Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 15:34

True Blood S2Titre original : True Blood

Tiré de l'oeuvre de Charlaine Harris

Créateur : Alan Ball

Année de production : 2009

Sortie en France : 2009

Nbr d'épisodes : 12

Nombre de saisons : 4 (En cours)

Durée : 52 min

Genre : romance, fantastique

Avec Anna Paquin, Stephen Moyer, Ryan Kwanten, Sam Trammel, Rutina Wesley, Chris Bauer, Nelsan Elis, Alexander Skarsgard, Michelle Forbes, Mehcad Brooks, Deborah Ann Woll, Jim Parrack, Carrie Preston, Todd Lowe, William Sanderson...

 

Un cadavre a été retrouvé sur le parking du Merlotte, dans la voiture d'Andy Belfleur. Il s'agit de la femme qui a réalisé l'exorcisme de Tara. La jeune femme est très choquée par ce meurtre et depuis qu'elle a été jetée dehors par sa mère, elle est particulière fragile. Un terrain fertile pour Marianne, la trop belle et trop parfaite assistante sociale qui a décidé de prendre la barmaid sous son aile.

Jason, quant à lui, croit voir une intervention divine dans sa remise en liberté suite à l'affaire René. Il se tourne alors vers la Confrérie du soleil, un organisme religieux qui prône l'éradiction des vampires.

Pendant ce temps, Eric demande à Sookie de se rendre à Dallas pour aider les vampires du coin à retrouver l'un des leur qui a disparu.

 

Malgré une base commune à la série et au roman, les deux supports sont en fait très différents. On retrouve bien une ménade à Bon Temps et Sookie à Dallas, mais la ressemblance s'arrête là. L'histoire de la ménade à Bon Temps prend ici toute la place et tourne autour de Tara, toujours aussi exaspérante. Le personnage de Marianne est quant à lui très mystérieux, on a du mal à cerner ses intentions et à comprendre où elle veux en venir.

Sookie part bien à Dallas, mais l'intrigue est moins développé que dans le roman. On fait en plus la connaissance de personnages qu'on n'est pas censé connaitre avant plusieurs tomes. Autant que les lecteurs qui sont seulement au début des romans soient prévenus !

J'aime bien ce mélange car avec une même base, c'est comme si on avait droit à deux histoires différentes. La série pourrait presque être une histoire originale. C'est sans doute ce qui m'attire dans cette série : se demander ce que'Alan Ball a finalement fait du roman.

True-Blood-photo-S2.jpg

On a tout de même droit à un traitement très différent des personnages. Bill est plus violent, plus proche de Sookie, un peu comme un chien-chien, la serveuse est plus rentre-dedans, moins tempérée (et toujours aussi mauvaise actrice), Jason est un idiot et Arlène est plus excentrique que ce que j'imaginais. La série a introduit un nouveau personnage : Jessica, la protégé de Bill. Ca donne une nouvelle dimension au personnage de Bill, mais n'apporte pas grand chose à l'intrigue, si ce n'est une dose d'humour. J'aime bien Jessica. ^^

 

Enfin, si je trouvais qu'il y avait trop de sexe dans la première saison, avec celle-ci je suis servie ! On passe carrément au niveau supérieur. Ici, l'orgie est au programme. La première fois que j'ai vu cette saison, j'ai trouvé ça pire. Pourtant, après un deuxième visionnage, je trouve qu'il y a en fait moins de sexe. Dans la prmeière saison, chaque épisode avaot son lot de scène hot, alors que là c'est plus répartie. Par contre, c'est plus trash et ça reste très gênant. D'accord c'est une série pour adulte, mais quand même !

Repost 0
Published by Stéph - dans Série
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 17:58

Pushing Daisies S2Titre original : Pushing Daisies 

Créateur : Bryan Fuller

Année de production : 2008

Sortie en France : 2009

Nbr d'épisodes : 3

Nombre de saison : 2

Durée : 42 min

Genre : drame, comédie, policier, fantastique

Avec Lee Pace, Anna Friel, Chi McBride, Kristin Chenoweth, Swoozie Kurtz, Ellen Green...

 

La saison 1 se terminait sur un important secret dont Olive se révélait l'unique détentrice. Un secret trop lourd à porter qui conduit le jeune femme tout droit dans un couvent, afin qu'elle ne parle pas.

Pendant ce temps, à la pâtisserie, Ned, Chuck et Emmerson continuent de mener leurs enquêtes mais, bien vite, l'absence de la jolie serveuse se fait ressentir.

Charlotte, bien qu'attristée par la disparition de son amie et confidente, décide d'expérimenter la vie en solitaire, au grand dam du pâtissier qui réalise que son amour pourrait bien décider de le quitter à tout instant.

 

Des qualités redondantes

Peu de renouvellement dans cette seconde saison, mais quand on part d'une saison 1 excellente, il est difficile de faire mieux. Toujours aussi colorée, toujours aussi bien réalisée, toujours admirablement bien jouée, avec de l'action, de l'émotion, de l'humour, du suspens... Pourtant, la magie n'opère plus aussi bien que pour la saison précèdente. Le côté agaçant d'Anna Friel ressort encore plus, l'insistance des sentiments d'Olive pour le pâtissier devient lourde, les secrets qui s'accumulent alors que quasiment tout le monde sait...

Cete série, bien qu'originale, m'a un peu lassée.

 

Des épisodes paternels inutiles

Je pense que ma lassitude vient principalement des évènements qui surviennent au milieu de la saison, concernant le père de Chuck. Je les ai trouvés peu digne d'intêret et pourtant ils occupaient 3-4 épisodes. Tout ça, pour un dénouement qui n'aura servi à rien.

Ensuite, le père de Ned fait une brève apparition, cruciale et qui présageait un dévelopement très intéressant pour le pâtissier. Mais finakement, tout est laissé de côté.

 

Une série qui s'achève après deux saisons

La série ne connaîtra que 22 épisodes, le dernier se clôturant sur de grands bouleversements dans la vie de nos héros, ausi bien Chuck et Ned, que Lily, Vivian, Emmerson et Olive. On aurait forcément aimé en savoir plus, mais la suite des évènements est laissée à l'imagination du téléspectateur.

La série s'achève sur ces mots : "Les fins, c'est bien connu, sont les débuts de nouveaux commencements."

Joli, non ?

Repost 0
Published by Stéph - dans Série
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 18:12

True Blood S1Titre original : True Blood

Tiré de l'oeuvre de Charlaine Harris

Créateur : Alan Ball

Année de production : 2008

Sortie en France : 2008

Nbr d'épisodes : 12

Nombre de saisons : 4 (En cours)

Durée : 52 min

Genre : romance, fantastique

Avec Anna Paquin, Stephen Moyer, Ryan Kwanten, Sam Trammel, Rutina Wesley, Chris Bauer, Nelsan Elis, Alexander Skarsgard, Lois Smith, Raymond James, Deborah Ann Woll, Kristin Bauer...

 

De nos jours, les vampires ont révélé leur existence au grand jour, notamment grâce à la création du True Blood, un sang de synthèse créé par les japonais qui leur permet de ne plus se nourrir sur les humains. Ils militent activement pour obtenir les même droits que leurs concitoyens, mais certains, vampires comme humains, ne sont pas forcément bien disposés à l'égard de cette révolution.

Sookie Stackhouse travaille au Merlotte en tant que serveuse. Elle est particulièrement intéressée par la cause vampirique, l'acceptation de ces êtres différents, tout simplement parce qu'elle-même n'est pas tout à fait "normale". La jeune femme est télépathe et voit cette capacité comme une tare qui l'empêche de mener une vie normale. D'ailleurs, à Bon Temps, la plupart des gens la considère comme l'idiote du village.

Un soir, le Merlotte reçoit son premier vampire. Bill Compton vient de s'installer en Louisiane, dans la ville de Bon Temps où il a vécu sa vie humaine. Si tout le monde n'est pas vraiment ravi de rencontrer le mort-vivant, Sookie est folle de joie. D'autant plus qu'elle réalise très vite qu'elle n'entend pas ses pensées. Enfin, le calme absolu !

La serveuse et le vampire vont rapidement se rapprocher, ce qui n'est pas au goût de tout le monde, d'autant plus que depuis l'arrivée de Bill, Bon Temps connait une vague de meurtres particulièrement violents et dont toutes les victimes avaient un lien avec des vampires.

 

Du sexe, du sexe, du sexe...

La série s'ouvre sur une partie de jambes en l'air et c'est le cas ensuite de la moitié des épisodes. Tous, sans exception, montrent  à un moment ou à un autre, un ou plusieurs couples en train de se faire plaisir. Et l'acte n'est pas seulement suggéré ! Sein, fesse, torse dénudé, coups de hanche violents et cris de plaisir envahissent l'écran. Je ne suis pas spécialement prude, mais même les vieux téléfilms érotiques des chaînes cablées n'en montrent pas autant.

Le sexe fait vendre et Alan Ball semble avoir parfaitement intégré cette notion. Mais là, c'est franchement trop et ça n'apporte vraiment rien à l'histoire. Perso, ça m'a gênée et la première fois que j'ai regardé True Blood, j'ai arrêté au bout de 2 épisodes en me demandant ce que c'était que ce truc.

True-Blood-photo-S1.jpg

Des personnages horripilant

Ceux qui ont lu les livres savent que Sookie est parfois un peu agaçante. Trop niaise, toujours à se plaindre... Dans la série, c'est puissance 10, en partie à cause du sourire stupide d'Anna Paquin. Son personnage apparaît enore plus colérique, indécis et stupide que dans les romans de Charlaine Harris. Et pour ne rien arranger, l'actrice n'est vraiment pas bonne dans ce rôle. Elle a des mimiques insupportables et parfois, on dirait... une vraie blonde !

Son entourage n'est guère mieux : son frère Jason est un coureur de jupon drogué complètement abruti, son patron Sam est sans-gêne et agressif, sa collègue Arlène est "raciste" et chouineuse, l'inspecteur Bellefleur est un mauvais flic irrascible, Eric a une coupe de cheveu passablement ridicule et Bill est soumis, mais manipulateur. Ne parlons pas de sa meilleure amie Tara, un personnage original violent et vulgaire qui ne sert à rien, sinon exaspérer le téléspectateur.

 

Une version française ridicule

Il n'y a pas que la coupe de cheveux et les vêtements en cuir d'Eric qui sont ridicules. Les voix françaises sont catastrophiques. La pire est encore une fois Sookie dont la voie nasillarde et plaintive ajoute encore à son côté antipatique.

Si vous avez l'occasion, regardez la série en VO. Les acteurs américains ont des voix bien mieux adaptées à leur personnage que, pour une étrange raison, la société de doublage française a voulu stéréotyper. Sans oublier que, comme toujours, les téléspectateurs VF passent à côté de subtilités qu'on n'aura pas pris la peine de vous traduire.

Des éléments qui n'apparaissent pas dans le livre

Bien que suivant la trame principale du tome 1 de La Communauté du Sud, Alan Ball a pris quelques libertés avec les romans de Charlaine Harris. La première, la plus évidente et sans doute la plus inutile et la plus désagréable, est la présence de Tara. Un personnage antipathique, agressif, qui se pose constamment en victime du fait de sa couleur de peua et que presque tout le monde déteste. Y compris moi ! Alors oui, elle a souffert ; oui, elle a eu une enfance difficile, et tout, et tout ; mais franchement, on en a rien à faire. Tara serait pas là, ça changerait pas grand chose à l'histoire. Ah si, un couple de moins à filmer en train de baiser. Zut alors...

D'autres personnages sortis de nulle part viennent ponctuer la série : la mère de Tara, la serveuse Amy ou encore la jeune Jessica.

Une autre modification non négligeable est l'importance donnée à certains personnages. C'est le cas de Lafayette, le cuisinier gay du Merlotte qui joue ici un rôle important. Mais surtout Jason, le frère de Sookie, qui est au coeur même de l'intrigue de cette première saison, alors qu'on le voit à peine dans le roman.

True-Blood-photo-2-S1.jpg

Franchement, je ne trouve pas que True Blood soit une excellente série. Elle fonctionne principalement grâce au succès des romans de Charlaine Harris et parce que, quelque part, le sexe doit bel et bien faire vendre. ^^

Les premiers épisodes que j'ai regardé, j'ai carrément détesté et je ne comprenais pas l'engouement pour cette série. Puis j'ai lu les deux premiers tomes du roman et, poussée par la curiosité car tout le monde autour de moi regardait, j'ai retenté le coup. La série n'en était pas meilleure. Je n'ai pas retrouvé les élements qui m'avaient plu dans le livre et ceux qui m'avait déplu étaient exacerbées. Pourtant, j'ai regardé jusqu'au bout et même les suivants. Pourquoi ? Parce que les diférence entre le livre et la série sont énormes et Alan Ball s'en détache de plus en plus au fil des saisons. Et que je suis quelqu'un de curieux. ^^

Je trouve plutôt original de prendre une même idée de départ, pour en faire quelque chose de totalement différent. Parce qu'à partir de la saison 2, il n'y a plus rien à voir entre le travail d'Alan Ball et celui de Charlaine Harris. Et j'ai envie de voir ce que le réalisateur va nous proposer come interprétation. La série est en fait un complément aux romans.

Repost 0
Published by Stéph - dans Série
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 07:36

Dollhouse

Titre original : Dollhouse

Créateur : Joss Whedon

Année de production : 2009

Sortie en France : 2009

Nbr d'épisodes : 13

Nombre de saisons : 2

Durée : 42 min

Genre : drame, policier, fantastique

Avec Eliza Dushku, Tahmoh Penikett, Harry J. Lennix, Olivia Williams, Fran Franz, Dichen Lachman, Enver Gjokaj, Amy Acker

 

La dollhouse est un mythe, un lieu tenu secret où les plus riches peuvent se payer des "poupées", des hommes et des femmes à qui ont a greffé une personnalité dans le but de remplir une mission précise. Cela peut aller de la simple partie de jambes en l'air à l'infiltration d'une secte, en passant par le cambriolage. Pour quelques millions, vous pouvez flirter avec l'illégalité.
Toues les "poupées" sont volontaires ; ce sont des personnes qui ont un lourd passé, un secret à oublier, et qui "prêtent" leur corps contre une somme d'argent pour une durée déterminée.
Echo est l'une de ces poupées, la meilleure, mais elle est aussi devenue imprévisible car depuis quelques temps, ses souvenirs semblent remonter à la surface.

 

Dollhouse est la dernière série de Joss Whedon, le papa de Buffy, Angel ou encore Firefly. On y retrouve des acteurs déjà présents sur les autres séries, notamment Eliza Dushku et Amy Acker, mais le réalisateur aime faire appel à ses acteurs fétiches, même pour une simple apparition, comme Alexis Denisof ou Felicia Day.

L'interprète de Faith joue ici un rôle différent de la tueuse, un rôle plus passif, mais aussi très intéressant car chaque nouvel épisode est l'occasion pour l'actrice d'interpréter un rôle différent. Eliza Dushku nous montre ici toute l'étendue de son talent, mais elle n'est pas la seule. Tous les acteurs sont incroyables.

 

Le scénario ? Une tuerie !

La grande qualité de cette série vient de l'originalité de son scénario. Une fois de plus, Joss Whedon nous prouve qu'il est un grand scénariste. Après quelques épisodes centrés sur les missions des poupées et qui sert principalement à situer l'action, on entre rapidement dans le vif du sujet. D'une part, avec le personnage de l'inspecteur Paul Ballard, convaincu de l'existence de Dollhouse et déterminé à révéler ces agissements ; d'autre part avec Echo qui garde des réflexes et des souvenirs de ses précédentes missions, ainsi que des réminiscences de sa vie d'avant et qui en vient à se poser des questions sur l'organisation qui l'accueille.

Dollhouse-Photo-S1.jpg

Des personnages complexes

Les rebondissements sont nombreux. Chaque personnage a ses propres motivations pour avoir intégré la dollhouse et le réalisateur n'hésite pas à s'amuser avec le téléspectateur en lieu présentant des poupées à l'opposé total de l'homme qu'ils étaient.
Il n'est évident de cerner des personnages comme Adelle et Topher, qui sont convaincus de ne rien faire de mal et qui ne sont pas des personnes foncièrement méchantes. Au bout d'un moment, tout le monde est suspect et les plus suspects éveillent la curiosté car on se dit qu'ils ne peuvent pas être aussi mauvais.
L'éventail des missions proposées est très diversifiées, évitant la lassitude chez le téléspectateur, ce qui permet un petit mélange des genres au sein de cette série fantastique et fait que chaque épisode est différent.

 

Je ne sais pas très bien si j'arrive à faire partager mon enthousiasme pour cette série, mais j'ai adoré. Bon, à la base, je suis déjà fan du travail de Joss Whedon, mais au-delà de ça, Dollhouse est une série vraiment originale et très intelligente, avec des personnages profonds et un scénario qui fait réfléchir.

 

Un dénouement étonnant

Le dernier épisode de la saison 1 est un peu différent du reste. Il se passe en 2019, dans un monde où les derniers "vrais" humains luttent pour survivre. Joss Whedon a ainsi voulu proposer une fin alternative, au cas où la série de serait pas reconduite.

Un peu déconcertant au début, car le changement est radical, on se laisse vite prendre par cette nouvelle intrigue. Mais heureusement, pour moi / pour vous, une deuxième saison a été tournée.

Repost 0
Published by Stéph - dans Série
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 11:17

Pushing-Daisies-S1.jpgTitre original : Pushing Daisies 

Créateur : Bryan Fuller

Année de production : 2007

Sortie en France : 2008

Nbr d'épisodes : 9

Nombre de saison : 2

Durée : 42 min

Genre : drame, comédie, policier, fantastique

Avec Lee Pace, Anna Friel, Chi McBride, Kristin Chenoweth, Swoozie Kurtz, Ellen Green...

 

Ned a un étrange pouvoir : celui de réveiller les morts par un simple touché. Mais ce pouvoir n'est pas sans conséquences. Il ne peut pas réveiller les morts plus d'une minute où quelqu'un d'autre devra mourir à la place. De plus, un second contact tue définitivement le mort-vivant.

Avec le temps, Ned est devenu pâtissier et évite le plus possible les contacts humains car son secret est trop lourd à partager. Une seule personne est au courant : Emerson Cod, un détective privé. Après avoir découvert par hasard le pouvoir du jeune homme, Emerson décide de le prendre comme associé. C'est tout de même plus facile de résoudre une affaire quand le mort peut vous dire qui l'a assassiné !
Mais une affaire de meurtre va prendre Ned au dépourvu car la victime n'est autre que Charlotte, dit Chuck, son amour de jeunesse. Censé l'interroger et la renvoyer dans sa tombe, le jeune amoureux transi va laisse passer la minute et emmener la jeune femme chez lui.

Commence alors une étrange cohabitation entre la morte dont personne ne doit découvrir la résurrection et le vivant qui ne peut toucher sa bien-aimée sous réserve de l'envoyer définitivement ad patres.

 

Un couple attendrissant

L'élément le plus important de cette série est le couple que forme Ned et Chuck, un couple atypique puisqu'un contact n'est permis entre eux. Pas de baiser, pas de calin, pas de poignée de main, pas même un effleurement. C'est un couple très attendrissant, très touchant et très cul-cul la praline. Mais pas dans le mauvais sens ! Dans le genre tout mignon, trop chou, qui finit les phrases de l'autre... Bon, d'accord, ça peut en énerver certains, mais le jeu des acteurs et la réalisation ont su mener ce couple à la limite de l'insuportable, sans jamais tomber dedans.

 

Des acteurs incroyables

Le jeu des acteur y est pour beaucoup. J'ai fais la connaissance de Lee Pace avec cette série et je dois dire que je suis tombé sous le charme. Ce grand dadais est trop mignon avec sa tête de chien battu et ses grands yeux malheureux. On a tout le temps envie de le prendre dans ses bras pour le consoler. Ce qui, soit dit en passant, accentue notre empathie pour Chuck qui ne peut absolument pas le toucher. La jeune femme est un peu agaçante par moment : elle est mêle tout, ultraprotectrce, gentille, protège l'environnement et vient en aide aux plus démunis. Le genre de fille trop bien qu'on déteste d'emblée parce qu'on ne ferait pas la moitié de qu'elle réalise. ^^

Mais Anna Friel est aussi le moteur de la série. Elle est volontaire curieuse et entraîne bien souvent Emerson et Ned plus loin qu'ils ne l'avaient prévu.

 

Des seconds rôles tout aussi brillants

Les rôles secondaires ne sont pas en reste. Olive, la jolie employée amoureuse de son patron, passe pour une mégère au début de la série, prête à tout pour séduire Ned avant que que Chuck se rapproche trop. Mais au fil des épisodes, elle va se révèler une alliée précieuse pour notre morte-vivante et un personnage plutôt drôle qui cache certaines blessures.

Emerson, quant à lui, détonne un peu dans cet univers édulcoré, avec son esprit pragmatique et son cynisme. Pour conpemser, les scénaristes en ont fait un détective tricoteur : quand il stresse, il tricote ! On en apprend un peu plus sur lui à la fin de la saison, ce qui devrait devenir intéressant pour la prochaine saison.

Pushing-Daisies-Photo-S1.jpeg

Une réalisation originale

La qualité du jeu des acteurs vient aussi du fait qu'ils ont parfaitement intégré la mise en scène particulière de Bryan Fuller. En effet, Pushing Daisies propose un univers fantaisiste et plein de couleurs à la Tim Burton. Les personnages et les intrigues sont complètements décalés, des chansons venant même se superposer au récit dans les permiers épisodes.

Ce décalage se retrouve dans les enquêtes que mènent les héros, avec la découverte de cadavres congelés cachés dans des bonhommmes de neige, d'anciens jokers piétinés par le cheval d'un fantôme ou encore d'une explosion par grattage olfactif. Et ne parlons pas des suspects, aussi loufoques que les meurtriers !

 

Un mélange des genres réussi

Il n'est pas évident de définir le genre de cette série : comédie, drame, policier, fantastique, romance... Presque tous les genres se croisent. L'avantage, c'est qu'elle le fait avec brio. Parallèlement aux enquêtes de Ned et Emerson, on suit l'évolution du couple Ned / Chuck qui doivent faire face aux situations que rencontre n'importe quel couple. En meme temps, leur relation même est dramatique puisqu'un simple contact du pâtissier pourrait tuer sa bien-aimée, sans parler des secrets de polichinelles qui rongent chacun des protagonistes. Le tout est pourtant traité avec beaucoup d'humour dans un monde onirique en décalage total avec la réalité.

 

Pushing Daisies est une excellente série pleine de qualité et très rafraichissante. Malheureusement, après une première saison plutôt courte, la série ne connaîtra pas le succès malgré une deuxième saison un peu plus dévelopée. Elle n'aura pas su trouver son public. :(

Repost 0
Published by Stéph - dans Série
commenter cet article

Présentation

  • : Biblio'Stéph
  • Biblio'Stéph
  • : Mes lectures, mes coups de coeur, mes coup de gueule, mes textes... Un peu de tout, beaucoup de moi...
  • Contact

Lecture en cours

 

 

Torsepied.jpg

 

Femmes de l'autremonde 2

Hotel---Chambre-1.jpg

 

 

Recherche

Mes challenges

En attente

Vais-je me laisser tenter ?

...

En sachant que je les rate tous les ans....

Mes lectures communes

Rien de prévu pour le moment.

Mais toutes propositions est la bienvenue

J'y suis aussi

LIVRADDICT-LOGO.png

logo Babelio

LogoLibfly.jpg

logo-facebook

twitter_logo.jpg