ^^

 

On est transporté par les mots, les rimes, les images. Le langage de Cyrano est emporté, imagé, fleuri, rythmé, virulent, engagé. On le lit avec plaisir, on le déclame même, espérant y retrouver un peu de la passion qui anime ce personnage. Et ses mots d'amour ! Une déclaration à vous faire pâlir d'envie. C'est beau, c'est grand, c'est émouvant. Tout comme l'histoire et les personnages d'ailleurs. Cet amour tragique, qui repose sur les mots, mais qui pourtant ne se dit pas ! C'est magnifique.

Je regrette de ne pas avoir découvert ce classique plus tôt.

 

Un peu d'histoire :

A noter que pour créer son personnage de Cyrano, Edmond Rostand s'est inspiré d'un personnage historique ayant réellement existé : Savinien Cyrano de Bergerac, un écrivain français du XVIIème siècle.

Un classique par mois

classique

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 21:33

Vie romantique Alice B.Titre original : Wife 22

Ecrit en : 2012

Traduction de Séverine Quelet

Editeur : Fleuve Noir

Paru en France en : 2012

496 pages 

ISBN : 978-2-2650-9350-8

 

Alice a 44 ans. Mère au foyer, elle a peu de discussions avec sa fille adolescente en plein chagrin d'amour, se pose des questions sur l'orientation sexuelle de son fils de 15 ans et voit peu son mari qui passe le plus clair de son temps au travail. Elle donne quelques cours de théâtre aux élèves du collège, mais sa vie ne la satisfait plus. Crise de la quarantaine, coup de blue... toujours est-il qu'il est l'heure pour Alice de faire le point sur sa vie. Et c'est un mail qui va l'y aider.

Alice est invitée à participer à une étude rémunérée sur le mariage. En binôme avec un chercheur dédié, elle répond à de nombreuses questions sur elle, ses rêves, ce qu'elle est devenue, ses enfants, son mariage, son mari, ses déceptions. Le tout, toujours sous couvert de l'anonymat. Et il est toujours plus facile de se confier à un inconnu...

 

Des livres sur la crise de la quarantaine chez les femmes, il en existe plein. Et comme tous les autres, La vie romantique d'Alice B. est drôle, frais et émouvant. Mais il a quelque chose en plus !

Il n'est pas seulement prétexte à faire rire le lecteur sur les aléas de la vie qu'on connait avec sa famille, il est aussi très touchant. C'est d'ailleurs ce côté, plus que l'humour, qui a été exacerbé et qui le rend si attachant.

A commencer par le déclencheur.

La mère d'Alice est décédée dans un accident de voiture à l'âge de 44 ans, l'âge de l'héroïne. C'est donc un cap pour elle, car elle va vivre plus longtemps que sa mère désormais. Je n'ai pas les mots pour exprimer à quel point cet anniversaire bouleverse l'héroïne, l'auteur le fait bien mieux que moi. Mais j'ai apprécié cette raison intelligente, réfléchie, qui nous mets dans une situation qui va bien au-delà de la simple crise de la quarantaine. Souvent, ce genre de livres commencent par une réflexion sur les rides, un homme qui débarque avec une jeunette ou un licenciement pour être remplacé par quelqu'un de plus jeune. Ce n'est peut-être qu'un détail de ce récit, mais j'ai beaucoup aimé qu'on nous offre une vraie raison de s'interroger sur sa vie.

 

Le récit en lui-même n'est pas en reste. On suit les péripéties d'Alice avec les membres de sa famille et ses amies. Chaque personnage est atypique et surprend le lecteur à un moment ou à un autre. On est entraîné avec plaisir dans cette histoire de famille, banale au premier abord, mais qui nous saisit par son émotion et sa réalité. Car Alice pourrait être n'importe laquelle d'entre nous.

A travers l'enquête sur le mariage, on découvre sa rencontre avec son mari, la naissance de ses enfants... Le passé est raconté par bribes et pourtant, le rythme n'est jamais perdu.

L'histoire est racontée du point de vue d'Alice et on ne voit que ses réponses, jamais les questions qui sont posées. Alors, on s'amuse à deviner. Les réponses sont assez claires pour ne pas gêner la lecture. Pour les plus curieux, on peut retrouver la liste des questions à la fin du roman. Personnellement, je me suis amusée à relire toutes les réponses avec les questions une fois le livre terminé ^^

 

Alice n'est pas juste une femme qui s'ennuie, elle a de réels problèmes de couple à résoudre. D'ailleurs, elle va développer une relation intime avec son chercheur qui pourrait mettre son mariage en péril. Elle se pose aussi beaucoup de questions sur le fait de réaliser ses rêves, aussi bien pour elle, que pour son mari ou ses enfants.

Malgré les doutes, on sent à travers ses réponses qu'elle est toujours amoureuse de son mari et pour une fois, le happy end ne m'a pas dérangée. Au contraire, la fin est véritablement surprenante et terriblement romantique.

 

Un livre drôle, frais et surtout émouvant dont les pages se tournent toutes seules. L'auteur a un style très entraînant, rythmé, mais aussi soigné, qui sert magnifiquement une histoire qui porte bien son titre.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 17:03

Cité des ténèbres - origines 1Titre original :  The Infernal Devices, book 1 - Clockwork Angel

Ecrit en : 2010

Traduction de Julie Lafon

Editeur : Pocket Jeunesse

Paru en France en : novembre 2012

536 pages 

ISBN : 978-2-2662-1802-3

Spin-off de la série La Cité des ténèbres

Série en cours : Tome 1 : L'Ange mécanique, Tome 2 : Le Prince mécanique, Tome 3 :

 

A la mort de sa tante qui l'a élevée depuis le décès de ses parents, Tessa quitte l'Amérique pour rejoindre son frère ainé en Angleterre. Mais à la descente du bateau, deux soeurs à l'allure inquiétante l'attentent, soi disant au nom de son frère.

Sequestrée, battue, la jeune fille va vivre l'enfer avec les deux sorcières qui vont pourtant lui apprendre à utiliser son pouvoir. Car Tessa a un don : elle peut prendre l'apparence de n'importe qui, et même s'approprier sa personnalité et ses souvenirs. Ce que la jeune fille ignorait jusqu'à sa rencontre avec les deux femmes...

 

Un grand merci à Babelio et aux Pocket Jeunesse pour ce roman.

 

Définition du mot "origine" :

  • Commencement, première apparition ou manifestation de quelque chose.
  • Lieu, contexte d'où est issu quelque chose.
  • Point de départ de ce qui est envoyé, adressé, distribué.
  • Ce qui provoque l'apparition de quelque chose, ce qui en est la source, ce qui en explique la formation, l'apparition, la création.

Mais les origines de quoi ici ?

On remarquera les mots "commencement", "apparition", "point de départ", "formation"... Or, dans ce roman, les chasseurs d'ombres existent déjà, on rencontre même l'Enclave et les démons sont déjà bien installés. On débarque dans un univers déjà bien établi.
Du coup, je me suis sentie lésée. J'ai pas compris. Ce n'est peut-être qu'un titre, mais quand il ne correspond pas à nos attentes, on est toujours un peu déçue

 

Passé ce petit désagrément, je ne ressors pas de ma lecture avec un meilleur sentiment. Je me suis ennuyée. J'ai trouvé toute cette histoire et ses personnages trop lisses. Tessa découvre un pouvoir incroyable dont on nous dit rapidement que personne n'a jamais vu, mais y'en a pas un qui se pose plus de questions que ça. L'héroïne attend tranquillement que d'autres recherchent son frère retenu en otage et les personnages passent plus de temps à papoter qu'à agir. Sans parler de "l'histoire d'amour" entre Tessa et Will qui m'a limite surpris (limite parce qu'il y a forcément une romance..) tant ça manque de passion et de sentiments.

 

Qu'on s'entende : ce n'est pas mauvais. Mais je suis loin d'être sous le charme. J'ai trouvé ça beaucoup trop superficiel, lent et déjà vu. J'ai cru comprendre que cette série "Origine" était mieux que le premier titre de Cassandra Clare. Autant vous dire que ça ne me donne pas envie de la découvrir...

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 17:24

cinquante nuances de greyTitre original :  Fifty Shades of Grey 

Ecrit en : 2011

Traduction de Denyse Beaulieu

Editeur : JC Lattès

Collection : Romans Etrangers

Paru en France en : octobre 2012

560 pages 

ISBN : 978-2-7096-4252-1

Série en 3 tomes : Cinquante nuances de Grey, Cinquantes nuances de Grey plus sombres, Cinquantes nuances de Grey plus claires

 

Ana est plutôt du genre timide et renfermée, mais pour rendre service à sa colocataire et meilleure amie Kate, elle se rend dans l'une des plus grosses sociétés de de la région pour en interviewer le riche PDG. Elle ne s'attendait pas à se retrouver face à un jeune homme de 27 ans, beau à tomber par terre ; et encore moins à le revoir quelques jours plus tard dans la quincaillerie où elle travaille.

Christian Grey est une énigme, un multimillionnaire renfermé et taciturne, mais qui éveille Ana à la passion. En quelques jours, ils sont incapables de se passer l'un de l'autre. Mais Christian a aussi des pratiques sexuelles dont Ana  ignore encore tout et dont elle n'avait pas forcément envie de faire l'expérience. Jusqu'où sera-t-elle prête à aller pour garder l'homme qu'elle aime ?

 

Je n'étais pas spécialement emballée par cette lecture, mais ma belle-soeur me l'a prêté et Sookies m'a proposée une LC, alors j'ai décidé de tenter le coup. Je n'en ressors pas plus emballée qu'avant, mais pas déçue non plus.

 

Cinquante nuances de Grey est tout simplement un roman d'amour et de passion. On en retrouve tous les codes habituels de la romance, de la jeune vierge innocente au beau ténébreux au passé douloureux, avec en prime le multimillionnaire qui couvre l'héroïne de cadeaux. Le cliché même du Harlequin. D'ailleurs, les scènes de sexe n'en sont pas très éloignées non plus. On est loin d'un roman érotique. Certains romans de bit-lit vont bien plus loin. Quant aux pratiques de Christian, elles n'apparaissent qu'au bout de 300 pages et encore de manière sporadique. Il passe son temps à insister auprès d'Ana, soit disant parce qu'il ne peut envisager le sexe autrement, sauf qu'il lui fait l'amour normalement les 3/4 du bouquin.

Pour ce qui est d'Ana, que ceux qui ont détesté Bella Swan passe leur chemin. Ce n'est qu'une copie aussi maladroite et pleurnicheuse qui passe 500 pages à se demander ce que l'homme parfait (à ses yeux) peut bien lui trouver.

C'est sans doute ce qui m'a le plus agacée dans ma lecture.

 

Rien de transcendant au final, en tout cas rien qui ne vaille le battage médiatique dont ce livre a bénéficié.
Une belle histoire d'amour, un bon moment de lecture, mais rien d'innovant. Point.

 

J'ai partagé ma lecture avec Sookies qui, elle, a adoré ^^

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 18:42

Avenue des géants

Titre original :  Avenue des géants

Ecrit en : 2012

Editeur : Gallimard

Paru en France en : 2012

368 pages 

ISBN : 978-2-0701-3235-5

 

Al Kenner est un petit génie au QI supérieur à celui d'Einstein, bridé par une mère qui le déteste et un père qui le délaisse pour satifaire sa nouvelle épouse. Elevé par une grand-mère tyrannique, il la tue, ainsi que son grand-père, alors qu'il n'a que 15 ans. Jugé irresponsable, il est enfermé en hôpital psychiatrique d'où il ressortira cinq ans plus tard. Pendant des années, il va mener une vie plus ou moins normale, luttant contre la folie, parfaitement conscient de ses actes, comme il l'a toujours été, allant jusqu'à travailler pour la police.

C'est pourtant bien en prison, âgé de 49 ans, que le lecteur découvre Al Kenner dans le premier chapitre.

Ce roman est le récit de sa vie.

 

Marc Dugain s'est inspiré d'un vrai tueur en série pour écrire son roman : Edmund Kemper. Alors pourquoi parle-t-on seulement d'inspiration, plutôt que de biographie ? Honnêtement, j'en sais rien, vu que c'est bel et bien l'histoire de l'américain, telle qu'on la connait. Je suppose que ça doit tenir à une question de droit, l'auteur français n'ayant pas dû avoir d'autorisation officielle pour écrire une biographie, ou n'ayant pas rencontré le tueur. Je trouve ça un peu dommage...

 

D'abord, j'ai eu un souci avec la narration. Les chapitres concernant le vieux Al sont écrits à la troisième personne du singulier, puis ceux à propos du jeune à la première personne. Et dans ses premières années en hôpital psychiatrique, qui correspond à un tiers du roman, le texte se compose principalement de dialogues dans lesquels Al raconte sa vie à son médecin. Au final, on a trois modes de narration différents pour un même personnage et un même récit.

C'est assez déroutant et gêne la lecture pendant un moment, jusqu'à ce qu'Al quitte l'hôpital, en fait.,et qu'on arrête les monologue du narrateur sous forme de dialogue.

 

Ensuite, j'ai eu un souci avec certains propos. Les personnage est un tueur en série qui a assassiné sauvagement plusieurs femmes avant de les violer (A noter qu'Edmund Kemper continue de nier ces derniers faits). Il a commis son premier meurtre à l'âge de 15 ans, sur sa propre famille...

Pourtant aujourd'hui, cet homme prêche la non-violence dans les écoles, fait la lecture aux aveugles, écrit des livres et dispose de certains avantages. Cet homme a tué et il en est récompensé. Là, c'est une conviction personnelle que j'exprime, qui n'a rien à voir avec le livre puisque l'auteur ne fait que rapporter des faits réels. Ce qui m'a gênée dans le récit, c'est que j'ai eu l'impression que l'auteur tentait de lui trouver des excuses, de trouver des justifications à ses actes.

 

Enfin, l'histoire est assez ennuyeuse. On suit un homme qui n'éprouve aucune émotion, qui ne fait pas grand chose de sa vie et qui parle peu. L'auteur essaie de nous présenter son personnage comme un homme en souffrance, une coquille vie qui souffre de son manque d'empathie et lutte contre des pensées perverses. Malheureusement, rien n'est développé, rien n'est détaillé. Marc Dugain reste trop en surface. On ne sait même pas ce que sont ces mécanismes de défenses pervers dont le narrateur ne cesse de nous parler.

Et Al Kenner a beau être un tueur, nous n'assistons à aucun meurtre : autrement dit, il ne se passe rien, le spectateur est simple spectateur du vide.

 

La fin relève un peu le récit dans ce qu'elle oppose le personnage creux et vide qu'on a suivi tout au long du récit à la violence et la perversité de ses meurtres révélés comme un cheveu sur la soupe à la fin du roman, mais cela ne suffit pas à susciter l'intérêt du lecteur pour un récit lent et insipide.

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 19:14

Petits goûters entre amies

 

Titre original :  The Playdate

Ecrit en : 2012

Traduction de Aurore Guitry

Editeur : France Loisir  (Première édition aux Presses de la Cité en 2012)

Paru en France en : 2012

162 pages 

ISBN : 978-2-2980-5092-9

 

Callie, mère célibataire se débattant entre soucis financiers, problèmes de santé et conflits avec son ex, est amie avec Suzy, parfaite femme au foyer, mère de trois enfants et épouse d'un riche homme d'affaire. Les deux voisines sont aussi différentes que le jour et la nuit, mais sont pourtant inséparables, tout comme leurs enfants. Du moins, jusqu'à l'arrivée de Deb, une nouvelle habitante du quartier, qui cache un lourd passé. Son comportement bizarre va mettre à jour les secrets, les rancunes et les remords de chacun.

 

Petits goûters entre amies, c'est Desperate Housewives ! A la vie quotidienne des femmes d'un quartier résidentiel se mêlent embrouilles, tracas, mensonges, trahisons et manipulations. On comprend vite que la vie de Suzy n'est pas aussi rose qu'elle le prétend et que Callie connaît de graves problèmes avec sa fille, mais il faut un moment avant de savoir exactement de quoi il retourne. Trop longtemps.

Entre deux, on nous sert des moments de vie quotidienne et autres scènes ennuyeuses qui font que le livre traîne en longueur ; ou alors des passages incompréhensibles, avec des personnages aux réactions disproportionnées.

 

Les personnages, parlons-en. Ils sont terriblement agaçants. Entre l'attitude archi timorée, quasi soumise de Callie, l'assurance et le sentiment de supériorité de Suzy, et le comportement psychotique de Deb, je ne sais pas laquelle des trois m'a le plus énervées.

La fin a le mérite d'être surprenante, je ne m'y attendais absolument pas, mais elle n'explique en rien le comportement des personnages. Au contraire, certains, notamment Callie, m'ont encore plus dégoutée.

 

Mais le gros souci vient surtout de la narration. Les chapitres concernant Callie sont écrit à la première personne, tandis que ceux concernant Suzie sont à la troisième. Il n'y a pas de concordance des temps, on erre entre le présent, le passé simple et l'imparfait. Je ne suis pas une pro de la conjugaison, mais ça ne m'a pas empêchée de le remarquer, et surtout, cela a beaucoup gêné ma lecture.

 

Merci quand même à Mabiblio1988 pour m'avoir prêté ce roman ^^

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 11:56

Buffy 5Titre original : Blooded

Ecrit en : 1999

Traduction de Isabelle Troin

Editeur : Fleuve noir

Paru en France en : août 1999

250 pages

ISBN : 978-2265067943

 

Alors que Buffy et ses amis visitent une exposition sur l'art asiatique, Willow se blesse sur la lame d'un sabre japonais. Un acte en apparence anodin, mais qui va libérer un redoutable maître vampire chinois prêt à tout pour retrouver sa gloire d'antan. Un ennemi redoutable pour Buffy, d'autant plus qu'il a pris possession du corps de la douce Willow qui devient alors colérique, acerbe, agressive et violente.

 

C'est le retour de Christopher Golden et Nancy Holder, auteurs du tome 2 de la série ; un retour appréciable d'abord au niveau de l'intrigue. Enfin, le lecteur a droit à une histoire intéressante et entraînante dans l'univers de Buffy contre les vampires. Ensuite, parce qu'il semble ENFIN y avoir des auteurs qui connaisse la série. On retrouve vraiment tout ce qui a fait le charme de la Tueuse : ses blagues pourries, ses inquiétudes futiles pour ses vêtements, ses amours, ses amis, le lycée...

 

Par contre, c'est un sacré bon dans le temps ! Avec les tomes précédents, il était difficile de se situer par rapport à la série télévisuelle. Ici, les évènements montrent qu'on est déjà dans la saison 3. C'est sympa de pouvoir enfin savoir où on en est, mais j'ai été un peu surprise qu'on soit déjà si loin. D'ailleurs, on est même trop loin, puisque Willows nous dit que Angel les a déjà attaqués, alors que le tome 8 : Les chroniques d'Angel, est censé nous raconter son grand changement de la saison 2...

ABC 2012

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 12:39

LIvre du voyageTitre original :  Le livre du voyage

Ecrit en : 1997

Editeur : Le livre de Poche  (Première édition en 1997 chez Albin Michel)

Paru en France en : 2001

162 pages 

ISBN : 978-2-2650-9376-8

 

Dans cet ouvrage, le livre est votre interlocuteur direct. Plus qu'un narrateur, c'est carrément un guide spirituel qui va vous aider à vous évader, à affronter vos démons ou encore à trouver votre idéal.

 

Si les premières pages m'ont bien plu, avec ce livre qui s'adresse directement à nous, pour nous proposer de vivre une expérience incroyable, j'ai vite déchanté quand il a commencé à me parler politique, religion et confrontation de mes peurs.

 

Je ne m'attendais pas du tout à ça et je ne suis pas particulièrement friande de ce genre d'ouvrages. Toutefois, si ça marche pourquoi pas ? Mais là, revenir sur son être complet, ses peurs, ses doutes, son enfance, l'amour... en seulement 150 pages ? Ce n'est même pas crédible pour deux sous. Le tout dans un univers fantasmé digne d'un roman d'héroïc-fantasy, certes charmant, mais pas vraiment adapté ici.

ABC 2012

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 12:43

Buffy 4Titre original : Night of the living rerun

Ecrit en : 1999

Traduction de Isabelle Troin

Editeur : Fleuve noir

Paru en France en : juin 1999

184 pages

ISBN : 978-2265067936

 

Depuis des semaines, Buffy rêve d'une jeune fille qu'elle voit grandir, mûrir, apprendre à manier les armes, jusqu'à devenir une chasseuse de prime, une Tueuse, chargée de traquer le Mal à Salem en 1692.

Parallèlement, Giles découvre qu'une prophétie annonce le retour d'une créature maléfique dans les jours à venir : Le Méprisable, qui avait déjà tenté de s'arracher aux limbes pour arpenter la Terre en 1692.

Pour ne rien arranger, un journaliste du paranormal débarque à Sunnydale, convaincu qu'il s'y passe des choses bizarres, et s'intèresse d'un peu trop près à Buffy.

 

C'est la quatrième tome des aventures romancées de la jeune Tueuse de vampire et plus ça va, moins ça me plait :(

C'est toujours un plaisir de retrouver Buffy et sa clique, mais les histoires sont vraiment trop légères, limites bâclées.

On retrouve les même préoccupations de l'étudiante sur sa vie privée, la pesanteur de sa mission, sa volonté de préserver sa mère ; mais il y a aussi quelques incohérences qui me font bondir.

Gilles avoir besoin d'un livre pour une simple séance de spiritisme ?!?!?!

 

J'ai bien aimé l'histoire de Samantha Kane, cette Tueuse du 17e siècle, reconnue par ses pairs en pleine chasse aux sorcières, mais aussi détestée et mise à l'écart pour ses pouvoirs. Par contre, sur la fin, le récit part un peu en sucette, avec ses histoires de zombies, de possession, de roche lunaire et autres effets pyrotechniques excessifs.

A noter quand même que les descriptions des zombies sont quand même bien dégueu, très réussies.

 

On sait que Buffy est l'Elue qui sauve le monde. J'ai vu la série !

Mais ça fait quand même 3 tomes sur 4 qu'elle manque de mourir en affrontant les plus grands vilains qu'elle ait jamais connu. Ca manque un peu de légèreté. Où sont donc passées les blagues pourries sur les goûts vestimentaires douteux des vampires ? Les sorties au Bronze entre amis ? Angel ?!?!?!?!

Repost 0
Published by Stéph - dans Roman
commenter cet article

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg